Séries en Folie

Séries en folie !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kiya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
NicoetNath

avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 12/09/2011

MessageSujet: Re: Kiya   Lun 26 Sep - 18:36

Tu as bien raison de faire gagner les Pirates, faut pas que ça soit toujours les mêmes et puis ça leur apporte enfin un peu de bonheur....vivement la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Lun 26 Sep - 19:30

Et voici le chapitre 11 !



CHAPITRE 11 :


« J'ai pas envie.... gémit Kiya, affalée sur le canapé.
- Mais de quoi tu te plains ? lui dit Sue. Tu devrais être fière que Sony veuille de toi dans son équipage !
- Mais va savoir ce qu'il m’attend là-bas !
- Plaint-toi ! intervint Mary. Toi, tu auras de quoi t'occuper. Nous, à part regarder la Cup, on s'ennuiera ferme.
- Je te donne ma place si tu veux ! »

Quelques jours étaient passés depuis le match contre les Rykers et la victoire surprise des Pirates. Le soir même, les Snow Kids avaient gagné leur ticket pour les huitièmes de finales en battant sur le fil les Shadows. Le lendemain, Sony avait contacté Kiya pour faire partie d'une mission au Génèse Stadium et c'est comme ça que la jeune fille s'était retrouvée à devoir faire ses bagages avec une petite voix dans sa tête qui lui martelait « pas envie, pas envie ».

« C'est quand que tu pars ? lui demanda Sasha en entrant.
- Ce soir, répondit Kiya.
- Bon courage. Je suis sûre que ça va aller. »

Kiya n'en était pas aussi sûre... Pourquoi Sony voulait-il qu'elle fasse partie de l'équipage pour cette mission ? Il ne s'était même pas donné la peine de le lui expliquer.

« Et elle se déroule où cette mission ? continua Mary.
- Génèse Stadium...
- La chance ! s'exclamèrent les trois joueuses. »

Kiya haussa un sourcil, intriguée.

« Attends, le Génèse Stadium ! fit Sue. C'est un endroit mythique !
- Pas de quoi en faire tout un plat, maugréa Kiya.
- Pas de quoi en faire... de quoi ? s'étrangla la défenseure. Kiya, tu es désespérante ! Ne pas être enthousiasmé par le Génèse...
- Je t'assure qu'il a rien d'exceptionnel. »

C'est vrai qu'est-ce que c'était ? Un stade géant et quelques attractions autour. Il était juste impressionnant, pas fantastique. Elle, en tout cas, se serait bien passé d'y retourner.

_________________________


Et elle y retournait bien. Elle se trouvait à présent dans le vaisseau, dans la cabine qu'on lui avait attribuée et Kiya se sentait aussi perdu qu'un nouveau-né. Heureusement, Erika et Dred, les parents de Sasha, étaient là pour la rassurer.

« Ne t'inquiète pas, lui dit Erika. Tout se passera bien. Sony ne t'exposera pas inutilement au danger.
- Mais pourquoi il a besoin de moi ? s'interrogea-t-elle.
- Il va te le dire tout de suite, répondit Dred en entrant. Il veut te voir dans le cockpit. »

Kiya se leva en soupirant et sortit de sa cabine. Elle trouva le cockpit après avoir demandé son chemin une bonne dizaine de fois. Sony se tenait sur plate-forme, les mains derrière le dos. Corsos était lui au commande.

« Sony ? fit Kiya. »

Le chef des Pirates se tourna vers elle.

« Ah, Kiya, lui dit-il. Ravi de te voir. Tu es bien installée ?
- Ça va, répondit la jeune fille. Pourquoi voulais-tu me voir ?
- Pour t'expliquer ton rôle dans cette mission. »

La jeune fille dans un des sièges des cockpit et ouvrit grand ses oreilles.

« Je dois parler à une vieille connaissance, expliqua-t-il. Pour cela, j'ai besoin de m'introduire dans l'hôtel d'une des équipes.
- Au beau milieu de la Cup ? intervint Corsos. Y'aura des robots de la Technoïd dans tous les coins !
- Il a raison, dit Kiya. Tu risquerais de te faire prendre. C'est de la folie pure de se rendre au Génèse à cette période là !
- Ne t'inquiète pas pour ça, Kiya, lui répondit Sony. Ils ne sont jamais parvenus à me capturer et ce n'est pas maintenant qu'ils commenceront. Toutefois, c'est ici que tu interviens. »

Il lui tendit un petit appareil qui ressemblait à un ordinateur de poche.

« C'est un visionneur, lui dit-il. Il te permettra de te connecter à n'importe quel réseau d'ordinateur, n'importe quel système de sécurité ou télévision et ainsi d'accéder à toutes les informations nécessaires.
- Ouah... s'exclama Kiya. T'es vraiment sûr de vouloir me donner un truc comme ça ?
- Oui, j'en suis sûr. Ce sera toi qui devras trouver les différentes informations dont nous aurons besoin en piratant les systèmes de sécurité. Et avec Climbo tu seras chargée d'espionner d'éventuelles conversations suspectes. »

Bien... Il ne lui mettait pas la pression. Pirater des systèmes de sécurité et espionner, rien que ça !

Kiya passa le reste de la soirée à essayer de maitriser le visionneur que Sony lui avait donné. C'était un véritable petit bijou de technologie ! En quelques minutes, Kiya avait réussi à s'introduire incognito dans le système informatique d'Arcadia Sports, de voir les liste des personnes qui y travaillaient et de repartir sans y laisser une trace. Chic ! Elle allait s'amuser ! Oh bien sûr, il ne s'agissait que du système informatique d'Arcadia Sports. Elle doutait pouvoir s'infiltrer aussi facilement dans celui de la Technoïd, mais cette démonstration lui avait prouvé que son nouveau jouet était diablement efficace.

Ils arrivèrent au Génèse Stadium en se posant en toute discrétion sur une piste d'atterrissage privée. Sony quitta le vaisseau en compagnie de Corsos, Kiya, Benett et Artie, laissant le soin au reste de l'équipage de cacher le vaisseau.

« Je savais pas que tu étais là ! lança Artie en voyant Kiya.
- Moi non plus, fit Kiya. Qu'est-ce que tu fais là ?
- Oh, moi ! Je viens donner un coup de mains. Maintenant que les matchs de poules sont finis, les joueurs n'ont plus vraiment besoin de moi.
- Dis plutôt que t'avais peur de t'ennuyer à Shiloë.
- Heu... ouais... »

Kiya éclata de rire. Au moins, elle ne s’ennuierait pas avec Artie.

Ils étaient arrivés à l’une des avenues les plus fréquentées du Génèse Stadium. Sony avait pris soin de se couvrir la tête et de mettre de lunette afin d’éviter qu’on le reconnaisse, toutefois avec le monde qu’il y avait, Kiya se demandait bien comment on pouvait le reconnaitre.

« J'aime pas du tout cet endroit, Sony, fit Corsos. Ça pue la Technoïd dans tous les coins. Et puis en plus, tu es loin d’être en sécurité ici. »

Il avait à peine finit sa phrase qu’ils passèrent devant un écran qui diffusait le portrait-robot de Sony. Une voix féminine déclamait « nous vous rappelons que la tête de Sony Blackbone, le chef des Pirates, est toujours mise à prix deux millions de crédits standard. Pour une galaxie plus belle, aidez la Technoïd. »

« Je l’ai déjà dit mais je le répète, intervint Kiya, c’est de la folie pure de venir ici.
- Je n’ai jamais aimé ce portrait-robot, dit Sony. Il n’est absolument pas ressemblant.
- Encore heureux parce que sinon tu serais mal ! répliqua Corsos.
- Arrête un peu, tu veux. Relax ! Tu vas finir par nous porter la poisse.
- Tu pourrais au moins m'expliquer ce que tu es venue faire ici !
- Tu l’as dit toi-même : ça pue la Technoïd dans tous les coins. »

Kiya échangea un regard intrigué avec Artie et Benett. La vieille connaissance de Sony serait-elle un membre de la Technoïd ?

Ils descendirent du tapis roulant et Sony les mena dans une petite ruelle sombre et mal entretenue pour entrer dans un petit restaurant miteux. Quelques pirates s’y trouvaient.

« C'est ici que nous nous rassemblerons, dit Sony. Interdiction de retourner au vaisseau tant que la mission n'est pas finie, est-ce clair ? »

Ils hochèrent la tête.

« Bien. Kiya, j'ai besoin de m'introduire dans l'hôtel des Snow Kids. Peux-tu me trouver dans quel hôtel ils se trouvent ?
- Heu oui... mais pourquoi tu tiens à y entrer ?
- Pour régler certaines affaires, répondit son supérieur en quittant le bar. Il faut que je parle au professeur Clamp. »

La jeune fille poussa un profond soupir avant de se laisser tomber sur une chaise dont la solidité laissait à désirer. Cela n'allait sûrement pas être bien compliqué mais elle aurait bien aimé savoir pourquoi Sony tenait tant à voir les Snow Kids. Mais inutile d'insister. Quand il était dans cet état, Sony ne laissait rien passer.
Elle demanda au Pirate qui tenait le bar s'il y avait un endroit où elle pourrait faire ses recherches tranquillement. Il lui indiqua une petite salle dans l'arrière boutique, sale et en désordre. C'était mieux que rien.

Première étape : s'introduire dans la base de données de la Ligue. C'était la Ligue qui gérait l'hébergement des joueurs mais elle ne communiquait jamais le nom de l'hôtel afin de permettre aux équipes de s'entraîner en paix. Toutefois, elle devrait pouvoir trouver le nom en cherchant dans la base de données de la Ligue.

« Voyons voir à quel point tu es efficace, murmura-t-elle en allumant son visionneur. »

Elle réussit à se connecter au site de la Ligue sans trop de problème. Maintenant, il lui fallait accéder aux données des équipes. Certaines informations étaient visibles par le public mais la grande majorité restait cachée. Et bien évidemment, c'était les plus intéressantes.

Le dossier des Snow Kids était encore très mince et ne comportait rien d'intéressant : le nom des joueurs, leur postes, le staff, d'où ils étaient originaires, leur fluide, quand ils avaient été créé... Bref des classiques. Kiya fit alors une manipulation pour entrer dans la partie réservée aux membres de la Ligue. Passer le pare-feu lui prit un peu de temps mais elle y parvint.

« Je suis trop forte ! pensa-t-elle. »

Elle se frotta les mains et ouvrit le dossier. Voyons quelles merveilles il contenait.

Si le dossier public était assez peu fourni, le privé l'était beaucoup plus. Il contenait le compte-rendu de la réunion au cours de laquelle les Snow Kids avaient été officiellement reconnus par la Ligue, les personnes qui avaient voté pour ou contre eux, la biographie détaillée des joueurs, des entraîneurs... Kiya fut surprise de voir que la Ligue savait autant de chose sur eux ! C'en était presque effrayant...

Par curiosité, elle cliqua sur la biographie du professeur Clamp, responsable des machines d'entraînements des Snow Kids, qui afficha... une page blanche ! Rien ! Il n'y avait absolument rien sur ce Clamp ! Kiya actualisa la page mais obtint le même résultat.

« Ça alors ! murmura-t-elle. »

Pourtant, au vu des biographies qu'ils avaient des joueurs, ce n'était pas possible qu'ils n'aient rien trouvé sur cet homme !

Un instant, Kiya fut tenté d'aller fouiller dans les dossiers de la Technoïd pour en savoir plus sur ce Clamp, mais elle se rappela de sa mission initiale qui était de trouver l'hôtel des Snow Kids. Elle rangea donc le mystère Clamp dans un coin de sa tête, se promettant d'en faire part à Sony à la première occasion, et se mit à chercher quels hôtels la Ligue avait réservé.

La recherche ne dura pas bien longtemps. La Ligue n'avait réservé que trois hôtels pour loger les équipes et c'était toujours les mêmes, les trois plus luxueux hôtels du Génèse Stadium. Les Snow Kids logeaient à l'Intergalactik Génésium Hôtel, le même hôtel que les Lightnings et les Shadows. Il allait y avoir du sport !
Kiya lâcha un petit rire. Elle connaissait par cœur la sécurité de cet hôtel. Elle y avait été logée avec les Shadows lorsqu'elle avait participé à la Cup et avait pris un malin plaisir à essayer de tromper la sécurité.

Dans ce genre d'hôtel, les personnes rendant visite aux équipes devaient s'annoncer et être contrôler. Des robots surveillaient les allers et venues de toutes personnes et aucune n'était autorisée à entrer à moins d'être une connaissance d'un joueur. Autrement dit, pour un pirate comme Sony, espérer ne serait-ce que s'approcher de l'hôtel relevait du fantasme.


____________________________


Elle avait transmis ce qu'elle avait trouvé à Sony. Lui et Corsos avaient ensuite observé l'hôtel deux jours durant en espérant trouver une faille dans le système de sécurité. Au bout du deuxième jour et alors que Kiya était en train de discuter du match opposant les Snow Kids aux Wambas, Sony vint la voir en lui disant.

« Trouve le plan des conduits d'aération de l'hôtel des Snow Kids.
- Hein ? Ah... heu, d'accord. »

En quelques minutes, la jeune fille réussit à infiltrer la base de donnée de l'hôtel et à obtenir le dit-plan.

« Parfait, fit Sony. Nous passerons par les conduits d'aération. C'est le moyen le plus sûr pour pénétrer dans l'hôtel. Seulement nous aurons quand même besoin d'aide. Artie !
- Oui Sony ?
- Trouve un moyen de contacter Micro-Ice. C'est lui qui nous aidera à entrer dans l'hôtel.
- D'accord mais je lui dit quoi ? Il va trouver ça bizarre...
- Ça, je te laisse t'en charger, dit le chef des Pirates en partant. »

Une idée traversa alors l'esprit de Kiya. Elle hésita une fraction de seconde mais finit tout de même par...

« Sony ! l'appela-t-elle. »

Lui et Corsos se retournèrent.

« L'autre jour, quand je me suis introduit dans le système de la Ligue, commença-t-elle. J'ai rapidement parcouru les données qu'ils avaient sur les Snow Kids et leur staff. Sauf que sur Clamp, il n'y avait rien. Absolument rien... »

Sony se prit le menton dans les mains et réfléchit.

« La Technoïd doit faire pression sur la Ligue pour ne pas diffuser certaines infos.
- Comment ça ? interrogea Benett qui avait suivi toute la conversation.
- Clamp n'est pas son vrai nom. Son véritable nom est Lopnor. Il y a quinze ans, il travaillait avec moi sur un projet commandé par la Technoïd.
- Et quel est ce projet ? demanda Kiya.
- Une arme, répondit Sony. Le métafluide. Un fluide de synthèse capable de détruire la Galaxie entière.
- Sans blague ? s'exclama Artie. »

Sony hocha tristement la tête et s'éloigna un peu, les bras croisés.

« Il y a quinze ans, le métafluide a explosé sur Akillian, causant ainsi la Grande Glaciation.
- Et ce métafluide, continua Benett, il n'a pas été détruit lorsqu'il a explosé ?
- Il semblerait que non, dit Sony, puisque les Snow Kids ont tous le métafluide dans leurs corps. C'est pour ça que la Technoïd oblige Clamp à travailler pour elle. Elle espère mettre la main sur le métafluide.
- Et ce truc, c'est dangereux pour les Snow Kids ? demanda Artie.
- C'est fort possible... fut la réponse de Sony. »

Ses paroles eurent pour effet de mettre fin à toutes interrogations sur les agissements du chef des Pirates. Kiya, elle, était pensive. Elle était originaire d'Akillian, ça elle le savait. Mais elle n'avait jamais compris pourquoi elle avait vécu sur la planète Shadows, d'aussi loin qu'elle se souvienne. Peut-être que ses parents étaient morts durant cette catastrophe...


________________________


Artie avait pu obtenir la coopération de Micro-Ice. Les Pirates s'étaient postés non loin de l'hôtel. Pour l'instant, trop de robots rôdaient aux alentours pour qu'ils puissent passer. Corsos avait noté que les robots se relayaient toutes les deux heures et qu'il s'écoulait en moyenne cinq minutes entre le départ et l'arrivée des robots. Amplement suffisant pour qu'ils s'introduisent par les conduits d'aération. En attendant, ils patientaient.

Kiya avait réussi à se connecter à Arcadia Sports et suivait le match des Snow Kids contre les Wambas.

« Je suis sûr qu'ils vont gagner, s'exclama Artie. Ils sont trop forts.
- Moi j'aimerais bien que les Wambas gagnent, dit Kiya.
- Pourquoi ?
- Raison personnelle. »

La raison qui la poussait à soutenir les Wambas plutôt que les Snow Kids, c'était parce que son grand-père en était l'entraîneur. Elle avait apprit quelques jours avant le début de la Cup et cela lui avait fait drôle. Elle savait où se trouvait l'hôtel des Wambas et elle était persuadée qu'il suffisait qu'elle se présente simplement pour que son grand-père accepte de la voir. Seulement, elle ne lui avait donné aucun signe de vie depuis son départ de la planète Shadows.

« Pour en revenir aux Snow Kids, reprit-elle, s'ils arrivent à gérer la pression du Génèse Stadium, là, ils seront très fort.
- C'est si impressionnant que ça, le Génèse Stadium ? interrogea Artie.
- Ouais... Tu ne peux pas comprendre ce que l'on ressent si tu n'y a pas toi-même déjà mis les pieds... »

Kiya se souvenait encore de ce qu'elle avait ressenti lors de son premier match au Génèse Stadium. Ils affrontaient la Technoïd et elle avait été titularisée. Elle se souvenait qu'elle était terriblement sûre d'elle. Elle avait passé des heures à regarder les matchs des Technodroïd et à chaque entraînement elle avait brisé les bras des gardiens. Pour elle, elle était prête malgré ce que ses coéquipiers lui disaient.

Et puis, en quelques secondes, tout s'était ébranlé. Elle se rappelait des quelques secondes passée dans le tunnel d'accès, de l'immensité du stade une fois sortie, des lumières qui s'allumaient les unes après les autres, des cris du public. Et puis surtout... surtout... La pelouse. Cette pelouse en verre, transparente, qui donnait l'impression de se tenir dans les airs, si différente du stade souterrain des Shadows ! C'était sur cette pelouse qu'elle avait pris conscience, qu'à présent, elle faisait partie des grands du galactik football. D'un coup, elle avait ressenti toutes les attentes du public à son égard, elle, le petit génie du galactik football ! Et pour la première fois, elle avait ressenti un sentiment qu'elle n'avait jamais ressenti auparavant et une même question lui revenait en tête :

« Est-ce que je serais à la hauteur ? »





« Hé ! Kiya ! »

Elle sursauta. Artie lui passait sa main devant les yeux.

« Reste concentré, lui dit-il. Faut qu'on se tienne prêt pour intervenir.
- Ouais... Ça donne quoi le match ?
- Pour l'instant les Snow Kids se font laminer. »

Elle eut un petit sourire. Évidemment qu'ils se faisaient laminer ! Les Wambas n'étaient peut-être pas l'équipe la plus forte, mais ils étaient toujours présents sur le Génèse Stadium. Ils étaient habitués à la pression des matchs. Ceci dit, Kiya était curieuse de la réaction des Snow Kids et commença à regarder attentivement le match.

C'était pratiquement la fin de la première mi-temps et les Wambas menaient 1 à 0. Ils dominaient de bout en bout la rencontre et le coup-franc tiré par Lun-Zera le confirmait. Ahito, malgré sa bonne volonté, se laissa piéger. Les Wambas menaient 2 à 0 à présent.

« Ouais, ben, c'est mal parti... soupira Artie.
- C'est maintenant que l'on va voir s'ils sont vraiment forts, sourit Kiya. »

Les grandes équipes savaient toujours se relever et étaient toujours capable de faire corps, quelque soit les circonstances.

Le coup d'envoi de la seconde période était pour les Wambas. Woowamboo l'attrapa aussitôt. Il tenta une passe vers son milieu de terrain mais Tia l'intercepta aussitôt avec un saut d'une grande classe.

« Trop fort ! lança Artie alors que Corsos le fusillait du regard. »

La milieu de terrain passa plusieurs défenseurs avec une grande agilité et fit une passe à D'Jok qui ne trouva rien de mieux que de tenter sa chance au tir malgré la grande distance qui le séparait encore du but. La balle finit sa course dans les tribunes.

« Quel abruti ! C'est pas possible d'être aussi bête ! s'exclama Kiya.
- Il est pourtant bon en temps normal, fit Artie.
- Sauf que c'est un crétin ! Et les crétins se font toujours avoir par la célébrité !
- Non mais vous allez vous taire, tous les deux ! intervint Corsos, furieux. On va finir par se faire repérer ! »

Kiya et Artie se regardèrent, gênés et baissèrent les yeux. Sony eut alors un mouvement.

« Les robots vont bientôt partir, annonça-t-il. »

Quelques secondes plus tard, les deux robots quittèrent leur poste. Les pirates s'approchèrent alors discrètement de l'hôtel, ouvrirent le conduit d'évacuation et s'y introduisirent. La difficulté résidait dans le fait de ramper dans un endroit particulièrement étroit. Kiya avait l'avantage d'être plutôt petite et menue mais pour Corsos, Sony et Artie, c'était une autre histoire.

Fort heureusement, ils ne mirent que quelques minutes à arriver à destination.

« Voilà, c'est ici, dit Artie. Micro-Ice devrait nous rejoindre ici normalement. On a juste à attendre la fin du match.
- Et ça prendra combien de temps ? demanda Sony.
- Une vingtaine de minutes, répondit Kiya. Oh et au fait Artie, si ça t'intéresse les Snow Kids ont égalisé. »

Artie se garda bien de pousser un cri de joie, mais il leva cependant les bras en signe de victoire. Kiya ne put malheureusement suivre la fin du match pour des raisons de sécurité. Ils devaient être absolument le plus discret possible.

Le match se terminait aux alentours de vingt heures et la conférence de presse était à vingt-et-une heure. Micro-Ice devait les retrouver un peu avant mais pour une raison mystérieuse, il était en retard.

« Tu es sûr que l'on peut compter sur lui ? interrogea Sony, le regard sceptique.
- Heu... oui, j'en suis sûr. »

Comme pour confirmer ses propos, la bouche d'aération s'ouvrit et le visage de Micro-Ice apparut. Un par un, les Pirates descendirent.

« Content de te revoir, petit, fit Sony au joueur.
- Heu, oui, moi aussi.
- Au fait, vous avez gagné ou perdu ? lui demanda Artie.
- On a gagné.
- Oh yes ! »

Corsos réprimanda une nouvelle fois Artie pour son manque de discrétion, déclenchant un léger rire chez Micro-Ice et Kiya, laquelle lui fit un clin d'œil. Le Snow Kids les mena ensuite jusqu'aux chambres des joueurs.

« Voilà, on est arrivé, c'est notre couloir, dit-il. J'espère que vous réaliser les risques que je prends pour vous.
- Merci infiniment, Micro-Ice, répondit Sony en posant sa main sur son épaule. »

Micro-Ice eut alors un regard un peu vague et murmura :

« Alors c'est là-bas que je l'avais vu, en fait...
- Artie, fit Sony. »

Le jeune homme regarda son chef, un peu inquiet.

« T'en es vraiment sûr ? »

Sony le lui confirma d'un signe de tête. Artie soupira et sorti un petit appareil de la poche de son manteau.

« Désolé, mon vieux, s'excusa-t-il. Je sais que t'avais déjà pas trop apprécié la dernière fois...
- Ah non, Artie, ça va pas recommencer ? se défendit. Je t'en supplie, fais pas ça ! »

Il y eut un grand flash et les Pirates s'éclipsèrent en un clin d'œil, laissant Micro-Ice seul, au milieu du couloir. Il se frotta les yeux, regarda autour de lui en s'interrogeant. Puis il se rappela brusquement de la conférence de presse et se dirigea en courant vers l'ascenseur.

« C'est bête, fit Kiya. Je voulais lui demander quelque chose.
- Quoi donc ? lui demanda Sony.
- Oh, rien d'important. »

Ils ne mirent pas longtemps à trouver la chambre de Clamp. C'était l'une des rares à être avec un seul lit. Ils s'y cachèrent et attendirent l'arrivée de Clamp qui ne tarda pas.

« Bonsoir, Clamp, dit Sony lorsqu'il arriva.
- Qui est là, montrez-vous ! ordonna le scientifique. »

Kiya alluma les lumières et Corsos et Artie s'approchèrent de lui avec des brouilleurs.

« Surtout, tu bouges pas, compris ? lui intima Artie.
- Mais enfin...qu'est-ce que vous voulez ? demanda Clamp.
- Ne t'inquiète pas, Clamp, dit Sony. Corsos a installé un brouilleur magnétique qui empêche ton micro de fonctionner. On peut parler en toute liberté...
- Sony, l'interrompit Corsos. Je ne trouve aucune trace d'un quelconque micro.
- Quoi ? Tu en es sûr ? Mais c'est impossible ! »

Le chef des Pirates se leva et s'approcha du professeur. Kiya, qui était juste derrière lui, remarqua alors quelque chose d'étrange et le signala à Sony. Il tira le col de la chemise de Clamp et vit alors une marque qui ressemblait à un code barre.

« C'est un clone, maugréa Sony. Où se trouve le vrai Clamp ? »

Le clone resta silencieux.

« Corsos ! ordonna Sony. »

Le pirate sortit alors un étrange objet qui diffusait une lumière verte tourbillonnante.

« Grâce à ceci, tu devrais rapidement retrouver la mémoire. Alors ? »

Le regard du clone devint rapidement vague et il finit par s'asseoir sur le lit.

« Clamp est retenu prisonnier quelque part dans le stade mais par mesure de sécurité, on a refusé de me dire où exactement. Je dois livrer chaque jour des échantillons de métafluide pour que Clamp travaille dessus mais je ne connais jamais à l'avance le lieu de rendez-vous, déclama le faux Clamp.
- On ne peut trainer ici plus longtemps, déclara Sony. Artie, rafraichis la mémoire de notre ami, tu veux ?

Artie s'exécuta et pour la seconde fois, un flash puissant éclaira la pièce. Toujours aussi discret, les Pirates en profitèrent pour prendre la poudre d'escampette et pour quitter l'hôtel par le même chemin par lequel ils étaient venus.


______________________


«Clamp est retenu prisonnier par la Technoïd, disait Sony en faisant les cent pas. Ça devient plus compliqué que je ne le pensais... »

Ils étaient de retour au bar où Benett et Climbo les attendaient. Le petit animal s'était d'ailleurs précipité sur sa maîtresse lorsqu'il l'avait vu arrivée.

« Et en plus, il doit travailler sur le métafluide..., continuait le chef des Pirates. Les choses s'annonce vraiment mal.
- Qu'est-ce que tu comptes faire, Sony ? demanda Corsos.
- À ton avis ? Il faut libérer Clamp.
- Tu n'as quand même pas l'intention de t'introduire au quartier général de la Technoïd ? s'exclama son bras droit.
- Si j'en ai bien l'intention. »

Kiya échangea un regard inquiet avec Artie et Benett.

« On a déjà galéré pour s'introduire dans un simple hôtel, dit Artie. Alors t'imagines la Technoïd !
- Il faudra alors être extrêmement bien préparé, murmura Sony. »

Kiya soupira et se prit la tête dans les mains. Qu'est-ce qu'elle ne donnerait pas pour être sur Shiloë en ce moment même !

____________

Tada !

A vrai dire, la mission sur le Génèse de ne fait pas parti des moments que je préfère écrire mais pour mon scénario tienne la route, c'est essentiel de passer par là. Oh, si je compte bien (et si je suis gentille), vous aurez le 15 à la fin de la semaine ^^.

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kiya   Mar 27 Sep - 7:37

Il est trop bien
Beaucoup de suspens !!!
Revenir en haut Aller en bas
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Mer 28 Sep - 18:43

Et voici le chapitre 12 !

Bonne lecture.


CHAPITRE 12 :


Un nouveau code... Encore refusé ! Kiya tapa du poing sur la table ! Mais qu'est-ce que Sony attendait d'elle au juste ? Cracker la Technoïd, et puis quoi encore ! Elle n'était pas un hacker, elle, juste une ancienne joueuse de foot qui entraînait. Et même si le petit appareil qu'il lui avait donné faisait des merveilles, cela ne suffisait pas pour passer tous les pare-feu de la Technoïd. Il fallait une bonne connaissance informatique, chose qu'elle était loin de posséder.

« Alors ? Tu t'en sors ? »

Benett venait de la rejoindre dans sa cabine et s'assit sur ce qui lui servait de chaise de bureau.

« Non ! s'écria-t-elle. Je me suis encore fait bloquée ! Si tu veux mon avis, on perd notre temps à vouloir cracker la Technoïd. La seule chose qu'on obtiendra, c'est se faire repérer.
- Pourtant il faut bien libérer Clamp. Essaye encore, tu trouveras bien la solution.
- Tu crois que je fais quoi depuis ce matin ? J’arrête pas d’essayer, je me fait bloquer à chaque fois !
- Et en forçant un tout petit peu plus ?
- On parle de la Technoïd là ! Forcer plus signifierait se faire repérer. Laisse tomber, Benett, je te dis que j’ai tout essayé. »

Le capitaine soupira et croisa les bras. Kiya éteignit son visionneur et enfuit son visage dans ses mains. Une légère migraine commençait à pointer le bout de son nez. Benett posa sa main sur son épaule.

« Tu as fait du bon boulot, Kiya, lui dit-il en souriant. »

Elle haussa un sourcil de surprise.

« Tu te fiches de moi ? lâcha-t-elle.
- Mais non, tu as vraiment fait du bon boulot ! Bon je te laisse, faut que j’aille voir Sony. »

Et le capitaine sortit de la pièce, laissant la pauvre Kiya un peu perdue.

__________________________


Il s’avéra que Benett était allé voir Sony pour lui demander de changer de plan, lui disant que c’était impossible pour Kiya de cracker le système informatique de la Technoïd avec ses maigres connaissances. Il chargea donc Artie, Benett, Corsos, Cuistot et Kiya de filer le faux Clamp et de lui coller un mouchard afin de découvrir à qui il devait livrer les échantillons du métafluide. Un programme très simple, en somme.

Ils avaient décidé d’agir trois jours avant le match des Snow Kids contre les Lightnings, cela leur laissait largement le temps de filer l’individu. Artie avait été posté devant l’hôtel des joueurs d’Akillian et surveillait les allées et venues matin et soir. L’assistant de Benett ne manquait pas d’ailleurs de se plaindre de ce travail qu’il trouvait trop ennuyeux, lui qui aimait tant l’action.

Fort heureusement, l’action tant espérée par Artie commença bien plus tôt qu’ils ne l’auraient cru. Le clone du professeur fit son apparition une fin d’après-midi, deux jours avant le match de quart de finale.

« Corsos ! lança Artie. Ça y est, le voilà ! Il sort par l’entrée principale.
- Ok, te fais pas remarquer surtout, lui répondit le bras droit de Sony Blackbone. »

Kiya se trouvait avec Corsos, dans une petite ruelle à l’abri des regards indiscrets. À l’aide de son visionneur, elle essayait de pénétrer dans les archives de diverses entreprises de construction pour obtenir quelques bribes d’informations sur les bureaux de la Technoïd.

« Je l’ai toujours en visuel, fit la voix d’Artie. Il a pris à droite en direction du secteur 2-A.
- Ok, là-bas, on lui posera un mouchard. »

Corsos lui fit signe de prévenir Cuistot de se tenir prêt. La jeune fille s’exécuta et envoyant un message au robot ménager. Artie dit à ce moment-là :

« Je vais le lâcher. Sinon, il va me repérer. »

Et il coupa son micro.

Kiya lâcha le visionneur et se rapprocha de Corsos. Il alluma son scanner et attendit que Cuistot ait posé le mouchard sur le clone. Cela ne tarda pas. Quelques minutes seulement après qu’Artie ait coupé son micro, Corsos reçut la transmission du signal du mouchard. La voix de Cuistot vint le confirmer :

« C’est-bon-Corsos-j’ai-posé-le-mouchard.
- Bien joué, Cuistot, se réjouit Corsos. Ça marche, je l’ai sur mon scanner. Benett, à toi de jouer maintenant. »

Benett se trouvait sur l’une des nombreuses routes du Génèse. Sur le scanner, on pouvait voir qu’il était sur l’une des avenues les plus passantes du Stade. Bizarre, se dit Kiya. Elle aurait plutôt imaginé une ruelle bien sinistre à l’abri de tous.

« Corsos, est-ce que tu me reçois ? J’ai repéré la cible, je l’ai en visuel. Clamp s’approche de son contact. »

Ah ! Les choses sérieuses commençaient. C’était le moment d’être attentive. Mais Artie arriva à ce moment-là, les vêtements en lambeaux. Kiya ouvrit des yeux ronds.

« Enfin-te-voilà, râla Cuistot qui était revenu quelques minutes plus tôt.
- Attends m’en parles pas ! »

Il pointa du doigt son t-shirt déchiré.

« J’sais pas qui a dit que les Wambas étaient un peu peuple pacifique mais c’est un gros mytho !
- Tu te balades avec un t-shirt Micro-Ice et une casquette Akillian et tu te réfugies dans un bar Wambas alors qu’ils viennent juste de perdre contre les Snow Kids ? lança Kiya. Artie, t’es un crétin !
- Chut, vous deux ! s’exclama Corsos. J’arrive pas à entendre Benett. »

La voix de Benett résonna à nouveau à travers le transmetteur.

« Il vient de donner quelque chose à son contact, disait-il. Le contact quitte les lieux. Il est partit dans votre direction. J’vous rejoins ! Terminé. »

Et en effet, quelques secondes plus tard, ils purent apercevoir le fameux contact.

« Qui est-ce ? interrogea Kiya.
- Baldwin en personne, répondit Corsos. C’est du lourd ! La Technoïd a sorti le grand jeu on dirait. »

Discrètement, la petite bande sortit de sa cachette et suivit Baldwin qui se dirigea vers un quartier d’affaire hautement sécurisé. Baldwin avança vers un immeuble imposant portant le sigle de la Technoïd. Il montra quelque chose à l’un des gardes qui gardait l’entrée, qui le laissa passer.

« Ça m’a l’air extrêmement bien gardé, commenta Corsos. Bizarre pour un simple immeuble de bureau.
- Venant de la Technoïd, tu t’attendais à autre chose ? railla Kiya.
- Je vais avoir besoin de tous les plans de cet endroit avec tous les passages possible, continua-t-il sans prêter attention à la jeune fille. Tu peux me trouver ça, le Cuistot.
- Je-m’en-occupe- ! lança-t-il avant de partir.
- Et nous, on va vite prévenir Sony. »


_________________________


« Entrer en catimini dans le bâtiment de la Technoïd ?
- Oui !
- Les types qui veulent ta tête ?
- Oui, eux-mêmes.
- C’est de la folie ! »

Sony venait de leur annoncer qu’ils allaient profiter du quart de finale entre les Snow Kids et les Lightnings pour s’introduire dans le bâtiment de la Technoïd et libérer Clamp. Un plan qui avait littéralement secoué Kiya, Artie et Benett.

« Est-ce que tu es sûr de ton coup, Sony ? fit le capitaine. Si on se fait prendre, on est foutu !
- C’est la seule occasion que nous avons pour libérer Clamp, expliqua le chef des Pirates.
- Et les gardes ? intervint Kiya. Il doit y en avoir des centaines ! Et en plus, Clamp est dans une pièce cachée !
- C’est pour ça qu’on va passer par les conduits d’aération.
- Quoi ?
- Cuistot m’a fourni les plans de l’immeuble, je les ai transférés sur ton visionneur. Tu nous guideras. Benett, toi, tu seras chargé de pirater les caméras de surveillance afin qu’elle ne nous remarque, Artie, tu surveilleras l’évolution du match. Nous avons exactement quatre-vingts dix minutes plus un quart d’heure de mi-temps pour agir.
- C’est court, soupira Artie.
- C’est pourquoi il faudra être très rapide. »

Là, c’était sûr. Ce séjour sur le Génèse Stadium était bien le plus horrible qu’elle ait jamais fait. Le premier, c’était lorsqu’elle avait participé à la Galactik Football Cup avec les Shadows. L’aventure s’était terminée pour elle en demi-finale, contre les Wambas. Malgré la victoire, elle était tombée malade la veille de la finale et n’avait pu y participer. Les Shadows avaient perdu 1 à 3 contre les Lightnings. Malgré cette triste fin, Kiya avait aimé cette aventure. Elle en avait appris beaucoup sur le monde du Galactik Football et sur elle-même.

La deuxième fois qu’elle s’était rendue sur le célèbre stade, c’était juste après son départ de la planète Shadows. Anéantie par le départ de son frère et son renvoi, seule, perdue, ne sachant quoi faire, elle avait vaguement espéré pouvoir retrouver Sinedd là-bas. Au lieu de ça, c’était des centaines de journalistes et des fans qui l’avaient attendu. Pour l’enfant qu’elle était encore à l’époque, c’en était trop. Elle s’était cachée et c’est à ce moment-là qu’elle fit la rencontre des Pirates qui avaient finalement accepté de l’amener sur Shiloë.

Aujourd’hui, Kiya se plaisait à dire que le Génèse et elle, c’était une histoire de « je t’aime, moi non plus ».

Un bip sonore la tira brusquement de ses pensées. Elle se leva de sa couchette et appuya sur un bouton enfuit sous une montagne de papier.

« Surprise ! lui lancèrent les Pirates.
- Ça alors ! s’exclama-t-elle. »

Devant elle, l’écran du transmetteur s’était allumé et les visages de Stevens, Kare, Mary, Sue, Sasha, Mike, Jecht et Dan apparurent.

« Alors ? lança Stevens. Comment va notre princesse du Galactik Football ?
- Appelle-moi encore une fois comme ça et je te jure que tu souffriras à mon retour, répliqua Kiya.
- Essaye pour voir ! Tu pourras pas être pire que Ben. »

Elle éclata de rire.

« Qu’est-ce qu’il vous a encore fait ?
- Oh rien de bien méchant, reprit Dan. Il nous fait juste faire le tour de Shiloë une heure avant le lever du soleil, enchainer les séances de tir au but et de conduite de balle pendant plus de trois heures avant que l’on passe l’après-midi en match virtuel contre les grosses pointures. Ah et attention ! Les paramètres sont réglés au maximum.
- Et en plus on a qu’une heure de pause dans toute la journée, conclut Mary.
- Ah oui, dure… grimaça Kiya. »

Ben, malgré tout le respect qu’elle avait pour lui et malgré ses immenses compétences d’entraîneur, n’avaient pas vraiment de notion de repos du corps… ou alors il faisait comme s’il n’en avait pas.

« Enfin bref, continua la milieu de terrain, comment ça se passe pour toi ?
- T’assiste en première loge à tous les matchs de la Cup ? railla Sue.
- Si seulement ! soupira Kiya en s’écroulant sur une chaise. À la place, on va s’introduire dans le bâtiment de la Technoïd pour libérer quelqu’un.
- TROP COOL ! »

Kiya sursauta et regarda ses amis avec des yeux ronds.

« Mais vous êtes fous, s’écria-t-elle.
- Toi, tu es folle ! lança Jecht. Nous, on souffre le martyr et toi, tu joues les héroïnes ! C’est un peu plus excitants tu trouves pas ?
- Je risque ma peau !
- Mais nous aussi ! Ben veut notre peau !
- Je te donne ma place quand tu veux, Jecht.
- Ok, alors tu prends ma place en attaque ?
- Même pas en rêve ! »

Quelques éclats de rire fusèrent. Kiya fronça les sourcils.

« Et puis d’abord pourquoi tu me demandes ça ? D’habitude, on fait tout pour conserver sa place !
- Relax, Kiya, c’était du second degré, tempéra Mike.
- Ceci dit, reprit Stevens, autant aborder le sujet maintenant puisqu’on en parle. »

Kiya haussa un sourcil interrogateur. Tout d’un coup, ses amis lui parurent plus graves, plus sérieux. Sasha s’avança et dit :

« Avant toute chose, promets que tu ne t’énerveras pas et que tu y réfléchiras. D’accord ?
- Réfléchir à quoi ?
- Kiya, s’il te plait, tu y réfléchiras ?
- Peut-être… murmura-t-elle après un instant de silence. »

Sasha se tourna vers Stevens qui lui fit un signe de tête. Elle prit une grande inspiration et lança :

« Ben… Nous tous, nous souhaitons que tu intègres l’équipe. En tant que joueuse. »

Kiya ouvrit grand la bouche… pour la refermer aussitôt. Elle aurait dû s’en douter. Bien qu’il ne le lui avait jamais dit clairement, Ben avait toujours souhaité l’avoir dans l’équipe, en tant que joueuse. Mais il savait aussi que Kiya ne voulait plus rejouer.

« Il connait déjà ma réponse, répondit-elle. C’est non.
- Kiya, tu avais dit que tu réfléchirais ! s’exclama Sasha.
- C’est déjà réfléchi.
- Kiya, intervint Kare, ne sois pas ridicule ! C’est du gâchis de ne plus jouer avec le talent que tu as !
- Mais pourquoi est-ce que tout le monde me parle de mon talent ? J’ai quand même le droit de ne plus vouloir jouer ! Ce n’est pas un crime à ce que je sache ?
- Je t’en prie, lâcha Sue. Tu brûles d’envie de remonter sur un terrain ! On le voit bien avant chaque match ! Qu’est-ce qui t’en empêche ? »

Pour le coup, Kiya ne trouva rien à dire. Qu’est-ce qui l’en empêchait ? Techniquement, elle n’avait pas été punie, bien au contraire, ils avaient été très indulgents. Et Hamilton l’avait renvoyé pour lui épargner les scandales. Alors peut-être que le problème venait d’autre part…

« Je ne sais pas… dit-elle à voix basse. »

Elle leva les yeux. L’équipe la regardait, intriguée.

« Il faut que j’y aille.
- Eh ! Attends, Ki… »

*clic*

Le silence revint. Kiya soupira et serra alors le pendentif qu’elle avait toujours sur elle.

_________

Première partie. Fin.

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Mer 28 Sep - 18:44

Chapitre 12. Deuxième partie.

____________


Le grand jour était arrivé. Pour tous les amateurs de galactik football, c’était le match à ne surtout pas manqué : le quart de finale entre les Lightnings, champion en titre et les Snow Kids, surprise du début de la Cup. Le match allait se jouer à guichet fermé et les quelques centaines d’écran géants disposés un peu partout sur le Génèse allaient être pris d’assaut par les supporters qui n’avaient pas pu obtenir le précieux sésame pour assister au match.

Pour les pirates par contre, ce jour était tout autre. Depuis ce matin, Kiya avait le ventre noué. Il fallait dire que s’introduire de force dans le bâtiment de la Technoïd avait de quoi impressionner. Certes, elle était une pirate mais à la base, elle faisait uniquement partie du staff technique de l’équipe de football.

Le plan avait été établi à la seconde près. Ils avaient toute la durée du match pour agir. Au-delà, les choses risquaient fort de se corser. Il fallait donc être particulièrement minutieux.

Une demi-heure avant le début match, ils s’étaient positionnés non loin du bâtiment, suivant via l’oreillette d’Artie, le cours des événements. La pression qui montait les aidait aussi à être sur leurs gardes. Soudain…

« Ça y est, on peut y aller, dit Artie. »

Rapidement, les pirates sortirent de leur cachette et « empruntèrent » un astrobus qui les mena directement à une porte dissimulée aux yeux de tous et située juste en dessous de l’entrée principale. Cuistot leur avait appris que c’était par là qu’entrait les gens… qu’il ne valait mieux pas apercevoir. De ce fait, elle n’était jamais gardée.

Ils sortirent de leur véhicule et se postèrent devant la porte. Artie vérifia le déroulement du match avec son oreillette.

« C’est bon, les gars. Le match vient juste de commencer, annonça-t-il. »

Benett sortit alors un petit appareil de sa veste et le connecta au panneau de contrôle. Il bidouilla deux-trois trucs et la porte s’ouvrit. Ils s’y engouffrèrent en vitesse. Kiya en profita pour sortir son visionneur et afficher les plans du bâtiment.

« Par-là se trouve le secteur de la sécurité, dit-elle en désignant une direction. »

Ils virèrent à droite puis à gauche avant de suivre un long couloir.

« C’est ici. »

Benett leva l’un des panneaux de fer et brancha son appareil.

« Dans quelques secondes vous serez totalement invisibles. »

Il pianota sur quelques touches et un voyant situé sur le panneau de contrôle s’éteignit.

« C’est bon. Maintenant vous pouvez y aller les gars, lança-t-il en levant le pouce. »

Ils ne se le firent pas dire deux fois. Ils prirent un ascenseur et montèrent jusqu’à l’étage où se trouvait la salle secrète. Arrivés à cet étage, ils ouvrirent la sortie de secours de l’ascenseur. Craignant que le bruit n’alerte les gardes, ils grimpèrent en vitesse. Une poignée de seconde plus tard, un garde vérifia la cage d’ascenseur. Ils attendirent avec un sang-froid plutôt impressionnant qu’il s’en aille et Sony ouvrit la bouche des conduits d’aération. Kiya monta la première, suivie par Sony, Artie et Corsos.

Ils avancèrent à quatre pattes dans le conduit poussiéreux. Fort heureusement, il était suffisamment large pour permettre aux Pirates de ne pas se sentir trop à l’étroit. Enfin… cela restait quand même un conduit d’aération.

« C’est ici, dit Kiya en s’arrêtant après une avancée beaucoup plus courte que ce qu’elle avait imaginé.
- Oui, c’est juste en-dessous, confirma Sony.
- C’est bien ce que je craignais, commença Corsos, il n’y a aucune bouche d’aération qui donne dans cette pièce.
- Dans ce cas, il va falloir en percer une nous-mêmes.
- Mais ça risque de faire un sacré boucan.
- Non, pas avec ça, fit le chef des Pirates en sortant une sorte de stylo-laser. Ça prendra juste un peu plus de temps. Artie, où est-ce qu’ils en sont ?
- Toujours zéro à zéro, répondit-il.
- Je ne te demande pas le score, espèce d’imbécile !
- Ah oui pardon ! Excuse-moi. Ça va bientôt être la fin de la première mi-temps. »

Sony émit un son à mi-chemin entre le soupir et le grognement. Kiya se recula légèrement pour le laisser couper la bouche d’aération tout à son aise. Elle prit alors l’initiative de se connecter aux caméras qui se trouvaient dans le bureau des gardes afin de les surveiller. Sony alluma son laser et commença à découper. Les quelques étincelles qu’il produisait éclairaient le conduit. Tout d’abord, il découpa un petit trou pour surveiller Clamp et la chambre.

« Oh nan ! C’est pas possible ! Allez les gars, il faut marquer ! »

Le cri d’Artie les fit sursauter.

« Non mais t’es pas bien ? s’écria Sony, furieux. Tu veux nous faire repérer à gueuler comme ça ?
- Oups ! Désolé Sony…
- Sony ! lança Kiya. Les gardes se doutent de quelque chose ! »

Sur l’écran de Kiya, l’un des gardes se leva et se dirigea vers la chambre de Clamp. Le bruit d’une porte qui s’ouvre alerta les pirates et Sony qui se baissa pour regarder. Heureusement pour eux, le garde ne resta que quelques secondes, bien plus préoccupé par le match que par d’éventuels visiteurs.

« On a eu chaud, c’est bon, il s’est tiré, soupira Sony tandis que Corsos fusillait Artie du regard. »

Sony reprit sa besogne. L’ouverture se formait petit à petit, lentement. Les minutes s’égrenèrent les unes après les autres. La mi-temps était passée et l’ouverture était toujours à moitié faite. Kiya commençait à s’inquiéter. Aurait-il assez de temps pour libérer Clamp ?

Enfin l’ouverture était finie ! Sony enleva le morceau de tôle et sauta dans la pièce, bientôt suivi par Corsos et Artie. Kiya, restée en haut les observa. Elle vit Artie plaquer une espèce de tube sur le cou de Clamp et aspirer le micro. Rapidement, ils aidèrent Clamp à se lever et le souleva pour l’aider à atteindre le trou. Kiya l’attrapa par les bras et le tira de toutes ses forces.

« Bon sang ! lâcha-t-elle. Vous êtes petit mais lourd ! »

Toujours en essayant de faire le moins de bruit possible, ils firent demi-tour et se retrouvèrent dans la cage d’ascenseur. Clamp s’effondra.

« Il est brûlant, fit Kiya en posant sa main sur son front.
- L’antidote… il me faut l’antidote… gémit l’ancien scientifique.
- Non, Sony ! C’est beaucoup trop risqué ! objecta Corsos. Il faut se barrer d’ici le plus vite possible.
- Ison… Je… Je vais mourir… »

Kiya vers Sony, inquiète. Il n’allait quand même pas le laisser dans cet état !

« Sony…commença-t-elle.
- Attendez, l’interrompit Artie. On va peut-être avoir un peu plus de temps que prévu ! »

Ils se tournèrent vers Artie, concentré par ce qu’il entendait dans l’oreillette. Kiya se rapprocha et tendit l’oreille. Apparemment, les Snow Kids avaient tout fait pour neutraliser l’attaque des Lightnings et avaient tenu jusqu’à la dernière minute des prolongations sur un score vierge. Warren avait bien tenté de marquer sur la fin mais D’Jok avait réussi à bloquer le ballon, gardant ainsi les cages de son équipe inviolées et déclenchant ainsi la séance de tir-aux-buts.

« Ce type est génial ! pensa-t-elle avec soulagement. »

« Ah c’est cool, ça ! s’exclama Artie. On va avoir droit à au moins dix minutes de rab !
- Qui a l’antidote ? demanda Sony à Clamp.
- B…Bleylock… »

Sans perdre une minute, les pirates descendirent dans l’ascenseur. Artie sortit son brouilleur et l’activa. Quelques minutes plus tard, ils entendirent des pas passés devant eux. Sony entrebâillât légèrement la porte de l’ascenseur pour vérifier que c’était bien Bleylock qui sortait de son bureau.

« Très efficace ce brouilleur ! se réjouit Artie. Il est…
- Dépêchez-vous, l’interrompit Sony. »

Ils sortirent de l’ascenseur en vitesse et pénétrèrent dans le bureau de Bleylock, impeccablement rangé. L’écran géant, fixé au mur était resté bloqué sur l’image de Micro-Ice et du gardien Lightnings. Sur le mur de droite, un immense portrait de Bleylock était accroché. Ce type s’aimait, c’était incroyable !

Les Pirates commencèrent à fouiller pendant que Kiya surveillait Clamp et le couloir. Tiroirs, placards, dossiers, corbeille… tout fut fouillé de fond en comble. Aucune trace de l’antidote.

« C’est pas possible ! Il doit bien être quelque part ! s’exclama Corsos.
- Vous croyez que Bleylock l’a emporté avec lui ? demanda Kiya. »

Aucune réponse ne lui parvint, comme s’ils ne voulaient pas entendre parler de cette possibilité. Mais voilà, les tirs au but duraient une dizaine de minutes, grand maximum et l’antidote était toujours introuvable. Et comme pour confirmer les craintes de Kiya, Artie s’écria :

« Ils ont gagné, Sony ! Les Snow Kids ont gagné !
- Mais alors ça veut dire que le match est terminé, lança Corsos. Sony, on peut pas rester plus longtemps ! Faut y aller ! Et tant pis pour l’antidote !
- Attends une seconde, dit le chef des Pirates. »

Il s’avança, intrigué vers le tableau. Mais quelque chose dans le couloir alerta Kiya. Des voix…

« Sony, Bleylock va bientôt revenir ! l’avertit-elle. »

Mais Sony ne semblait pas s’en soucier. Il le fixait avec beaucoup d’attention avant de s’exclamer :

« Le tableau ! »

Il le prit et le décrocha. Les Pirates eurent alors la surprise de découvrir une sorte de coffre-fort caché derrière. Coffre-fort qui contenait le fameux antidote. Sans plus tarder, Sony s’en empara et sortit de la pièce, talonné par ses acolytes. Ils se réfugièrent dans l’ascenseur, descendirent et se retrouvèrent dans le couloir où se trouvaient les ordinateurs responsable de la sécurité. Sony prévint Benett de leur arrivée et lui demanda de se tenir prêt à venir les chercher avec l’astro bus. Sitôt dit, sitôt fait. Ils étaient à peine sorti du bâtiment que Benett surgit face à eux.

« Tout s’est bien passé ? demanda-t-il.
- On te racontera plus tard, s’exclama Sony. Appuie sur le champignon, ils vont donner l’alerte. »

Sony avait à peine prononcé ces mots qu’une sirène retentit dans leur dos. Kiya, Sony, Corsos et Artie qui soutenaient Clamp, sautèrent dans l’astrobus et Benett accéléra brusquement. Ils allèrent si vite que plusieurs personnes en furent alertés. Mais heureusement, Benett connaissait suffisamment bien le Génèse Stadium pour leur permettre de se cacher.

Quand ils furent certains d’être à l’abri de tout regard, ils sortirent de l’astrobus. Sony allongea alors Clamp, au plus mal, et lui donna l’antidote. Il ne fallut que quelques minutes pour qu’il agisse et que le professeur reprenne des couleurs.

« Tu te sens mieux ? lui demanda Sony.
- Oui…enfin, je crois… Les Snow Kids ! s’exclama Clamp. »

Il tenta de se relever précipitamment.

« Doucement, lui intima Sony, tu étais encore mourant y’a pas cinq minutes.
- Ison, les Snow Kids, il faut les aider ! Ils sont en danger !
- Explique-toi. »

Clamp expliqua alors que le métafluide présent dans le corps des Snow Kids suivait le même développement que celui du Souffle d’Akillian mais qu’il le pervertissait et mettait ainsi en péril la santé des Snow Kids.

« Bleylock veut profiter de cette occasion pour récupérer le métafluide, expliqua Clamp. Il attendait qu’il se soit suffisamment développé dans le corps des joueurs pour le synthétiser. Et justement, il voulait agir après le quart-de-finale. Ison, tu te rends compte ! Si Bleylock a choisi ce moment c’est parce que le métafluide est devenu suffisamment fort. Il va finir par les tuer si on ne fait rien !
- Sans compter qu’il y a toujours le clone auprès d’eux, fit Benett. Il faut qu’on aille là-bas Sony. »

Il n’en fallut pas plus pour décider le chef des Pirates. Avec leur discrétion habituelle, Les Pirates et Clamp prirent la direction du Génèse Stadium. La foule massive de supporter qui quittait le stade leur permirent de se camoufler et de rentrer sans trop se faire remarquer.

À partir de là, ce fut Kiya qui prit les commandes car s’il y avait bien un endroit qu’elle connaissait par cœur, c’était bien le stade. Elle les mena dans un labyrinthe de couloir et d’escalier ou un tourbillon de supporter défilait.

« Voilà, c’est ici ! »

Ils se trouvaient devant une porte en acier, scellé par un scanner rétinien.

« C’est réservé aux joueurs et à leur staff, expliqua-t-elle. Mais heureusement que nous avons Clamp avec nous. Le scanner devrait pouvoir vous reconnaitre. »

Clamp approcha son œil du scanner. Un bref rayon lumineux apparut et la porte s’ouvrit. Les Pirates s’engouffrèrent dans le couloir complètement désert. Tant mieux ! Cela les arrangeait.

« Stop ! s’écria Kiya en s’arrêtant brusquement. C’est ici. »

Ils se trouvaient devant une porte où était inscrit en gros « Snow Kids ». Des éclats de voix leur parvenaient.

« … l’impression qu’ils sont à bout de force, fit la voix de Aarch. Je n’y comprends plus rien… Ils ne finissaient jamais leurs matchs dans cet état avant…
- Ils sont très malade, Aarch. »

Grâce à l’empreinte rétinienne de Clamp, la porte s’était ouverte et les Pirates étaient entré dans la cabine sous les regards médusés de Aarch et Dame Simbaï et celui effrayé du faux Clamp.

« Mais qu’est-ce que… C’est toi Clamp ? s’exclama Aarch en regardant tour à tour Clamp et son clone. »

Le clone se recula, conscient qu’il était dangereux pour lui de rester plus longtemps mais Clamp s’interposa. Les Pirates en profitèrent pour bloquer la sortie. Le clone était bloqué.

« C’est marrant, je me voyais quand même plus beau que ça, plaisanta Clamp. »

Corsos s’avança et menotta le clone. Sony se tourna alors vers Kiya.

« Va chercher les Snow Kids, lui dit-il. Dis leur de se changer immédiatement et de faire leurs bagages. Il faut qu’ils changent d’hôtel.
- Attendez ! répliqua Aarch. Est-ce que vous allez me dire ce qu’il se passe ?
- Plus tard, Aarch, l’important est de mettre les Snow Kids à l’abri, intervint Clamp. Kiya vas-y.
- Super ! J’ai toujours aimé annoncer les mauvaises nouvelles, soupira la jeune fille. »

Elle sortit de la cabine, les mains dans les poches et se dirigea vers le vestiaire. À l’intérieur, des cris de joie retentissaient. Kiya grimaça. Il venait de gagner un match important et elle allait leur annoncer qu’ils devaient partir parce qu’un malade voulait récupérer un fluide qui pouvait les tuer. Il y avait mieux pour fêter une victoire.

« Salut les Snow Kids ! lança-t-elle en ouvrant la porte. »

Elle avait décidé d’y aller de façon décontracté et de leur annoncer en douceur. Mais lorsqu’ils la vit, les Snow Kids s’arrêtèrent immédiatement de fêter leur victoire. Pour la douceur, on repasserait.

« Bravo pour votre victoire, continua Kiya sans faire attention au silence. Battre les Lightnings c’est quelque chose !
- Qui es-tu ? lui demanda sèchement Mei.
- Je te reconnais, fit Thran. On s’est vu sur Shiloë ! Tu es une Pirates, c’est ça ?
- Oh ! Tu te souviens de moi ? Je suis touchée. Eh oui, je suis bien une pirate. Je m’appelle Kiya.
- Kiya ? fit Tia. Comme la joueuse des Shadows ?
- Heu oui… C’est moi.
- Quoi ? »

Les Snow Kids la regardèrent comme si elle débarquait d’une autre planète. Ils se regardèrent les uns et les autres.

« Trop fort ! lança Ahito. J’ai toujours voulu vous rencontrer !
- Me vouvoie pas comme ça, s’exaspéra Kiya. Tu sais, j’ai ton âge. Bon, écoutez, j’adorerais discuter plus avec vous plus longtemps mais on est un peu pressé. Sony m’envoie vous chercher. Vous êtes en danger, la Technoïd en a après vous. C’est pour ça qu’on va vous changer d’hôtel. Préparez vite vos bagages. »

Les Snow Kids étaient bouche-bée. Ils ne savaient pas ce qui les surprenait le plus : le fait que la Technoïd en ai après eux ou bien le fait que l’ancienne star des Shadows se tenait face à eux et faisait parti des Pirates.

« Allez on se bouge ! lança Kiya en frappant dans ses mains. La Technoïd est peut-être déjà en route.
- Excuse-moi mais je suis plutôt sceptique, dit Rocket. On t’a jamais vu, tu débarque comme ça et tu nous dis que la Technoïd en a après nous ? Mais qu’est-ce qui nous le prouve ?
- Thran vous a dit que j’étais une Pirate, ça devrait vous suffire.
- Ça ne prouve rien du tout ! intervint D’Jok en se plantant face à la jeune fille.
- Ben écoute, mon vieux, si tu veux avoir une preuve de ce que j’avance, tu n’as qu’à rester gentiment ici à attendre qu’ils t’enlèvent. »

La réponse était acerbe et direct mais Kiya commençait à perdre patience. Les Snow Kids se regardèrent, intrigués. Faisaient-ils confiance à cette fille qui disait être la Kiya des Shadows ou bien…

« Alors vous venez ? fit Kiya, appuyée contre la porte. »

_____________

En fait, sur cette partie, y'a pas vraiment de surprise ou de suspens vu que ce sont des choses qu'on voit dans la série mais elles sont essentiels pour la suite de mon histoire. Et puis, je suis contente, elle dure moins longtemps que prévu ^^.

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
NicoetNath

avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 12/09/2011

MessageSujet: Re: Kiya   Mer 28 Sep - 19:18

Et bien Sheena franchement ce sont les deux chapitres que je préfère jusqu'à présent quel suspens, car en lisant on se met évidemment dans la peau des pirates et on vit minute par minute les événements... J'adoreeeeeeeeeeee
P.S. y a un petit truc qui me fait rire, va voir ma fic je viens juste d'écrire comment Lobnor est devenu Clamp hihihi. Ca m'a fait sourrire quand j'ai lu le passage qu'on découvre rien sur le passé de Clamp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Sam 1 Oct - 16:27

Tadam ! Le chapitre 13, tout beau, tout neuf (ou pas) sous vos yeux ^^.



Chapitre 13 :



Le cruel dilemme qui s’imposait aux Snow Kids… La vie ou la victoire. Le choix pouvait être vite fait. Tout dépendait de l’ordre de ses priorités.

Kiya était tranquillement adossé au mur qui faisait face à l’entrée de la chambre de Rocket. Les Snow Kids y étaient maintenant enfermé depuis plus d’une heure. À travers, la porte métallique, les éclats de leurs voix parvenaient aux oreilles de Kiya.

« … si on perd le Souffle ?
- Alors il se peut qu’on perde aussi nos chances d’accéder à la finale.
- Au moins, on sera vivant…
- Mais qui nous dit que ce truc est vraiment dangereux ?
- Clamp. Et Sony Blackbone aussi.
- Moi, je ne sais vraiment pas quoi faire… »

C’était la voix de Tia qui avait dit ça. Les autres se turent. De toute évidence, ils n’avaient pas encore pris leur décision. La porte s’ouvrit et D’Jok sortit. Il marqua un temps d’arrêt en voyant Kiya, ouvrit la bouche pour dire quelque chose puis se ravisa et se dirigea vers l’ascenseur. Il s’apprêtait à appuyer sur le bouton quand il se retourna brusquement et dit ;

« Je voulais te demander…
- Bien sûr que vous pouvez gagner, acheva Kiya sans le regarder. »

Il la regarda comme s’il ne comprenait ce qu’elle venait de dire.

« Ce n’est pas ce que tu voulais me demander ? s’étonna la jeune fille.
- Non, répondit le rouquin. Je voulais te demander si ce métafluide était vraiment dangereux pour nous.
- Sony et Clamp le disent donc, je pense que c’est vrai.

Il la regarda d’un œil suspicieux puis reprit :

« On peut vraiment gagner ?
- Bien sûr !
- Même sans fluide ?
- Oui !
- Et pourquoi est-ce que tu en es tellement persuadée ?
- Tu préférerais peut-être que je te dise que vous ne valez plus rien sans le Souffle ? Ecoute, j’ai joué sans jamais utilisé le moindre fluide et je m’en sortais très bien. Pourquoi ça ne serait pas la même chose pour vous ? En plus, vous affrontez la Technoïd, l’une des équipes les plus faciles à battre. »

D’Jok laissa échapper un petit rire amer à ses propos.

« Ça, je ne parierai pas là-dessus.
- Puisque je te le dis. Tu devrais me faire confiance.
- Et pourquoi parce que tu le dis, ça devrait être vrai ?
- Parce que à l’époque où toi, tu rêvais de la Cup, moi je jouais déjà chez les pros.
- Je pourrais tenir compte de cette information si cela ne faisait pas des années que tu n’avais pas mis les pieds sur un terrain. »

Kiya se releva brusquement. Elle aurait pu se satisfaire de la lueur de colère qui luisait dans les yeux de D’Jok si elle-même n’avait pas été aussi énervée. Elle lui jeta un regard noir et partit d’une démarche raide.

___________________________


Kiya était retournée au vaisseau pirate où Climbo l’avait accueilli avec une certaine froideur, furieux qu’elle ne l’ai pas emmené avec lui au moment où ils avaient libéré Clamp. Et même si Kiya s’efforçait de lui faire comprendre que ça aurait été trop risqué de l’emmener, qu’il avait fallu être très discret, le petit animal ne voulut rien entendre et lui tournait ostensiblement le dos. Furieuse, Kiya renonça et se laissa tomber sur sa couchette. Vivement que les Snow Kids prennent leur décision et qu’ils partent ! Elle commençait à en avoir assez du Génèse Stadium.

Machinalement, elle passa la main sur son cou pour serrer son pendentif dans une tentative de réconfort et se redressa aussitôt, effarée. Sa main tâtonnât à la recherche du pendentif mais ne trouva rien… Disparu… Plus là…

Kiya se précipita vers un miroir et contempla son reflet. Non, non décidément non, elle n’avait plus son pendentif…

« Comment… balbutia-t-elle. »

C’était comme si une main lui empoignait le cœur… Ce pendentif… Cette petite clef en argent, c’était un cadeau de son grand-père et de Sinedd lorsqu’elle avait rejoint les Shadows. Elle ne pouvait pas l’avoir perdue, non, c’était impossible ! Elle devait forcément être quelque part dans la cabine !

Prise de panique, elle fouilla l’exigüe cabine, retourna les matelas, vida les placards et les tiroirs, jeta les couvertures au sol... Rien ! Il n’y avait rien… Elle se précipita alors au-dehors de la cabine et interrogea tous les pirates. Mais aucun n’avait vu son pendentif pas même Cuistot avec ses capteurs sophistiqués. Kiya dû bientôt se rendre à l’inadmissible évidence : elle avait sûrement perdu son pendentif quelque part dans le Génèse Stadium. Ce qui voulait dire qu’elle n’avait aucune chance de le retrouver. Comment en effet, retrouver quelque chose d’aussi petit dans un stade aussi grand ? Quelqu’un l’avait probablement ramassé et garder.

La mort dans l’âme, Kiya s’isola dans sa cabine en désordre. Climbo la voyant si affligée, avait oublié sa colère et tentait de la consoler. La jeune fille était au bord du désespoir. Elle se sentait comme orpheline, ce pendentif, pour elle, était comme un lien qui la reliait à ses proches. Et à présent, elle se sentait vraiment seule.

« Kiya ! »

La voix d’Artie lui paraissait lointaine. Kiya ne bougea pas.

« Kiya, continua-t-il, les Snow Kids ont pris leur décision. Ils vont se faire extraire le métafluide. Sony nous attend à leur hôtel. »

La menace du métafluide lui paraissait soudain très secondaire face à la perte de son pendentif. Pourtant Kiya se leva et suivit Artie. Cependant, cette fois, elle prit Climbo avec elle.

________________________


Les Snow Kids avaient tous des têtes d’enterrement. Un à un, ils passaient sur la machine de Clamp et se faisaient extraire le fluide démoniaque. Quand ils sortaient, ils affichaient l’air d’une personne condamnée à mort mais Kiya, trop déprimée par la perte de son bien, n’y fit pas attention. Elle ne remarqua pas non plus que D’Jok, plus que les autres, avait l’air abattu et qu’il se montrait particulièrement gêné en présence de Sony.

Il fallut ensuite attendre plusieurs jours pour synthétiser le métafluide. Pendant ce temps-là, les Snow Kids tentaient de s’entraîner sans le Souffle. Kiya n’assistait pas aux entraînements mais à en juger par les mines abattues qu’ils affichaient au sortir de chaque séance, ce n’était guère brillant. Bien que toujours attristée par la perte de son pendentif, Kiya éprouva une espèce de compassion pour les Snow Kids et c’est ainsi qu’elle demanda à Aarch si elle pouvait les aider.

« Nous aider ? s’étonna l’entraîneur.
- Oui, répondit la jeune fille. Vous savez, je suis l’assistante de l’entraîneur des Pirates… alors… heu… et puis quand je jouais, je n’utilisais pas de fluide alors… »

Aarch resta un moment à la fixer puis lui sourit.

« Je te remercie, Kiya. Mais tu sais, je pense que même avec cent jours d’entraînement, cela ne changera rien. Oh, je ne remet pas en cause tes qualités d’entraîneur – j’ai appris que les Pirates avaient gagné leur dernier match de poule, toi et l’entraîneur des Pirates avaient dû faire des miracles- seulement, les Snow Kids n’ont plus confiance en leur capacités depuis qu’ils ont perdu le Souffle.
- Mais c’est idiot ! s’exclama, bien malgré elle, Kiya. Un joueur sans fluide peut très bien battre un autre joueur avec fluide ! Tout dépend de l’entraînement !
- Je vois ce que tu veux dire, lui dit Aarch, mais tu sais pour les joueurs qui ont toujours utilisés les fluides, il est très difficile de se dire qu’ils peuvent faire aussi bien sans. J’aurai même tendance à penser qu’un joueur pouvant se hisser au niveau des meilleurs sans fluides, est un véritable génie. »

Kiya se figea. Aarch n’avait pas fait d’allusion directe mais elle avait bien compris qu’il parlait d’elle. Stevens lui avait dit exactement la même chose.

Elle sortit de son bureau, un peu désemparée. Peut-être… qu’elle faisait fausse route depuis le début… Peut-être qu’au final, le fluide était indispensable pour gagner et qu’elle était une exception. Une exception particulièrement troublante et talentueuse. Elle se sentit mal à l’aise et serra un peu plus Climbo lové dans ses bras. Elle avait l’impression qu’une dizaine de paire d’yeux la regardait. Pourtant le couloir dans lequel elle se trouvait était vide.

_______________________


« Hé ! Kiya ! »

Elle se retourna. Rocket, un pied dans sa chambre, un pied dans le couloir, lui faisait signe de le rejoindre. Un peu intriguée, Kiya le suivit et eut la surprise de découvrir toute l’équipe dans la chambre de Rocket.

« On aimerait te demander quelque chose, fit le capitaine en s’asseyant sur le lit.
- Ah ? »

Il avait une expression grave. Les autres avaient le visage pâle et fermé. Le regard de Kiya resta sur Rocket, puis alla sur Mei qui faisait mine de regarder ses ongles, puis enfin sur Micro-Ice, qui sans son habituel sourire de gai-luron paraissait beaucoup plus vieux. Thran alors s’avança :

« On voudrait savoir, commença-t-il d’une voix mal assurée, comment… comment est-ce que tu fais ?
- Comment est-ce que je fais quoi ? interrogea Kiya qui commençait à avoir une petite idée sur ce qu’ils voulaient lui demander. »

Tia confirma ses soupçons :

« Comment arrive-tu à jouer sans fluide ? demanda-t-elle. »

Elle soupira. Oui, c’était donc ça. Elle sentit brusquement toute l’attention des Snow Kids tournée vers elle. Même Ahito était très réveillé, ce qui en disait long sur la gravité de la situation.

« T’es la seule joueuse, dit-il, à avoir réussi à se hisser au niveau des meilleurs sans fluide. Alors comment…
- Je ne sais pas, répondit brusquement Kiya. »

Et c’était vrai ! Elle ne savait pas comment elle avait réussi à avoir le même niveau que des joueurs confirmés avec fluide.

« Je ne sais pas comment j’arrivais à jouer sans fluide, tenta-t-elle d’expliquer. D’ailleurs, ça fait bizarre dit comme ça « arriver à jouer sans fluide ». Je jouais tout simplement. Je ne faisais rien de spécialement différent par rapport à vous. Je m’entrainais – peut-être un peu plus durement que les autres-, je suivais les consignes de l’entraîneur, j’observais, et je répétais les phases de jeu. C’est tout.
- Donc en fait, fit Micro-Ice, t’es en train de nous dire ça t’a jamais gêné de ne pas avoir de fluide ?
- Non, répondit Kiya. Je me suis toujours entraîné de cette manière et je n’ai jamais considéré le fait de ne pas avoir de fluide comme spécialement handicapant. Ni le fait d’avoir un fluide comme spécialement avantageux.
- Pourtant, c’est un avantage indéniable, intervint Mei. Lors de notre premier match contre les Rykers, on n’avait pas de fluide et on s’est pris une volée. Au match retour, on les a battu parce qu’on a eu le Souffle.
- La différence vient peut-être du fait que quand je jouais chez les Shadows, j’avais avec moi six joueurs expérimentés et qui possédaient tous le Smog. Vous, ce qui vous a porté préjudice lors de ce match, c’est surtout le manque d’expérience. Il a failli vous arriver la même chose lors de votre match contre les Wambas ici. »

Les Snow Kids se regardèrent un peu gênés à l’évocation de ce match pénible.

« Alors… dit Tia, tu n’as rien à nous conseiller de particuliers ? Je veux dire pas de trucs ou d’astuces.
- Moi, ce que je peux vous conseiller c’est de vous entraîner encore plus durement que d’habitude, répondit la jeune fille. Et de surtout ne pas partir perdant dés le départ et…
- Tu crois que ça sera suffisant pour gagner ? l’interrompit D’Jok qui jusque là était resté muet.
- Gagner ? Ça sera difficile, très difficile même, mais ce n’est pas impossible. »

Elle caressa la tête de Climbo qui avait pris place sur son épaule et prit une profonde inspiration.

« Vous savez, reprit-elle, je suis l’assistante de l’entraîneur des Pirates. Eux n’ont pas de fluide, et je vois bien qu’ils ont beaucoup plus de difficultés que les autres équipes pour gagner… pourtant, ils n’ont pas de complexe d’infériorité par rapport à ça… Bien sûr, quelque fois, ils sont abattus, démoralisés, et ils doutent beaucoup, c’est normal… Mais ce que je veux dire, c’est que même s’ils savent qu’ils ont peu de chance de gagner face à une équipe, ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. Ils se surpassent à l’entraînement et ne renoncent pas parce que voilà… même sans fluide, ils savent que s’ils s’en donnent les moyens, ils peuvent gagner la Cup… Un jour… »

Les Snow Kids se regardèrent, un peu perplexe devant cette tirade et Kiya les comprenait. À l’heure d’aujourd’hui, dire que les Pirates pouvaient remporter la Cup pouvaient paraître surréaliste, voir même absurde. Pourtant Kiya en était intimement persuadée : un jour les Pirates remporteraient la Cup.

« Ça parait assez difficile quand même, fit Tia.
- Oh bien sûr, il faudra du temps, lança Kiya. Peut-être des années, mais ce n’est pas impossible. En fait, je dirais que l’inconvénient de ne pas avoir de fluide progresse moins vite mais ça ne veut pas dire que l’on est dépourvu du moindre talent… Au contraire… »

Et cela fit tilt dans l’esprit de Kiya. Oui, voilà ! Ne pas avoir de fluide faisait qu’on progressait moins vite mais cela ne voulait pas dire qu’on ne valait pas moins qu’un joueur avec fluide. Bon, elle, apparemment était une exception mais les autres : Stevens, Sacha, Sue, Kare, Mike, Mary, Jecht, Dan et même Ben quand il était encore joueur et toutes les autres équipes pirates avant celle-ci, eux aussi avaient du talent. Seulement, il mettait plus de temps à se montrer. Et la récente victoire des Pirates des Rykers ne prouvait-elle pas que même sans fluide la victoire était possible ?

Kiya en aurait presque éclaté de rire. Dire que quelques minutes auparavant, elle doutait de cela. Qu’elle avait été idiote ! Et quelque part, elle considérait presque les Pirates comme au-dessus des autres. Parce que justement, ils ne possédaient pas de fluide, ils ne devaient compter que sur eux-mêmes pour gagner alors qu’une équipe se retrouvant sans son fluide se sentirait désemparée et incapable. Elle en avait la preuve sous les yeux.

« Gagner, vous pouvez le faire, lança-t-elle d’une voix assurée. Difficilement mais vous pouvez le faire. Les Technodroïde, en plus, sont très facile à battre une fois qu’on a compris leur tactique. Ce n’est qu’un tas de ferraille sans aucune imagination. Ils ne savent pas remonter au score, contrairement à vous.
- Tu penses donc qu’on peut gagner ? interrogea Rocket. Même sans fluide ?
- Oui ! Faites ce que vous savez faire de mieux : jouer ensemble.
- Mais sans fluide… voulut dire D’Jok.
- Le fluide ne fait pas tout ! Ce n’est pas le plus important.
- Mais ça aide quand même beaucoup… murmura Mei.
- Moi, je pense que quelqu’un qui considère que le fluide fait toute la force d’un joueur n’a rien à faire ici, dit simplement Kiya. »


__________________________


Les Snow Kids, à leur grande surprise, gagnèrent leur match contre la Technoïd. Oh ! Bien sûr, ce match n’avait pas été d’une grande facilité, ce fut même tout le contraire. La première mi-temps aurait pu ressembler à une grande farce si elle n’avait pas été si catastrophique. Malgré tous les encouragements d’Aarch et de Dame Simbaï (et dans une moindre mesure Kiya), l’équipe s’était retrouvée impuissante, complètement paralysée par les doutes. Ils avaient encaissé quatre buts et chaque but semblait un peu plus cruel…

Mais tout était différent durant la seconde mi-temps. Oui, car en première mi-temps les Snow Kids étaient privés du Souffle mais seconde période, comme par magie, le Souffle était de retour ! Et les Snow Kids purent montrer toute l’étendue de leur talent et atteindre la finale.

Kiya ne s’était pas retenu de montrer toute sa joie ! Elle était très heureuse que les Snow Kids aient atteint leur but. Bien sûr, ce match contredisait quelque peu sa façon de penser mais qu’importe. N’avait-elle pas dit qu’il fallait du temps à ce qu’un joueur sans fluide ait un niveau acceptable ?

« De toute façon, c’est mieux ainsi, avait-elle dit à Aarch avant de partir. S’ils n’avaient pas récupéré le Souffle, ils auraient été éliminés.
- Oui, c’est vrai, répondit Aarch l’air pensif. Mais d’un côté, tu n’as pas tout à fait tort. »

Elle le regarda avec une expression de légère surprise.

« Gagner un match ou non, poursuivit-il, en fait, ça n’a rien à voir avec le Souffle ou un autre fluide. C’est simplement une question de confiance en soi. Les Snow Kids n’avaient plus confiance en eux après avoir perdu le Souffle, n’importe quelle équipe aurait eu la même réaction, mais j’imagine qu’une équipe comme les Pirates qui ne peut compter que sur ses propres capacités auraient réagi d’une toute autre manière… C’est un débat intéressant, je dois dire. Il faudrait pouvoir étudier la question. »

Kiya rit et répondit qu’elle serait ravie de participer à cette tâche. Elle lui souhaita bonne chance et partit rejoindre les Pirates au vaisseau. Ils rentraient enfin à la maison !

_______________________________


Ils avaient quitté le Génèse Stadium au beau milieu de la nuit. Par mesure de sécurité, avait dit Sony. Maintenant qu’ils étaient en possession du métafluide, il fallait faire preuve de la plus grande prudence. Il ne fallait surtout pas que Bleylock apprenne qui avait le métafluide.

Ils avaient parcouru à peu près le tiers du chemin qui séparait le Génèse de Shiloë. Sony, Benett, Corsos, Artie étaient dans le cockpit à surveiller les environs. Kiya était assise dans un couloir, Climbo sur ses genoux, le visionneur entre les mains. Dans quelques minutes, le coup d’envoi du match entre les Shadows et les Cyclopes serait donné et Kiya n’aurait raté ça pour rien au monde. Elle espérait de tout cœur que les Shadows se qualifieraient pour la finale, d’autant plus qu’elle n’avait jamais vraiment apprécié les Cyclopes.

Kiya avait encore en tête le souvenir cuisant de leur défaite en finale, contre les Lightnings. À l’époque, les mauvaises langues avaient lancé que les Shadows avaient perdu en grande partie parce que leur joueuse vedette – c’est-à-dire elle- était absente. Les Shadows bien sûr avaient réfuté l’accusation et avaient immédiatement rassuré Kiya en lui assurant que la défaite n’était due qu’aux joueurs présents sur le terrain qui n’avaient pas su arrêter les Lightnings qui semblaient invincible. Oui mais voilà, Kiya avait manifesté depuis ses débuts une certaine capacité à rendre les joueurs prétendument invincibles… moins invincibles et il n’empêche que si elle avait été là, les choses auraient été différentes.

Une pub passa et Kiya abaissa le visionneur. C’est alors qu’un bruit semblable à de l’électricité ainsi qu’un cri retentit. Kiya se releva brusquement faisant tomber Climbo qui lui manifesta son mécontentement par un bruit de trompette assez sonore. Ne lui prêtant aucune attention, Kiya prit la direction du cockpit et découvrit avec stupeur, Sony étendu sur le sol, inconscient.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? s’écria-t-elle. Que lui est-il arrivé ?
- On t’expliquera plus tard, répondit Corsos. Pour l’instant le plus important, c’est d’éloigner Sony du Génèse.
- Quoi ? »

Corsos fit appeler deux hommes pour qu’ils transportent dans une cellule vide et l’y enferma. Pendant ce temps, Artie avait résumé la situation à Kiya : à savoir que Bleylock détenait D’Jok, le fils de Sony et qu’il le libérerait en échange du métafluide. Le cœur de Kiya battait un peu plus vite.

« D’Jok… Le fils de Sony ? murmura-t-elle d’une voix éteinte.
- Apparemment, fit Artie.
- Je ne savais pas… je ne pensais pas que Sony avait un fils…
- Moi non plus, si tu veux tout savoir. Et je pense aussi que Sony ne le savait pas jusqu’à récemment… »

Kiya fut incapable de prononcer le moindre son. Apprendre que Sony avait un fils était quelque chose de totalement… impensable ! Voir irréel… Et comment Bleylock avait fait pour le savoir alors que Sony lui-même semblait l’ignorer.

Un couinement de Climbo la tira de brusquement de ses pensées. Elle sentit un léger mal de tête apparaitre. Puis des coups retentirent alors à la porte de la cellule. Sony s’était réveillé et hurlait à Corsos de le laisser sortir.

« On ne peut pas laisser le métafluide repartir entre les mains de Bleylock, répondit Corsos. Ça serait la fin de la Galaxie. »

Mais à en juger par l’expression de Benett, Artie et des autres, ils étaient bien plus du côté de Sony que de celui de Corsos.

Corsos marmonna quelque chose et s’en alla. Kiya lui barra la route.

« Qu’est-ce que tu vas faire ? demanda-t-elle.
- À quel sujet ? fit Corsos.
- Son fils ! s’écria la jeune fille. On ne va quand même pas laisser D’Jok entre les griffes de Bleylock !
- Kiya, t’as pas l’air de comprendre la situation : il faut à tout prix éloigner Sony et le métafluide de Bleylock !
- Mais enfin… D’Jok…
- Si on retourne maintenant au Génèse Stadium, on est foutu. »

Et sans plus de cérémonie, il contourna Kiya et retourna dans le cockpit. Kiya, de son côté, se disait qu’il avait sûrement pris la meilleure décision, que c’était plus prudent d’agir ainsi… mais il était difficile de s’en persuader quand on entendait les cris de Sony qui suppliait qu’on le laisse sauver son fils.

« Corsos, D’Jok est mon fils, tu entends ! Mon fils ! »


_________________

Ce chapitre, je l'aime beaucoup. Parce que là que je me suis rendue compte de la place qu'avait mon perso dans l'histoire. C'est vrai, quoi quand on y pense, le fluide, est-il vraiment indispensable ?
Je vous laisse méditer dessus mais, j'ai le cerveau en bouillie là XD.

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Lun 3 Oct - 19:49

Et voici le chapitre 14 ! Et avec celui-ci, j'ai posté tous les chapitres de l'ancien forum ^^.

Enjoy !

Chapitre 14 :


Le vaisseau pirate filait à toute vitesse à travers l’espace, cherchant à joindre sa destination le plus vite possible.

À l’intérieur, une ambiance tendue régnait. Les pirates n’aimaient pas le fait d’avoir dû enfermer leur propre chef pour l’empêcher de venir secourir son fils prisonnier de la Technoïd et ainsi leur livre le métafluide.

Corsos avait pris le commandement des opérations et se montrait encore plus sévère que Sony et s’en prenait à quiconque remettait en cause son jugement. « On n’avait pas le choix » disait-il. Oui, mais quand même…

Le spot de pub annonçant le match Shadows-Cyclopes défilait mais Kiya s’en était désintéressée. Etrangement, ce match lui paraissait complètement secondaire à côté de Sony enfermé par ses propres hommes.

Elle vit Artie passer avec un plateau-repas à la main et le suivit. Il avait la même expression que les autres : honteuse. Ils arrivèrent devant la cellule de Sony que Corsos, Benett et Dred, le père de Sacha gardaient.

« Artie, tu poses le plateau et tu ressors direct, ok ? lui dit Corsos.
- Compris Corsos, répondit-il. »

Il ouvrit la porte et entra dans la cellule alors que Benett et Dred jetaient des regards noirs à Corsos.

« Qu’est-ce que vous avez à me regarder comme ça ? lança-t-il. Vous savez très bien qu’il ne m’a pas laissé le choix !
- Corsos, viens voir ! Vite ! s’écria Artie depuis la cellule. »

Corsos se précipita à l’intérieur. Kiya jeta un regard curieux à l’intérieur : elle était vide. Elle vit Corsos examiner une trappe qui menait à la soute mais avant qu’il ait pu faire quoi que ce soit, Sony sortit de sa cachette et se précipita à l’extérieur en enfermant au passage Artie et Corsos.

« Sony ! Ouvre cette porte ! martelait Corsos. »

Mais Sony ne l’écoutait pas. Il était appuyé contre la porte, le souffle court, toujours menotté au métafluide. Dred et Benett s’avancèrent vers lui et il se retourna.

« Essayez de comprendre ! lança-t-il d’une voix désespérée. Qu’est-ce que vous feriez à ma place ? C’est mon fils, il faut que j’aille l’aider.
- Qu’est-ce que vous attendez pour ouvrir cette fichue porte ? hurlait Corsos en continuant de marteler la porte de coup de poing. Ouvrez cette porte, bon sang ! OUVREZ ! »

Avant que Benett et Dred aient pu réagir, Sony se précipita dans un couloir. Dred voulut se lancer à sa poursuite mais Benett le retint. Kiya, en revanche, courut à sa suite.

« Sony ! s’écria-t-elle en essayant de rester à sa hauteur. Le métafluide… tu es sûr de ce que tu fais ?
- Je n’ai pas le choix, Kiya ! »

Il bifurqua en direction de la soute. Kiya s’arrêta, haletante, le cœur battant la chamade. Quelques minutes plus tard, elle entendit le bruit caractéristique d’un moteur qui s’allume et le grondement de la porte de la soute qui s’ouvrait. Depuis le hublot, elle vit le petit vaisseau qui transportait Sony filer à toute vitesse en direction du Génèse Stadium.

Corsos, qui entre-temps avait réussi à se libérer, la rejoignit. Quand il vit le vaisseau partir, il poussa un cri de rage.

« Alors, ça y est vous êtes content ? hurla-t-il. Parce que grâce à vous, il est parti se jeter droit dans la gueule de loup ! »

Fulminant, il prit la direction du cockpit.

« Qu’est-ce que tu comptes faire, Corsos ? demanda timidement Kiya.
- Qu’est-ce que tu veux que je fasse ? On va le rattraper, bien entendu. Vous là ! lança-t-il à l’adresse de Benett et Dred. Venez avec moi. »

Les deux hommes le suivirent, impassibles. Artie, complètement paumé, rejoignit Kiya.

« Jamais vu Corsos dans cet état-là, bredouilla-t-il en se grattant le crâne. Le pire, c’est qu’il a pas tout à fait tort : Sony s’est jeté dans la gueule du loup.
- Son fils est prisonniers, Artie, répliqua Kiya.
- Ouais, c’est pour ça que c’était un piège parfait. Bleylock devait savoir que Sony se précipiterait pour le libérer. Ce type est vraiment malveillant.
- Qu’est-ce qui va se passer, maintenant ? Va falloir récupérer le métafluide…
- Et libérer Sony.
- Je savais que j’aurai dû rester à Shiloë, soupira Kiya.
- Oh ! Allez ! Que serais la vie de pirate sans un peu d’action ! »

Kiya allait répliquer quand Erika surgit brusquement, le visage inquiet.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? demanda-t-elle d’un ton pressant. J’ai entendu un grand bruit et j’ai vu un vaisseau qui partait…
- C’est Sony, répondit Artie. Il est reparti sur le Génèse pour libérer son fils.
- Que… repar… pour QUOI ? »

Erika donnait l’impression d’avoir reçu un coup de poing en pleine figure.

« Le fils de Sony a été fait prisonnier par Bleylock, expliqua Kiya. Il le libérera en échange du métafluide.
- Sony a un fils ? s’exclama Erika.
- T’en fais pas, nous non plus, nous ne le savions pas.
- Corsos a tenté d’empêcher Sony de retourner sur le Génèse mais il s’est échappé, poursuivit Artie. Et maintenant, nous retournons nous-mêmes sur le Génèse pour le sortir de là.
- Seigneur… Sony, père… »

Apparemment, elle n’avait pas écouté un mot de ce qu’avait dit Artie. Soudain, elle se redressa et fila vers le cockpit. Artie et Kiya, un peu surpris, lui emboitèrent le pas.

Corsos paraissait toujours furieux contre Benett et Dred, mais au moins, il ne criait plus. Il tentait à présent de suivre la trace du vaisseau de Sony et ordonna d’accélérer.

« Si on ne va pas plus vite, il arrivera avant nous… Et ce sera une vraie catastrophe… »


_____________________________


Même avec le vaisseau à pleine vitesse, les Pirates ne purent rattraper Sony. L’émetteur de son vaisseau indiquait qu’il s’était posé plusieurs heures avant leur arrivée.

La première réaction des Pirates fut de vérifier si l’émetteur que portait Sony fonctionnait. Aucun signal. Leur deuxième réaction fut de voir si D’Jok avait été libéré. Ils firent donc le guet devant leur hôtel et lorsqu’ils sortirent, accueilli par une foule de fan et de journalistes, ils les suivirent le plus discrètement possible.

« Si D’Jok a été relâché, ça veut dire que l’échange a bien eu lieu, fit Corsos. »

Ils s’étaient installés dans le hall désert d’un bureau surplombant une des plus importantes avenues du Génèse Stadium.

« Qu’est-ce que les Snow Kids ont prévu de faire? poursuivit le bras droit de Sony Blackbone.
- Ce-soir-ils-ont-prévu-une-grande-fête-avec-leurs-parents, répondit Cuistot. Ils-vont-justement-les-chercher-à-l’astroport.
- Parfait ! Ça nous permettra de rentre en contact avec D’Jok. C’est notre seule chance. »

Ils patientèrent dans le hall, en attendant le retour des Snow Kids. Voir D’Jok relâché signifiait que Sony était prisonnier. Les pirates avaient essayé de le localiser grâce à son émetteur mais le signal était brouillé. Le chef des pirates était introuvable.

Après ce qui semblait être une éternité, les Snow Kids réapparurent. Corsos sortit du hall. Kiya le vit se faufiler parmi la foule, trop dense pour qu’on puisse faire attention à lui. Il vérifia que personne ne le suivait puis entra dans les toilettes pour homme.

« Y’a plus qu’à espérer que D’Jok ait une envie pressante, fit Artie en s’asseyant par terre. »

Il avait à peine fini sa phrase qu’ils virent D’Jok se détacher d’une femme aux cheveux rose fuchsia et entrer dans les toilettes.

« On a surtout plus qu’à espérer que D’Jok coopère, dit Benett.
- Il n’a pas trop choix, non ? fit Kiya. Je veux dire… son père est prisonnier, il voudra le libérer.
- Ouais… répondit Benett d’un air absent.
- Regardez-Corsos-revient, lança Cuistot.
- Ça, c’est pas bon signe, murmura Artie. »

Ils quittèrent précipitamment le hall pour aller à la rencontre de Corsos qui avait l’air passablement agacé.

« Bleylock fait pression sur lui, annonça-t-il lorsqu’ils arrivèrent.
- Je m’en doutais, dit Benett. Qu’est-ce qu’il veut qu’il fasse ?
- Aucune idée, il veut rien dire. Mais il va falloir le surveiller de près. Je vais mettre Clamp au courant, il pourra le surveiller. Kiya, tu l’aideras.
- Et comment ?
- Je sais pas, moi ! Interroge-le, fais-le suivre. Bref, partons pour l’hôtel des Snow Kids. On se cachera après. »


____________

Chapitre 14. première partie. Fin.

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Lun 3 Oct - 19:49

Chapitre 14, deuxième partie.

__________


Kiya poussa un énième soupir. Une journée entière de surveillance et elle en était toujours au même point. Ils ne savaient toujours pas ce que D’Jok devait faire pour Bleylock. Clamp ne pouvait parler directement à D’Jok sous peine d’éveiller les soupçons d’Aarch et Kiya ne pouvait pas non plus se montrer à découvert pour… les mêmes raisons.

Dans le même temps, Benett, Artie et Corsos fouillaient le Génèse de fond en comble dans l’espoir de retrouver Sony, en vain. C’était comme s’il avait disparu de la surface du Génèse. Et cela n’augurait rien de bon.

« Tu crois que Sony est vivant ? demanda Kiya à Climbo.
- Tû…
- Oui, je vois… »

Si seulement, ils pouvaient un indice, rient qu’un minuscule indice… cela les soulagerait ! Kiya avait l’impression d’être prise au piège, sans rien pour pouvoir l’affirmer. C’était assez stressant.

Elle soupira de nouveau, changea de position et prit le magazine qu’elle emportait pour passer inaperçue. Elle l’avait lu au moins une dizaine de fois depuis le début de sa surveillance et connaissait tous les articles par cœur mais c’était la seule distraction qu’elle avait.

« Tûûût ! »

Le cri de Climbo la fit sursauter. L’animal faisait de petits signes en direction de l’entrée de l’hôtel. Kiya s’approcha… et eut l’impression de recevoir un coup de poing dans la figure.

« Sinedd ! »

C’était bien Sinedd. Il avait les mains dans les poches et fixait l’hôtel d’un regard hostile. Kiya avait le cœur qui battait à toute vitesse. Il était seulement à quelques mètres des buissons dans lesquels elle se cachait, il pouvait entendre le moindre de ses gestes. Kiya se recula le plus silencieusement possible, une main sur la trompe de Climbo.

Enfin, Sinedd pénétra dans l’hôtel. Kiya resta encore un moment paralysée, le cœur battant à tout rompre, puis les jambes tremblantes, sortit du buisson.

« Qu’est-ce qu’il vient faire ici ? bredouilla-t-elle. Et en plus à cette heure-ci ?
- Tut… Tûtûtu.
- Oui, t’as raison. Suivons-le. »

Et elle s’engouffra dans l’hôtel.

L’hôtel était désert, ce qui était à la fois un avantage et un inconvénient. Un avantage car elle ne risquait pas de croiser des vigiles ou autres et qu’en plus, elle pouvait entendre les pas de Sinedd, un inconvénient parce que lui aussi pouvait l’entendre. Et la dernière chose que Kiya souhaitait, c’était qu’il remarque sa présence.

Par chance, il y avait suffisamment de distance entre eux pour qu’elle puisse se cacher le cas imminent. Elle le vit se diriger vers les ascenseurs et monter jusqu’au troisième étage. Par souci de discrétion, Kiya préféra prendre les escaliers et les grimpa quatre à quatre. Mais une fois sur la palier du troisième étage, elle s’aperçut qu’elle avait perdu la trace de Sinedd.

« Ça va aller, pensa-t-elle tout en essayant de retrouver son souffle. Suffit juste de vérifier toutes les pièces… Il doit pas y en avoir tant que ça. »

Mais elle se trompait. Devant elle se dressait des dizaines et des dizaines de portes. Elle commença à arpenter le couloir, un peu au hasard et passablement découragée jusqu’à ce qu’une voix sonore la fit sursauter une nouvelle fois.

Sinedd se tenait dans l’encadrement d’une porte, non loin de la cage d’escalier. Rapidement se cacha dans l’ombre d’une plante imposante.

Sinedd entra dans la chambre et la porte se referma. Kiya se dépêcha d’aller coller son oreille à la porte.

« Tu veux savoir ce qui m’embête le plus dans le fait que tu fasses exprès de ne pas te donner pendant la finale ? fit la voix de Sinedd.
- J’vois pas ce que tu veux dire, s’étonna celle de D’Jok
- Tu veux tout faire pour sauver ton père, je me trompe ? Moi, c’est ce que je ferais à ta place. Enfin, vu que j’ai plus de parents c’est assez difficile pour moi de me mettre à ta place… mais j’essaie quand même. »

Kiya ouvrit de grands yeux. Comment Sinedd était au courant de cette histoire ?

« Mais comment tu sais ça ? s’exclama D’Jok.
- Peu importe ! Revenons à ce que je disais. Ce qui m’embête le plus, c’est que tu puisses croire que si tu t’étais donné à fond, tu puisses être meilleur que moi. Alors je vais te faire une offre que tu ne pourras refuser.
- Et c’est quoi ?
- Retrouve sur la pelouse du Génèse Stadium dans une heure. On verra qui est le meilleur de nous deux. »

La voix de Sinedd se rapprochait. Rapidement, Kiya se cacha derrière un mur adjacent à la chambre. Elle entendit la porte de la chambre de D’Jok s’ouvrir et le bruit des pas de Sinedd se rapprocher. Il passa à côté d’elle sans la voir. Discrètement, elle se détacha du mur et le suivit à pas lent. Ils étaient à peine à trois mètre l’un de l’autre. C’était la première fois qu’ils étaient aussi proches depuis qu’ils s’étaient quittés. Elle n’avait qu’à faire un geste, dire un mot pour qu’il se retourne et s’aperçoive de sa présence.

Il bifurqua à gauche et Kiya s’arrêta. Elle entendit le bruit d’un ascenseur qui montait, des portes qui s’ouvraient et se refermaient et enfin, le bruit de la descente. Kiya s’avança et vit les numéros des étages s’illuminer au fur et à mesure qu’il descendait.

« Sinedd… murmura-t-elle d’une voix étrangement rauque, il est au courant… Il sait ce qui est arrivé à Sony…
- Tûuuût ? interrogea Climbo tout aussi surpris.
- J’en sais rien… j’en sais vraiment rien… »

Elle tremblait de tous ses membres et sentit la peur s’insinuer elle, comme un poison. Sinedd… Avait-il un lien avec Bleylock et le métafluide ?

Elle prit une profonde inspiration et se secoua la tête. Puis, elle prit Climbo et le tint devant elle.

« Tu vas suivre Sinedd, dit-elle. Partout où il va et tu vas essayer de découvrir ce qu’il a avoir là-dedans, ok ?
- Tût !
- Mais surtout, tu ne te fais pas découvrir ! Je t’interdis de rentrer en contact avec lui, tu m’as comprise ?
- Tu… Tûûût ?
- Oui, pas de contact ! »

Climbo de toute évidence pensait pouvoir parler avec Sinedd mais Kiya se montra ferme. Il ne devait pas lui parler sinon, il pourrait se douter de quelque et l’animal dû bien reconnaitre que cet argument avait du poids.

Légèrement contrarié, il sortit de l’hôtel et commença ses recherches.

Kiya, quant à elle, était passée aux toilettes se mettre un peu d’eau dans le visage. Une fois, les idées plus claires, elle frappa à la porte de D’Jok avec la ferme attention de lui faire cracher le morceau.

« Entrez, dit-il. »

Kiya entra d’un pas décidé et se planta face à D’Jok, perplexe de la voir.

« Qu’est-ce que tu fais ici ? demanda-t-il.
- Mon boulot de pirate, répondit-elle. Alors comme ça, tu vas vraiment faire ce que Bleylock t’a demandé ?
- De quoi tu parles ?
- Eh bien, d’après ce que j’ai cru comprendre… Bleylock fait pression sur toi pour mal jouer devant la finale, c’est ça ?
- Comment tu sais ça, toi ? s’exclama-t-il en se levant de son lit.
- C’est pratique d’écouter aux portes.
- Tu m’espionnais ?
- Si la première chose que tu songes à faire, c’est de saboter la finale ou de rejoindre Sinedd pour un rendez-vous, ça vaut mieux.
- Tu as l’intention de m’en empêcher ?
- Pas si tu es suffisamment intelligent pour y renoncer toi-même. »

Ils se regardèrent un instant en chien de faïence puis D’Jok se rassit.

« C’est mon père, Kiya, dit-il d’un ton abattu. Que veux-tu que je fasse ? Que je le laisse mourir sans rien faire ?
- Tu n’es pas obligé de faire ce que te dis Bleylock, répondit-elle d’une voix qui se voulait rassurante. Tu peux nous aider au lieu de l’aider, lui. Car, oui, D’Jok, ce type se sert de toi pour obtenir quelque chose et en acceptant de faire ce qu’il te demande, tu l’aides !
- Si ça peut libérer mon père…
- Parce que tu crois qu’il le libèrera ? T’es bête naturellement ou tu le fais exprès ? Bleylock ne relâchera jamais Sony, il le déteste bien trop pour ça ! Il t’utilisera pour parvenir à ses fins et quand il aura obtenu ce qu’il voulait, il le tuera c’est aussi que ça. »

D’Jok paraissait au bord du désespoir. Il regardait Kiya comme s’il espérait qu’elle lui dise que toute cette histoire n’était qu’une farce de mauvais goût. Kiya se surprit même à éprouver de la compassion pour lui.

« Ecoute, lui dit-elle d’une voix plus douce, fais confiance aux pirates. On ne laissera pas notre chef aux mains de la Technoïd, t’en es conscient ? Il faut que tu me fasses aussi confiance quand je te dis que Bleylock ne libèrera jamais ton père.
- Et si vous échouez ?
- Nous n’échouerons pas.
- T’es plutôt confiante.
- On connait Bleylock et la Technoïd, nous saurons quoi faire.
- Je ne peux pas rester sans rien faire…
- Mais tu ne peux rien faire !
- Je peux faire ce que me dis Bleylock.
- Si tu fais ça, tu condamnes la Galaxie tout entière ! Et…
- Arrête ! »

Il s’était levé et paraissait furieux.

« Si toi, tu préfères rester tranquillement assise pendant qu’un membre de ta famille est prisonnier, c’est ton problème. Moi, je ne peux pas ! Je viens juste de retrouver mon père et je n’ai pas envie de le perdre maintenant ! »

Kiya était bouché bée. Elle avait encore du mal à croire à ce qu’elle venait d’entendre.

« Si je comprends bien… commença-t-elle d’une voix lente, ce que je viens de te dire t’ai complètement égale ?
- Tu as très bien compris. »

Ah… Très bien, c’était ça

« Très bien, dit-elle d’une voix neutre. »

Elle se leva et se dirigea vers la porte.

« Très bien, répéta-t-elle. Fais comme tu veux. Mais lorsque tu t’apercevras que la Galaxie a été détruite à cause de toi et qu’en plus ton père sera mort, tu ne viendras pas te plaindre que je ne t’avais pas prévenu. »

D’une démarche raide, elle sortit de la chambre. La colère montait en elle peu à peu. D’Jok n’était qu’un crétin. Un crétin qui se plaisait à se sentir indispensable. Qu’il aille au diable, c’était tout ce qu’il méritait.


______________________

Deuxième partie, fin.

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Lun 3 Oct - 19:50

Chapitre 14, Troisième partie.

____________________



Climbo avait suivi les instructions de Kiya à la lettre. Il avait suivi Sinedd partout où il allait. Après avoir quitté l’hôtel, il avait vagabondé dans les rues du Génèse, s’arrêtant de temps à autre pour regarder une vitrine d’un air absent. À un moment, il prit un café dans un bar. Climbo remarqua qu’il ne s’éloignait pas vraiment de l’hôtel des Snow Kids. Peut-être voulait-il s’assurer que D’Jok viendrait. Il remarqua aussi qu’il n’arrêtait pas de regarder autour de lui, comme s’il attendait quelqu’un.

Enfin Sinedd se leva et prit la direction du stade. Climbo le suivit tout en restant à une bonne distance de lui. Il vit pénétrer dans le stade puis prendre la direction des vestiaires. Climbo se dirigea alors vers les cabines des entraîneurs et y prit place. De là, il avait une vue entière sur le stade.

Sinedd apparut quelques minutes plus tard, dans une explosion de fumée noire et atterrit en puissance sur la pelouse. Une poignée de seconde plus tard, ce fut au tour de D’Jok dans des volutes de fumée blanches et bleues. Il se posta sur une des barres de fer qui maintenait le tableau d’affichage. Les deux joueurs se toisèrent un moment.

Sinedd fut le premier à prendre la parole mais Climbo ne put l’entendre. La cabine de l’entraîneur était insonorisée. Frustrée, Climbo chercha un moyen pour entendre. Sinedd était peut-être en train de révéler à D’Jok des choses importantes !

Il piétinait sur le tableau de bord de l’entraîneur à la recherche d’un haut-parleur ou n’importe quoi dans le même genre. Il appuya alors sur un bouton qui fit apparaitre un écran sur lequel apparut en gros plan le visage des deux garçons. Mais il n’entendait toujours pas ce qu’ils disaient.

Résigné, Climbo s’assit et essaya de lire sur leurs lèvres. Sinedd avait les yeux levés au ciel et affichait un air amusé. Climbo la connaissait bien, cette expression. Quand Kiya et lui étaient plus jeunes et qu’ils désobéissaient de façon plus ou moins effrontée aux ordres de leur grand-père (par exemple en s’éclipsant vers le terrain de foot alors qu’ils étaient censés faire les courses), c’était cette expression que Sinedd affichait. Malheureusement, Kiya finissait presque à chaque fois par éclater de rire, ce qui rendait leurs tentatives d’échapper aux ennuis totalement inefficace.

Pourtant, aujourd’hui, l’expression de fausse innocence de Sinedd avait quelque chose de différent. Elle était prétentieuse et dure.

Qu’était-il donc arrivé à Sinedd ?

Sinedd semblait avoir proposé quelque chose à D’Jok. Ce dernier était descendu sur le terrain et se tenait face à Sinedd, une expression de défi sur le visage. Un ballon apparut entre eux deux et dans un hurlement, ils laissèrent échapper toute la puissance de leur fluide. Brûlant de démontrer qui était le meilleur, les deux joueurs se lancèrent dans un duel sans merci.

Sinedd surclassa rapidement D’Jok qui semblait dépassé par les événements. Sinedd marqua un premier but avant même que D’Jok ait pu toucher la balle. Apparemment, le joueur des Snow Kids semblait incapable d’utiliser le Souffle alors que Sinedd usait outrageusement du Smog. Il marqua un deuxième but après avoir fait courir D’Jok d’un bout à l’autre du terrain et un troisième sans avoir laissé le temps à son adversaire de reprendre son souffle.

D’Jok semblait à bout de force. Il était agenouillé sur la pelouse, le souffle court. Sinedd semblait certain de sa victoire après voir vu les premières minutes du duel, Climbo devait bien avouer qu’il était plus que favori. Mais dans un sursaut d’orgueil, D’Jok se releva laissa le Souffle l’envahir et reprit possession du ballon. Sinedd ne s’était pas attendu à une telle réaction et fut pris de court. Il se réveilla juste à temps pour empêcher le ballon de rentrer dans ses cages et la renvoya à D’Jok qui fila vers ses propres cages pour renvoyer à son tour la balle. Les garçons faisaient preuve d’une véritable rage de vaincre, leurs fluides s’intensifiaient au fur et à mesure jusqu’à formée d’imposantes colonnes de fumée.

La donne changea littéralement. Ce coup-ci, ce fut D’Jok qui surpassa Sinedd et avec une facilité encore plus déconcertante que celle dont Sinedd avait fait preuve quelques minutes auparavant. Il marqua trois buts à Sinedd sans que celui-ci ait pu esquisser le moindre geste de défense. Et à chaque fois que le ballon franchissait, Climbo voyait le visage de Sinedd se décomposer un peu plus.

Climbo n’avait jamais vu deux joueurs s’affronter avec une telle rage. On pouvait sentir dans leurs gestes tout le mépris qu’il portait à l’autre et que la défaite serait la pire des humiliations. Climbo savait que c’était particulièrement vrai pour Sinedd. Il était très orgueilleux, encore plus que Kiya et ne supportait pas de se sentir inférieur. Il semblait que les trois années qu’il avait passé sur Akillian avait renforcé cette haine de la défaite et ce besoin de se sentir fort, imbattable.

Il perdait ses moyens, Climbo le voyait bien. Suspendu dans l’air Sinedd envoya rageusement le ballon vers les cages de D’Jok mais celui-ci avec, une puissance étonnante tira et le ballon fila droit vers les filets dans lesquels il se logea, faisant passer D’Jok en tête.

Abattu, à bout de force, Sinedd se laissa tomber à terre. Ce fut au tour de D’Jok de s’approcher de lui, l’air satisfait. Sinedd avait le regard hagard et puis doucement, difficilement, il se releva. Climbo se demanda si c’était l’orgueil ou le désespoir d’être surpassé qui poussa le jeune homme à tenter une dernière tentative qui, forcément, allait être un échec mais Sinedd fit un peu plus appel au Smog et courut vers le ballon, laissant une trainée noire derrière. Il exécuta un tir surpuissant mais mal cadré, le ballon se figea dans la barre transversale que l’impact déforma.

Sinedd resta quelques secondes immobiles, puis brusquement il se tourna vers D’Jok. C’est alors que les choses dégénérèrent. Sinedd se prit la tête dans les mains et s’écroula au sol, hurlant de douleur. Climbo ne pouvait pas l’entendre mais il voyait bien qu’il souffrait. Fou d’inquiétude, il se colla aux vitres de la cabine poussant de petits cris, tout en sachant qu’il ne pouvait pas l’entendre. D’Jok s’était lui aussi précipité aux côtés de Sinedd mais il repoussa. Une nacelle descendit alors et Sinedd s’y laissa tomber, à bout de force.

Climbo ne fit ni une ni deux. Il sortit en trombe de la cabine et se précipita vers les vestiaires qu’occupaient les Shadows. Il les connaissait, c’était les mêmes que ceux qu’avait utilisé Kiya la dernière fois. Mais tandis que la porte du vestiaire se rapprochait, il s’arrêta brusquement, suspendu à quelques mètres du sol.

Kiya avait dit qu’il ne devait pas entré en contact avec Sinedd… Mais Sinedd était malade et il était aussi malheureux, Climbo devait l’aider… Mais Kiya disait qu’il pouvait se douter de quelque chose. C’était vrai mais Climbo savait aussi que Kiya n’aurait pas supporté de laisser son frère dans l’état dans lequel il se trouvait… Alors…

Il s’approcha et la porte du vestiaire s’ouvrit.

Sinedd était étendue sur le sol, les bras en croix, la respiration haletante. Quand il vit la porte s’ouvrir, il se redressa sur un bras et dit :

« Qui est là ? »

Climbo s’était empressé de se cacher dans un placard dont la porte était entrebâillée. Mais son propre comportement le surprit : n’était-il pas ici pour voir Sinedd justement ?

Et soudain, il comprit. Depuis qu’ils avaient appris où se trouvait Sinedd, Climbo n’avait cessé de reprocher à Kiya son manque de courage à l’idée de se retrouver face à lui. Et Climbo venait de comprendre pourquoi… Il venait de comprendre à quel point il devait être difficile de se retrouver face à la personne dont on avait été le plus proche alors que cela faisait des années qu’ils n’avaient plus de contact.

Sinedd regardait dans le couloir. Ne voyant personne, il referma la porte mais son regard s’arrêta sur le placard à moitié-ouvert. Climbo le vit s’approcher et tendre la main…

La lumière pénétra en masse dans sa cachette et le fit cligner des yeux. Il ne distingua pas immédiatement le visage de Sinedd, situé à contrejour mais lui devait bien le voir.

« C… Climbo ? demanda-t-il d’une voix mal assurée. »

Les yeux de Climbo s’étaient habitués à la luminosité et il voyait Sinedd le regarder avec des yeux ronds. Il était très pâle et il transpirait. Ses yeux bleus-violet (identiques à ceux de sa sœur) le dévisageait comme si c’était la première fois qu’il le voyait.

« C’est vraiment toi Climbo ? poursuivit Sinedd. »

Alors, oubliant toutes les recommandations de Kiya, il se jeta sur Sinedd, heureux et soulagé de le retrouver. Sinedd qui ne s’attendait sûrement pas à ça, perdit l’équilibre et tomba à la renverse.

« Arrête, arrête ! lançait-il à la petite créature qui ne voulait pas le lâcher et qui ne cessait de lui demander s’il allait bien. Je vais bien, d’accord ? »

Climbo soupira de soulagement, ce qui se traduisit par un bruit de trompette. Sinedd esquissa un sourire

« Mais bon sang, qu’est-ce que tu fais ici ? s’exclama-t-il. »

Climbo s’immobilisa… Qu’est-ce qu’il faisait ici ? Il ne pouvait quand même pas dire que Kiya l’avait envoyé l’espionner. Mais comme s’il lisait dans ses pensées, Sinedd dit :

« Tu m’espionnais, n’est-ce pas ? »

Climbo hocha lentement la tête. Il ne voyait comment il aurait pu le démentir.

« Quelqu’un t’a envoyé ? »

Oh oh… Il était plutôt perspicace… Climbo avait la désagréable impression que ça ne servait à rien de mentir à Sinedd. Conscient des risques, il hocha de nouveau la tête.

« Qui ? »

La voix de Sinedd s’était faite plus pressante et la main dans laquelle il tenait Climbo tremblait.

Climbo réfléchissait à toute vitesse. Non, il ne pouvait pas dire que c’était Kiya. Sinedd ne devait pas savoir que Kiya était une pirate… surtout s’il était en relation avec Bleylock… mais il devait quand même fournir une réponse. N’importe laquelle.

Elle s’imposa d’elle-même dans son esprit :

« Tutu ! (Ton grand-père !), dit-il. »

Sinedd haussa les sourcils.

« Mon grand-père ? répéta-t-il.
- Tût ! »

Climbo était sûr que son idée fonctionnerait. Zùn Ho était l’entraîneur des Wambas après tout et il devait rester sur le Génèse jusqu’à la finale donc il aurait très bien pu demander ça à Climbo.

Sinedd eut un demi-sourire et approcha son visage de Climbo.

« T’es qu’un vilain menteur, Climbo, murmura-t-il. »

Climbo ouvrit des yeux ronds et voulut répliquer mais Sinedd l’en empêcha.

« J’ai vu grand-père a plusieurs reprises depuis que je ici, dit-il. Il m’a dit qu’il n’a plus eu de nouvelle de toi depuis que tu es parti avec Kiya. »

Climbo ne trouva rien à répondre et, tout à coup, il lui apparut comme évident que Sinedd savait pertinemment qui l’avait envoyé.

« C’est Kiya, c’est ça ? finit-il par dire. »

Climbo ne répondit pas et son silence sembla être une réponse suffisante pour Sinedd.

« Elle est ici ? Elle est sur le Génèse Stadium ?
- Tût…
- Où ?
- Tutûttu ! (Je ne sais pas !) »

Ce qui était vrai d’une certaine façon. Kiya n’était sûrement pas restée à l’hôtel des Snow Kids et avait sans doute rejoint Artie, Benett et Corsos dans leurs recherches pour retrouver Sony. Et ils pouvaient être n’importe où !

Mais Sinedd regardait Climbo, soupçonneux. De toute évidence, il ne le croyait pas.

« Et tu n’as pas une idée de l’endroit où elle peut être ? Vous dormez bien quelque part, non ? Où ça ? »

Plus Sinedd posait ses questions, plus Climbo était embarrassé. Il comprenait maintenant que c’était une erreur (surtout dans la situation actuelle) d’aller voir Sinedd.

« S’il te plait, Climbo, dis-moi où elle est ! »

Sa voix s’était faite suppliante. Et ça, plus que ses questions, mit Climbo dans l’embarras. Il aurait été bien plus facile pour Sinedd de rester concentrer sur son objectif s’il n’avait pas su que sa sœur se trouvait aussi sur le Génèse Stadium. Climbo décida alors d’être honnête. Il lui dit qu’il ne pouvait pas dire où lui et Kiya étaient parce que ça pourrait leur causer des problèmes. Sinedd pâlit en entendant cela mais il n’insista plus. Il se releva et se changea puis avant de quitter les vestiaires, il se tourna vers Climbo et dit :

« Ne me suis plus, s’il te plait. Et ne dis pas à Kiya ce que tu as vu. Elle s’inquiéterait. »

______________________

Troisième partie, fin.

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Lun 3 Oct - 19:50

Chapitre 14, quatrième partie.

______________________



Kiya faisait les cent pas dans sa cabine, en proie à une grande agitation. Il était plus de minuit et elle n’avait toujours pas la moindre nouvelle de Climbo. Elle commençait à se demander s’il ne lui était pas arrivé quelque chose. Qui plus est, les pirates n’avaient toujours pas la moindre piste concernant l’endroit où Sony se trouvait… et la finale avait lieu le lendemain…

Et enfin, Clamp leur avait parlé du métafluide, un fluide indétectable et doté d’une grande puissance. Kiya avait l’impression d’être assise sur une bombe à retardement. Et surtout, elle ne comprenait pas ce que Bleylock cherchait à faire… Pourquoi demander à D’Jok de mal jouer pendant la finale ? Qu’allait lui apporter la victoire des Shadows ? Elle avait parlé de la conversation entre Sinedd et D’Jok à Corsos et celui-ci avait approuvé son idée de suivre Sinedd. Mais tant qu’ils n’en sauraient pas plus, ils ne pouvaient pas faire grand-chose.

Mais que faisait donc Climbo ?

Ne supportant plus de rester cloitrée dans sa chambre, Kiya voulut rejoindre les autres au cockpit mais elle avait à peine posé sa main sur la porte qu’un petit « bang » retentit. Kiya se retourna aussitôt et vit Climbo tambouriner sur le hublot qu’elle s’empressa d’ouvrir.

« Alors ? s’écria-t-elle plus fortement qu’elle ne l’aurait voulu. Qu’as-tu appris ? »

Climbo était très agité, il gigotait et voletait dans tous les sens, comme dément. Kiya devait le maintenir fermement entre ses mains pour comprendre ses explications hachées. Quand il eut fini, elle avait l’impression qu’un poignard lui transperçait le cœur. Et un même mot se répétait en boucle dans sa tête :

« Impossible… Impossible… Impossible… »

« Tu es sûr de ce que tu as entendu, Climbo ? demanda-t-elle d’une voix étrangement neutre. »

Impossible…

« Tût…
- Vraiment sûr ? »

Impossible…

Ce n’était pas possible… Sinedd ne pouvait pas avoir accepté de faire une chose pareille ! Il y avait forcément une erreur… Forcément.

Mais dans un petit coin de son esprit, embrumé par l’incrédulité, une petite lumière de compréhension était allumée. Une lumière qui devenait de plus en plus forte.

Kiya se laissa tomber sur sa couchette, le cœur battant, les membres tremblants.

« C’était ça son plan… murmura-t-elle.
- Tut ?
- Bleylock… C’était ce qu’il voulait depuis le début… »

Climbo s’était posé sur ses genoux.

« Il a enlevé D’Jok parce que c’était le fils de Sony… Il savait que Sony se précipiterait pour le secourir et qu’il céderait sans hésiter le métafluide et… et ensuite… »

Elle prit une grande inspiration.

« Ensuite, il demande à D’Jok de mal jouer pendant la finale pour diminuer sérieusement les chances des Snow Kids de gagner. Là aussi, il savait qu’il accepterait parce qu’il venait juste de le retrouver et qu’il ne voudrait pas le perdre. Assuré de la victoire des Shadows, il ne lui restait plus qu’à trouver quelqu’un dans l’équipe victorieuse pour poser ce… ce truc… Et il a choisi Sinedd… »

Sa voix se brisa et elle enfouit son visage dans les mains.

« Mais pourquoi Sinedd ? Pourquoi lui ? »

Climbo avait dit que Bleylock avait montré à Sinedd des photos d’une guerre, une guerre durant laquelle leurs parents auraient trouvé la mort. Kiya s’était toujours doutée que ses parents étaient morts mais le fait que ce général puisse le savoir et surtout qu’il soit au courant des circonstances, la troublait profondément. Et c’était pour ça que Sinedd avait accepté de… de… Mais comment l’avait-il su ? Bleylock avait- il connu leurs parents ? Les surveillait-il ? Peut-être depuis la planète Shadows… Peut-être savait-il que Kiya était chez les Pirates… Et bien d’autres choses…

Et Sinedd qui l’avait suivi… Espérait-il venger leurs parents de cette façon ? Savait-il ce qui s’était passé ? Kiya était-elle la seule à ignorer la vérité ?

Kiya, soudain, se redressa, faisant sursauter Climbo.

« Il faut prévenir Corsos ! s’exclama-t-elle. »

Elle connaissait maintenant le plan de Bleylock, il fallait à tout prix prévenir les autres pour le contrecarrer !

Elle se précipita hors de la cabine, Climbo volant derrière elle. Mais Kiya ne pouvait empêcher une petite voix au fond de sa tête de crier :

« Pourquoi Sinedd ? Pourquoi ? »


__________________


Et voilààààà ! On a un début de contact entre Sinedd et Kiya via Climbo. En fait, je n'ai créé Climbo presque que pour ce passage XD.

A plus pour le chapitre 15 !

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Queen
Présidente des Snow Girls
avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 12/09/2011
Age : 22
Localisation : Irish Paradise

MessageSujet: Re: Kiya   Mer 5 Oct - 18:46

Ho ho ho!

Cette grande avancée dans l'histoire et dans la reprise de contacts entre Kiya et Sinedd est vraiment très très bien. Je suis impatiente de voir ce que va donner le moment où ils se parleront face à face.

Han et puis, moi aussi je veux un Climbo? C'possible chef? Il est trop mignon :O "Tûûûût". En plus, c'est fou comme c'est pratique une petite chose pareille!

Pour finir, je suis totalement d'accord avec Kiya, D'Jok est un crétin!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Mer 5 Oct - 19:18

Ah Climbo... En fait les animaux de l'espèce de Climbo sont très difficile à capturer. Même les Wambas ont du mal. Mais une fois que cette petite bête est domestiqué, y'a pas plus adorable. Maintenant que j'y pense, je me dis que je pourrais mettre un dessin de Climbo (et de Kiya par la même occasion). Le truc c'est que le dessin, c'est pas mon fort...

Oui, D'Jok est un crétin. On ne le dira jamais assez.

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Dim 9 Oct - 18:08

Ho ho ho ! C'est un peu endormi aujourd'hui, non ? Je vais vous réveiller avec un nouveau chapitre ^^. Eh ouais mes amis, je reprend le cours de l'histoire ! Voici le tout nouveau chapitre 15 !

Enjoy !


Chapitre 15 :

Sinedd lui avait dit de ne plus le suivre mais Kiya, elle, lui avait demandé de le suivre jusqu’à ce qu’il découvre dans quoi Sinedd était impliqué. Et pour l’instant, Climbo n’avait rien trouvé. Alors il avait décidé de continuer à le suivre, pas uniquement pour obéir à Kiya mais aussi parce qu’il s’inquiétait pour Sinedd. Il avait encore en mémoire cette espèce de crise durant ce duel contre D’Jok…

Sinedd était resté encore un quart d’heure au stade, là où D’Jok s’était empressé de le quitter. Climbo s’était demandé s’il allait parler de ce qu’il avait vu à quelqu’un. Quelque part, il l’espérait. De cette façon, il pourrait savoir ce qui était arrivé à Sinedd.

Après avoir quitté le stade, Climbo s’était attendu à ce que Sinedd rentre directement à l’hôtel des Shadows mais il n’en fit rien. Au lieu de prendre la direction de l’hôtel, il prit un astrobus et se dirigea vers le quartier est du Génèse Stadium. C’était un quartier principalement résidentiel et plutôt modeste. Sinedd entra dans une barre, un peu délabré. Climbo le suivait toujours mais à une distance raisonnable. Sinedd jetait régulièrement un coup d’œil derrière lui et le petit animal était persuadé qu’il vérifiait s’il ne le suivait pas.

Il monta jusqu’au cinquième étage et entra dans un petit appartement abandonné.

Climbo resta caché près d’une fenêtre brisée. Il leva les yeux… et faillit tomber. Sinedd était en compagnie de Bleylock ! Bleylock, l’ennemi des Pirates !

Alors Kiya avait raison ? Sinedd était vraiment en contact avec Bleylock ? Mais, il n’imaginait pas Sinedd faire équipe avec un homme aussi dangereux !

« …remercie d’être venu, Sinedd, disait la voix de Bleylock.
- Que me voulez-vous ? répondait Sinedd. »

Climbo ouvrit ses oreilles. Il allait peut-être enfin savoir !

« Te dire la vérité. Tu as le droit de savoir.
- Savoir quoi ?
- Comment tes parents sont morts.
- Je sais comment ils sont morts, répliqua Sinedd. Ils ont été tué dans la dernière guerre de fluide.
- Tu es intelligent, Sinedd. Tu ne te laisses pas berner par les discours de paix.
- Qu’est-ce que vous me voulez exactement ?
- Te proposer un marché. J’ai ici un petit appareil capable de détruire tous les fluides de la Galaxie. Il faut seulement que tu le déposes sous la coupe au moment de la brandir.
- C’est pour ça que vous m’avez parlé du père de D’Jok ?
- Tout à fait. Il ne voudra jamais prendre le risque de perdre son père, tu peux comprendre ça, je suppose.
- Ouais… »

Le visage de Sinedd se crispa. Il haïssait D’Jok mais à cet instant, il se sentait sur la même longueur d’onde que lui. Climbo, lui, était abasourdi. Bleylock possédait un appareil capable de détruire les fluides… Il allait détruire tous les fluides… Et il demandait à Sinedd de le faire…

« Et qu’avez-vous à me dire sur ma sœur ? demanda Sinedd. »

Climbo failli pousser un cri. Que… Quoi ? Bleylock savait des choses sur Kiya ? Il en avait parlé à Sinedd ? C’est pour ça qu’il avait su si rapidement que c’était Kiya qui l’avait envoyé (bien que la réponse ait été plutôt évidente) ?

« Je pense savoir où elle se trouve, murmura Bleylock. »

Ouh la la ! Minute ! Pause ! Retour en arrière ! Que venait de dire Bleylock ? Il pensait savoir où se trouvait Kiya ? Mais c’était une catastrophe ! Parce que s’il savait où était Kiya, cela voulait dire qu’il savait qu’elle était avec les Pirates et qu’il savait peut-être où étaient les Pirates ! Climbo fut à deux doigts de filer prévenir Kiya et les autres mais son instinct lui dit qu’il valait mieux rester encore un peu.

Bleylock tendit alors quelque chose à Sinedd. Des photos. Climbo bougea légèrement pour mieux voir. Même s’il était loin, il pouvait distinguer l’essentiel : elles étaient macabres. Des explosions, des hommes armés, des bâtiments en feu. Le visage de Sinedd passa de la franche stupeur à la colère froide. Il jeta les photos sur le lit d’un air dégouté.

« Mes parents sont tous les deux morts à cause de cette guerre stupide, lâcha-t-il d’un ton dépité.
- C’est la raison pour laquelle les fluides doivent à tout prix disparaitre de la surface de la Galaxie, fit Bleylock.
- Oui, sauf que depuis la Grande Paix leur utilisation n’est autorisé que pour les matchs de foot. C’est le boulot du Cercle des Fluides de s’en occuper !
- Je suis bien placé pour savoir que tout ceci n’est qu’une façade, une mascarade. De nouvelles guerres encore plus terrible se préparent en secret et cette organisation ridicule qu’est le Cercle des Fluides n’y pourra rien. »

Sinedd sembla réfléchir et prit quelque chose posé sur une commode.

« Et vous dites que grâce à ce tout petit appareil, les fluides disparaitront pour de bon ? demanda-t-il.
- La grande majorité des personnes dotées d’un fluide sera présente le jour de la finale : toutes les équipes ayant participé à la Cup, les membres du Cercle de Fluide, bref quatre-vingt dix pour cent seront détruits si tu fais ce que je te dis. Réfléchis bien, Sinedd. Tu seras la dernière personne à avoir gagner le Galactik Football Cup. »

Sinedd se tut. Il regarda attentivement l’objet placé dans sa main et ensuite les photos, en vrac sur le lit. Une lueur de tristesse passa dans ses yeux bleus-violets.

« Ok, ça marche, je vais le faire, c’est bon. »

Climbo voulut crier mais sa voix resta coincée dans sa gorge. Il voulut aussi bouger mais quelque chose le clouait sur place. En fait, il ne pouvait strictement rien faire, il n’arrivait même plus à penser.

« Hum, hum, fit Bleylock. Excellent. Tu as fais le bon choix. Tu peux y aller maintenant.
- Et ma sœur…
- Je n’ai que plusieurs hypothèses sur l’endroit où elle se trouve mais il se peut bien que l’une d’elle s’avère exacte. »

Sinedd semblait vouloir dire quelque chose mais Bleylock fit un signe montrant que la discussion était terminée. Il sortit de l’appartement, le visage préoccupé. Climbo était toujours sous le choc. Il ne vit pas Baldwin arriver. Sa voix le fit sursauter.

« Pendant une minute, j’ai vraiment cru qu’il n’accepterait jamais de le faire, dit-il.
- Je vous l’ai dit, Baldwin : mon plan est infaillible. Plus personne ne peut m’arrêter maintenant. Plus personne, vous entendez !
- Puis-je vous posez une question ? Savez-vous réellement quelque chose à propos de sa sœur ?
- Rares sont ceux qui savaient que la jeune Kiya avait un frère, répondit Bleylock. Heureusement pour moi, je faisais parti des heureux élus.
- Comment ? Sa sœur… c’est cette ancienne joueuse ? Kiya ?
- Elle et son frère ont grandi sur la planète Shadows. C’était judicieux, la planète Shadows est à l’autre bout de la Galaxie.
- Je ne comprends pas ce que vous voulez dire…
- Peu importe. Ce qu’il faut retenir c’est que Kiya et ses amis les pirates ne pourront rien faire. Je serais le maître de la Galaxie ! »

Et il éclata d’un rire froid et cruel qui fit frissonner Baldwin. Climbo, toujours caché derrière sa fenêtre, trembla. Kiya… Kiya était en danger ! Ils l’étaient tous. Paniqué, il s’envola et prit la direction de l’astroport. Il fallait faire quelque chose !



__________________________


Kiya n’avait pas attendu longtemps avant d’agir. Sitôt Corsos prévenu, elle avait pris la direction de l’hôtel des Shadows. Oui, ça faisait plus de trois ans qu’elle n’avait pas vu Sinedd, oui il allait avoir le choc de sa vie en la voyant débarquer mais peu importe. Il fallait qu’elle l’empêche de commettre une énorme erreur !

« Dépêche-toi Climbo ! haletait-elle. »

Les rues du Génèse étaient vides. Pas étonnant vu l’heure tardive. Les visites étaient sûrement interdites à cette heure-ci, surtout pour une équipe de foot qui s’apprêtait à jouer la finale de la Galactik Football Cup mais Kiya était prête à forcer la sécurité s’il le fallait.

Elle arrivait en vue de l’hôtel des Shadows. Les lumières étaient éteintes. Tant mieux, elle ne se ferait pas remarquer. Elle accéléra.

« Hé là ! Que faites-vous ? »

Kiya s’arrêta net. Un des gardiens de l’hôtel venait de surgir.

« Sinedd… commença-t-elle. Je dois le voir…
- À cette heure-ci ? Il y a des heures de visites, mademoiselle.
- Je sais mais là, il faut à tout prix que je le vois ! C’est une question de vie ou de mort !
- C’est ça, c’est ça. Je crois plutôt que vous êtes une groupie capable de tout pour voir son idole.
- Quoi ?
- Tuuut ?
- Allez, dégagez !
- C’est n’importe quoi ! s’emporta Kiya. Sinedd est mon frère ! Je suis sa sœur ! Allez le voir dite-lui que je suis là, vous verrez que j’ai raison !
- Je ne réveillerai pas un joueur pour une vulgaire groupie ! Sécurité ! »

Avant que Kiya ait pu protester, des robots s’approchèrent. Elle jura. Ce n’était pas le moment que ces boites de conserve viennent l’embêter. Elle lança un regard noir au concierge et s’enfuit en courant.


___________________________


« Tu as eu raison de partir, fit Corsos. Si les robots s’en étaient mêlés, ça aurait pu compliquer les choses.
- Mais il faut bien que quelqu’un empêche Sinedd de poser ce truc ! s’exclama Kiya.
- Si on libère Sony, D’Jok n’aura plus aucune raison de mal jouer, continua-t-il. Et dans ce cas, la catastrophe sera évitée.
- Encore faut-il que les Snow Kids gagnent même avec D’Jok, murmura Kiya. »

Ce n’était pas qu’elle doutait de la capacité des Snow Kids, c’était plutôt qu’elle connaissait très bien les Shadows. Ils disputaient là leur deuxième finale consécutive et c’était une équipe expérimentée. Et puis ils étaient très forts aussi. Les Shadows pouvaient gagner même si D’Jok jouait à son meilleur niveau. Voilà pourquoi elle voulait à tout prix empêcher Sinedd de coller cette espèce d’appareil. Mais la finale avait lieu dans quelques heures seulement… Elle avait très peu de temps pour agir.

« Corsos ! appela Artie. Clamp veut nous voir. Dans dix minutes au café habituel. »

Kiya et Benett échangèrent un regard. Pourvu que Clamp ait des nouvelles réjouissantes.

Les Pirates se mirent en route. L’excitation avait commencé à gagner le Génèse Stadium. Les supporters affluaient dans les rues, criant des encouragements pour leurs équipes. Les avenues principales étaient noyées sous le bleu et blanc des Snow Kids et le noir et vert des Shadows. Kiya, Corsos, Benett et Artie réussirent péniblement à se frayer un chemin parmi la foule. Le café était presque vide. Seuls quelques habitués étaient restés pour le suivre sur écran.

Clamp était assis en compagnie d’une femme aux cheveux fuschia, au look plutôt bohème et qui semblait très mal à l’aise.

« Qui est-ce ? demanda sèchement Corsos en la désignant.
- Elle s’appelle Maya, répondit le professeur. C’est la mère adoptive de D’Jok et une voyante.
- Une voyante ? s’étonna Benett en s’asseyant. Ça existe ? »

De toute évidence, la voyance ne faisait pas partie des choses auxquelles il croyait. Il en allait de même pour Corsos, à en juger par son expression. Mais il ne dit rien. Ils s’assirent autour de la table et Clamp leur raconta ce qui s’était passé. Il avait surpris D’Jok sortant en trombe de la chambre de Maya. Peu après, celle-ci avait eu une vision. Une vision de Sony en train de se noyer.

« Sony noyé ? s’exclama Corsos. Et pourquoi pas bouffer par les requins pendant que vous y êtes !
- C’est complètement ridicule ! renchérit Benett. Il n’y a mer ni lac sur le Génèse Stadium.
- Non, fit Clamp. Mais je sais de source sûre qu’il y a d’immenses réserves d’eau potable.
- Mais tout ça ne repose que sur une vision ! tempêta Corsos. Y’a rien de concret là-dedans.
- Vous avez mieux à proposer ? lança le professeur. »

Corsos ne répondit pas.

« Il a raison, intervint Kiya. C’est la seule piste que l’on ait. »

Corsos fronça les sourcils et croisa le regard inquiet de Maya. Il soupira.

« Bon d’accord, supposons que ça soit vrai. Ces réservoirs, où est-ce qu’ils sont ?
- Dans un lieu tenu secret et bien gardé par-dessus le marché, répondit Clamp.
- L’endroit appartient à la Technoïd ?
- Oui.
- Dans ce cas, c’est foutu. Autant dire que c’est mission impossible.
- Rassurez-vous, je connais quelqu’un qui pourrait nous aider. »

À ce moment-là, une jeune femme aux longs cheveux auburn et portant des lunettes de soleil arriva.

« Bonjours, messieurs, dit-elle d’une voix chantante.
- Je vous présente Dame Simbaï, fit Clamp. C’est le médecin des Snow Kids mais elle a d’excellentes relations avec le Cercle des Fluides.
- Je peux vous aider à obtenir les plans du Génèse Stadium, poursuivit Simbaï. »

Les pirates échangèrent un regard méfiant. Leur expérience leur avait appris qu’il ne valait mieux pas faire confiance trop rapidement. Mais la situation était telle qu’ils décidèrent de mettre de côté leur méfiance et de suivre Dame Simbaï.

Les rues du Génèse Stadium étaient à présent complètement vides. Les gens étaient ou dans le stade ou massé autour des écrans géants. En passant devant l’un d’eux, les pirates purent voir que le score était toujours vierge après vingt minutes de jeu. Dame Simbaï les mena alors dans un grand bâtiment. Un bâtiment, imposant et bien gardé.

« Attendez… commença Corsos. Vous nous menez chez la Technoïd ?
- Du calme, messieurs, lui intima Dame Simbaï. Vous êtes en sécurité, ici. Le Duc Maddox est au courant de votre venue, il va vous donner les plans.
- Quoi ? »

Le Duc Maddox, le dirigeant suprême de la Technoïd, avait mis un point d’honneur depuis quelques années à faire la chasse aux pirates. Qu’il veuille tout d’un coup les aider comme ça paraissait aussi improbable que les Rykers se mettant à offrir des fleurs !

Ils entrèrent dans une immense salle au plafond haut. Dame Simbaï leur annonça que son contact allait bientôt arriver et s’en alla avec Clamp, rejoindre le stade. Les Pirates restèrent seuls, non sans une pointe d’inquiétude.

« On n’aurait jamais dû venir ici, Corsos, s’exclama Benett. J’sais pas pourquoi mais j’me sens pas super à l’aise, là.
- Peut-être tout simplement parce qu’on est dans la gueule du loup, suggéra Artie, les mains dans les poches.
- Ça, c’est le cas de le dire, murmura Kiya. »

La porte s’ouvrit et le Duc Maddox entra. Il dégageait la même impression qu’à la télé : imposant et suffisant.

« Très heureux de vous rencontrer, messieurs, dit-il.
- Pas nous, répliqua Corsos. Vous avez les plans ?
- Je vais vous les donner mais à une seule condition. »

Corsos écarquilla les yeux de stupeur.

« Que vous et moi, nous coopérions sur cette opération.
- Les pirates… et la Technoïd main dans la main ? lâcha Artie. C’est quoi cette blague ?
- C’est pas possible, ça, renchérit Benett.
- À l’heure actuelle, votre ennemi n’est pas la Technoïd mais Bleylock, expliqua Maddox. Et il se trouve que je veux mettre la main sur lui. Je suis sûr que nous allons très bien nous entendre. »

Sa dernière phrase avait un ton légèrement menaçant. Travailler avec la Technoïd n’enchantait pas les pirates mais c’était leur seule chance de retrouver Sony et de mettre la main sur Bleylock. Alors, il fallait faire une trêve.

____________________

Chapitre 15, première partie. Fin

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Dim 9 Oct - 18:09

Chapitre 15. Deuxième partie.

_____________________


Ils s’étaient séparés en deux groupes : Corsos, Benett, Artie et Maddox partaient à la recherche de Sony. Kiya et Climbo tentaient de s’introduire dans le stade pour prendre Sinedd à parti et l’empêcher de détruire la Galaxie.

Kiya avait immédiatement pris la direction du stade. La clameur du public était si forte qu’on pouvait l’entendre à des kilomètres. Kiya connaissait l’entrée des joueurs. Elle était cachée à la vue de tous. De cette façon, elle pourrait entrer sans être vu et serait directement dans la section réservée aux équipes. Mais les choses ne se passèrent pas aussi bien qu’elle l’avait imaginé. L’entrée des joueurs étaient gardée par une dizaine de robot.

« Flûte ! marmonna-t-elle. »

Elle se cacha derrière un buisson et envoya Climbo faire diversion. Le petit animal alla percuter courageusement un robot qui provoqua une diversion. Kiya en profita pour passer en toute discrétion.

« Pas un geste ! »

La confusion créée par Climbo n’avait pas suffit à distraire totalement les robots. Kiya avait à peine fait un pas dans le stade qu’ils l’avaient encerclés. Elle jura. Les robots s’avançaient, leurs lasers pointés sur elle.

« Veuillez décliner votre identité, récitaient-ils. »

Kiya fouilla discrètement dans les poches de sa robe et se donna des gifles mentales. Elle était pratiquement partie les mains vides ! Juste quelques fumigènes et explosifs. Mais quelle idiote !

Climbo était étendu au sol, sonné. Kiya se mordit la lèvre, inquiète et souhaita de toutes ses forces qu’il n’avait rien de grave. Heureusement, l’animal se releva et percuta à nouveau un robot. Kiya ne fit ni une ni deux. Elle attrapa Climbo par les oreilles et s’engouffra dans le stade, les robots sur ses talons. Kiya courait sans se soucier de la direction dans laquelle elle allait. Le plus important était de mettre le plus de distance entre les robots et elle. Soudain, elle entendit un grésillement dans son oreille.

« Kiya, lui fit la voix d’Artie à travers l’oreillette, t’en es où ?
- Dans le stade, poursuivi par les robots, répondit-elle le souffle court.
- Les robots ? Ils étaient pas censés être de notre côté ?
- Ils ont pas l’air au courant, ceux-là ! Tu veux pas les prévenir ? Aaah ! »

Un rayon, passant à quelques millimètres seulement de son oreille, lui arracha son l’élastique qui retenait ses cheveux. Un deuxième rayon plus bas, lui frôla le poignet, détruisant sa montre-émetteur.

« Saletés ! »

Elle tourna à gauche et prit les escaliers qui se trouvaient devant elle. Elle les monta quatre à quatre, fonça tout droit avant d’aller par une ouverture sur la droite et se cacha derrière la cloison. Les robots passèrent tout droit sans la remarquer. Elle poussa un profond soupir de soulagement et laissa tomber à terre. Elle avait eu chaud. Sur ses genoux, Climbo essayait de reprendre son souffle.

« T’as fait du bon boulot, Climbo, lui murmura-t-elle à l’oreille. »

Kiya profita de ce temps mort pour défaire sa deuxième couette et lâcher totalement ses cheveux et regarder l’état de son poignet qui l’élançait. Il était légèrement rouge mais ce n’était qu’une petite brûlure. Puis, elle essaya d’analyser la situation. La bonne nouvelle, c’est qu’elle avait réussi à s’introduire dans le stade, la mauvaise, c’est qu’elle ne savait pas où elle était. En plus, elle avait perdu le contact avec Artie et les autres. Elle ne devait plus compter que sur elle-même.

Elle soupira de nouveau et se leva. C’est alors qu’elle prit conscience pour la première fois du boucan qui l’entourait et elle constata avec surprise qu’elle se trouvait dans les tribunes, en compagnie d’une foule de supporters shadows. Ceux-ci étaient particulièrement bruyants et pour cause ! Les Shadows menaient au score !

« Non ! s’exclama Kiya. Non, non, non, non… »

En plus de cela, la mi-temps venait de se terminer… Kiya eut l’impression qu’un bloc de glace lui tombait dans l’estomac. Que faire… Que faire ? Elle ne pouvait plus parler à Sinedd ! C’était fichu… À moins que les Snow Kids égalisent ou gagnent, il n’y avait plus la moindre possibilité d’entrer en contact avec Sinedd…

« Tututtu ! s’exclama Climbo.
- Quoi ? fit distraitement Kiya, les yeux rivés sur le terrain.
- Tututtu ! répéta l’animal.
- Arthegor ? Que… »

Elle écarquilla les yeux. Qu’elle était bête, mais bête ! Elle pouvait toujours joindre Sinedd via Arthegor ! Revigorée par cette possibilité, Kiya quitta les tribunes et revint à l’entrée des joueurs (en espérant que les robots ne s’y trouvaient plus). Par chance, elle était déserte. Ils étaient sans doute en train de la chercher dans le stade ou alors, ils pensaient qu’elle n’était plus là. Kiya espérait que la deuxième option était la bonne.

Grâce à ce qu’elle avait appris chez les pirates, elle put sans problème cracker le système d’ouverture et pénétrer dans le luxueux couloir qui menaient aux cabines des entraîneurs. Ici, les murs étaient totalement insonorisés. Les cris du public ne s’entendaient plus que par les écrans incrustés. Kiya y jeta rapidement un œil. Les Shadows s’étaient tous regroupés en défense et les Snow Kids luttaient pour les passer. À ceci près qu’ils tenaient volontairement D’Jok à l’écart. Kiya en conclut qu’il avait bel et bien décidé de saboté le match. Quel crétin ! À six contre sept, les chances de marquer étaient faibles.

Elle détacha son regard de l’écran pour se diriger vers la cabine d’Arthegor. Elle eut alors la mauvaise surprise de constater qu’ici aussi des robots avaient été postés. C’était incroyable ! La Technoïd craignait une attaque contre les équipes ou quoi ? Kiya se réfugia entre une plante et un banc et sortit son visionneur. Tenter de faire diversion ici était trop risqué alors il fallait qu’elle tente d’entrer en contact avec lui par un autre moyen. En piratant le système informatique des cabines par exemple.

Inquiète mais patiente, Kiya tentait divers manœuvre pour entrer dans le système. Chose peu évidente. Les ordinateurs des cabines n’étaient connectés à aucun réseau externe. Ils dépendaient du réseau de la Ligue et étaient protégé par une demi-dizaine de pare-feu. Il fallait du temps pour trouver les codes qui les débloquaient et pendant ce temps-là, le match continuait. Kiya essayait de ne pas prêter attention aux commentaires de Callie Mystie. Elle essayait aussi de ne pas se demander où en était Corsos et les autres.

Climbo faisait le guet. Il devait la prévenir au moindre mouvement suspect des robots mais ces derniers semblaient être en mode boite de conserve et ne bougeait pas le moindre boulons. Cependant leur présence ne rassurait pas Kiya qui transpirait à grosse gouttes.

« Allez ! marmonna-t-elle en entrant un nouveau code. Marche, bon sang ! »

Il fonctionna. Et un premier pare-feu de passé ! Ceci dit, il en restait encore beaucoup et il allait de soi que la difficulté augmenterait.

« C’est comme un jeu vidéo, songea amèrement Kiya. Sauf que là, il s’agit pas de réaliser le meilleur score. »

Le temps défilait toujours. Les Shadows menaient toujours en tête. La pression montait. Kiya avait réussi à passer deux autres pare-feu mais elle bloquait sur le quatrième. Tous les codes qu’elle utilisait échouaient et le visionneur n’arrivait pas à trouver la faille. Kiya commençait à paniquer quand un cri en provenance de la télé la fit sursauter.

« Faute ! s’exclama Callie Mystie. Faute du défenseur shadows ! Rocket obtient un coup franc ! Un coup franc extrêmement bien placé ! »

Kiya lâcha le visionneur et se précipita devant l’écran, le cœur battant à tout rompre. Les Snow Kids allaient peut-être revenir au score !

La tension monta d’un cran dans le public tandis que Rocket plaçait le ballon face à lui et recula. Le mur des Shadows composé de Sinedd, Ateo et Mycos se mettait en place.

« Comme à son habitude, Rocket ne prend que quelques pas d’élan. La foule retient son souffle. Les Snow Kids vont-ils marquer le but de l’égalisation ? »

« Oh pourvu qu’il marque ! Pourvu qu’il marque ! murmura Kiya les mains jointes. »

Le capitaine des Snow Kids écarta les bras et fit appel à toute la puissance de son fluide. Une colonne de lumière bleutée monta vers le ciel, comme un symbole de la détermination des Snow Kids. C’est alors que l’impensable se produisit. La colonne s’estompa mais à la place, des flocons commencèrent à tomber. Des flocons de neige. Il neigeait sur le stade !

« Que… commença Kiya. »

« Mais que se passe-t-il ? Ça alors, c’est incroyable ! Le terrain est complètement gelé ! On dirait qu’une tempête de glace s’abat sur le stade ! »

Des cris s’élevèrent dans le public. Pour ceux qui venaient d’Akillian, cette neige rappelait de mauvais souvenirs. De très mauvais souvenirs. La Grande Glaciation.

Kiya se mordit la lèvre. Tout à coup, Climbo poussa un cri. Les robots approchaient ! Ramassant son visionneur, Kiya se cacha dans l’angle d’un mur. Mais elle savait que ce répit n’était que de courte durée. Elle ne savait pas ce qui se passait mais cette soudaine neige était anormale et il était logique que les robots interviennent. Mais cela signifiait que Kiya ne pouvait plus rester ici. Elle attendit que les robots se soient éloignés pour sortir de sa cachette. Elle se rendit compte alors que la porte qui menait aux vestiaires n’était pas gardée. Une aubaine ! En prenant bien garde à ce que les robots ne l’entendent pas, Kiya la franchit.

Par chance, le couloir était désert. Vite, Kiya se posta devant un écran. La situation semblait revenir à la normale. Le terrain était dégivré et le match allait reprendre. Les joueurs avaient déjà repris leur place. Kiya laissa échapper un soupir de soulagement… avant de gémir d’inquiétude. Il fallait que Rocket marque ce coup-franc !

Sauf que D’Jok s’était avancé et suppliait Rocket de le laisser tirer. Kiya se prit la tête dans les mains. Non, D’Jok ne devait pas tirer. Il allait tout faire rater ! Kiya aurait voulu être sur le terrain et hurler à Rocket de ne pas écouter D’Jok. Malheureusement, elle n’était que devant un écran et tout ce qu’elle pouvait faire, c’était prier pour que le capitaine des Snow Kids ne cède pas.

Mais Rocket céda bel et bien sa place à D’Jok. L’attaquant était face à la balle, face aux buts de Norx.

« Le match va enfin pouvoir reprendre, dit Callie Mystie. Je vous rappelle que les Shadows mènent toujours 1 à 0 et il ne reste plus qu’une minute à jouer. Autrement dit, si les Snow Kids ne marquent pas maintenant, ils auront perdu la finale. »

Le silence se fit brusquement dans le stade. Chacun retenait son souffle et espérait. Kiya ferma les yeux. Elle ne voulait pas voir ce qui allait se passer.

Les minutes étaient longues. Trop longue. Ça en devenait insoutenable. Le cœur de Kiya battait si fort qu’il menaçait de sortir de sa poitrine. Mais quand est-ce qu’il allait tirer qu’on soit définitivement fixé ? Pourquoi c’était précisément dans ses instants-là que le temps paraissait si long ? Et pourquoi n’entendait-elle pas le moindre bruit ?

« BUUUUUT ! »

Le cri était si soudain que Kiya sursauta.

« But hallucinant de D’Jok ! »

Elle rouvrit les yeux et vit les Snow Kids sauter de joie. Le tableau d’affichage affichait 1 partout. Kiya fut tellement soulagée qu’elle tomba sur le sol.

« Egalisation, répétait-elle d’un air absent. Ils ont égalisé… »

Mais si D’Jok avait décidé de marquer ce but, cela voulait dire que Sony était sûrement hors de danger ! En tout cas, c’est ce qu’elle espérait… Mais elle pouvait se calmer un peu. Les Snow Kids avaient égalisé, elle avait encore du temps pour prévenir Sinedd.

« Oh bon sang ! »

Elle se leva et courut vers le vestiaire des Shadows. L’égalisation signifiait qu’il y allait avoir prolongation. Les joueurs allaient donc revenir au vestiaire pour quelques minutes. Mais seulement quelques minutes. Elle fonça alors en direction du vestiaire des Shadows qui avait l’inconvénient d’être le plus éloigné.

« Climbo, toi, tu me préviens si les robots ont l’idée de se pointer par ici ! lança-t-elle. »

Elle tourna à gauche, fit un dérapage et appuya sur l’ouverture de la porte automatique. Elle entendit quelques murmures puis plus rien.

Essoufflée d’avoir couru si vite, elle s’appuya sur le cadre. C’est à ce moment-là qu’elle leva les yeux vers ses anciens partenaires, abasourdis.

Ils avaient tous le regard fixé sur elle, la bouche et les yeux grands ouverts. Nillis avait même laissé échapper sa gourde qui se vidait sur le sol.

Kiya parcourut le vestiaire du regard. Arthegor mais surtout Sinedd, n’étaient pas là. Elle se mordit la lèvre.

« Sinedd… commença-t-elle, où est-il ? »

Ses paroles eurent l’effet d’un claquement de fouet. Les Shadows poussèrent un cri de surprise. Griffins se leva.

« Kiya ! s’exclama-t-il. C’est vraiment toi ? Qu’est-ce que tu fais ici ?
- Où est Sinedd ? répéta la jeune fille.
- Il est parti aux toilettes mais… »

Kiya lâcha un cri de dépit et commença à faire les cent pas, toujours sous les yeux ébahis de ses anciens coéquipiers. Que devait-elle faire ? Attendre que Sinedd revienne au risque de se faire prendre par Arthegor. Elle n’oubliait pas les quelques mots échangés avec l’entraîneur des Shadows sur Shiloë et elle était persuadée qu’il se rappellerait d’elle.

« Kiya, est-ce que ça va ? demanda la voix lointaine de Nilla. »

Elle sursauta et s’aperçut qu’elle était toujours le centre d’attention du vestiaire. Elle eut alors une idée. Dans le même temps, des bruits de pas se firent entendre. Sinedd ou Arthegor, ami ou ennemi, elle devait faire vite.

« Les gars, j’ai un énorme problème ! s’exclama-t-elle. Vous devez m’aider !
- Quoi ?
- Sinedd ! Quand vous le verrez, transmettez-lui un message de ma part. C’est très important !
- Un message pour Sinedd ? répéta Norx.
- Oui ! Dites-lui… dites-lui qu’il ne doit pas faire ce que Bleylock lui a demandé de faire. D’accord ?
- Ce que qui… Quoi ? s’exclama Griffins. Kiya, on ne comprend rien ! Qu’est-ce qui se passe ?
- Pas le temps de vous expliquer (les bruits de pas se rapprochaient) ! Faites-le c’est tout ce que je vous demande ! C’est une question de vie ou de mort ! Sinedd comprendra ce que je veux dire. Transmettez-le lui, je vous en supplie !
- D’accord, d’accord fit le capitaine des Shadows pour calmer la jeune fille. On le lui dira, ne t’inquiète pas. Tu vas enfin nous dire ce qui se passe ? Hé ! »

Il avait à peine fini sa phrase que Kiya s’enfuit à toute vitesse. Ateo qui était assis juste à côté de la porte se leva pour la suivre mais au même moment Arthegor revint.

« Qui était-ce ? demanda-t-il d’un ton sévère.
- Un responsable de la Ligue, mentit Griffins encore sous le coup de la surprise. Il est venu nous expliquer ce qui s’était passé tout à l’heure.
- Il avait l’air pressé en partant, fit l’entraîneur. »

Griffins haussa les épaules et but une gorgée de sa gourde. Puis soudain, le speaker annonça le début des prolongations dans un peu plus d’une minute. Ce fut comme un électrochoc. L’apparition surprise de Kiya avait momentanément fait oublier aux Shadows où ils se trouvaient et ce qu’ils faisaient.

« Vous savez ce que vous avez à faire, messieurs et mademoiselle, dit Arthegor. Vous devez gagner !
- Vous en faites coach, lança Mycos. On n’a pas l’intention de laisser échapper la victoire ! »

Un à un, ils quittèrent les vestiaires. Bien sûr, l’apparition de Kiya était toujours dans leur esprit mais ils avaient décidé de la mettre entre parenthèse, le temps du match.

« Hé, Sinedd ! lança Nillis. »

Le jeune garçon se trouvait déjà sur la nacelle d’accès, l’air concentré. Nillis courut vers lui.

« Kiya est ici, dit-il en se plaçant face à lui.
- Je sais, répondit Sinedd en songeant à sa rencontre avec Climbo quelques jours plus tôt.
- Non, quand je dis qu’elle est ici c’est qu’elle est vraiment ici, dans le stade, insista son partenaire. On l’a vu !
- Quoi ? »

Ce coup-ci, il se tourna brusquement vers ses coéquipiers, les regardant un à un, n’en croyant pas ses oreilles. Les Shadows hochèrent la tête.

« C’était y’a même pas cinq minutes, expliqua Ateo. Elle a surgit comme ça dans les vestiaires. Elle avait l’air complètement paniqué.
- Elle nous a demandé te transmettre un message, poursuivit Norx.
- Un message ?
- Ouais. Elle a dit que tu ne devais pas faire ce que Bleylock t’avait demandé de faire. Elle a ajouté que tu comprendrais. »

Sinedd eut l’impression de recevoir un coup de poing en pleine figure. Kiya le surveillait c’était sûr et certain. Sinon comment aurait-elle pu être au courant que Bleylock lui avait demandé de déposer l’appareil ? Climbo, de toute évidence, avait continué à le suivre. Mais il ne comprenait pas. Pourquoi Kiya agissait-elle ainsi ? Si elle était sur le Génèse Stadium, pourquoi n’allait-elle pas le voir ? Pourquoi ne lui demandait-elle pas une bonne fois pour toute ce qu’il manigançait ?

Il sentit ses pieds tremblés et la nacelle se mit en marche. Les encouragements du public leur parvenaient de plus en plus fort au fur et à mesure qu’ils approchaient de la sortie. Une véritable explosion d’applaudissement se fit entendre quand ils apparurent.

« À quoi tu joues Kiya ? se demanda Sinedd. »

À tout hasard, il parcourait les gradins du regard, à la recherche de la chevelure rousse de sa sœur, bien qu’il doutait de l’apercevoir avec le monde qu’il y avait. Une main sur son épaule le fit sursauter.

« Ecoute Sinedd, lui dit Griffins à l’oreille, je sais que tu te demandes ce que fait Kiya et bon sang, moi aussi ! Mais c’est pas le moment d’y penser. On a un match à gagner et si on n’est pas concentré à deux cent pour cent sur notre objectif, on n’y arrivera pas. Alors même si c’est dur, je veux que tu arrêtes de penser à ta sœur et que tu te concentres sur le match, sur la victoire ! Ok ? »

Sinedd hocha la tête, l’air entendu, bien qu’il n’en pensait pas moins. C’était facile à dire pour lui, on ne lui avait pas demandé de placer un appareil détruisant les fluides et ce n’était pas sa sœur qui le surveillait sans daigner lui parler face à face. Toutefois, Griffins avait raison sur au moins un point : s’il n’était pas entièrement concentré sur le match, ils ne pourraient jamais le gagner. Alors au prix d’un gros effort, Sinedd mit Kiya, son message et sa mission dans un coin de sa tête et se concentra sur le match. Non, sur la victoire.

___________________

Deuxième partie, fin.

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Dim 9 Oct - 18:09

chapitre 15; troisième partie.

______________________


Kiya avait réussi à gagner les tribunes sans encombre. Pas un seul robot n’avait croisé sa route. Etrange s’était-elle dite. Surtout si elle prenait en compte que quelques minutes plus tôt, le stade en était infesté, mais qu’importe ! Elle ne les avait plus sur le dos, c’était ce qui comptait.

Elle s’était placée en tribune intermédiaire, celles qui étaient à hauteur du terrain. À ce qu’on disait, c’était les meilleures places. Les prolongations venaient de commencer. Bien qu’elle savait que les gars transmettraient son message à Sinedd, Kiya n’en restait pas moins inquiète. Elle ne savait toujours pas où en était Corsos et les autres et un très mauvais pressentiment lui broyait la poitrine.

Pourtant, sur le terrain, quelque chose avait changé. Les Snow Kids semblaient jouer de manière plus aboutie, plus collectif. Quelque chose avait changé dans leur attitude… Et cela fit tilt ! D’Jok ! D’Jok jouait ! Il passait, dribblait… Il jouait vraiment ! Comme libéré d’un poids.

« Alors… Sony a vraiment été libéré ? murmura Kiya. »

Sinon, pourquoi D’Jok se serait-il mis à jouer à son meilleur niveau ? La tête commençait à tourner à Kiya. C’était comme si on lui avait enlevé un énorme poids des épaules. La perspective de savoir son chef libre la rassurait bien plus que de savoir que son message était parvenu à Sinedd. Sony savait toujours quoi faire, il s’en sortait toujours. Alors pour la première fois depuis plusieurs jours, Kiya se détendit un peu et s’intéressa vraiment au match en encourageant l’équipe, non pas des Shadows mais des Snow Kids. Même si elle était plus rassurée que quelques heures auparavant, elle n’oubliait pas pour autant son mauvais pressentiment toujours présent.

Sur le terrain, les Snow Kids étaient habités d’un souffle nouveau. Rocket passa à D’Jok qui s’éleva dans les airs, si haut que les Shadows ne purent le suivre. Il était maintenant en position de tir. Kiya croisa les doigts. D’Jok tira. Si le tir était puissant, il n’était pas précis et frappa le poteau gauche de Norx, avec tant de force qu’il le déforma.

Elle se mordit les lèvres. Norx pouvait vraiment dire merci à son poteau ! D’Jok venait d’atterrir un peu dépité lorsque Sinedd le pris à partie. On pouvait sentir toute l’animosité qui régnait entre les deux joueurs.

Le tir manqué de D’Jok, bien loin d’agacer les Snow Kids, les avait au contraire motivé. Ils avaient la totale maîtrise du match et les Shadows étaient condamnés à courir derrière la balle. Rocket passa à Tia qui passa à son tour Micro-Ice. L’attaquant évita deux tacles shadows et transmit le ballon à son capitaine. Mais Sinedd apparut brusquement et intercepta la passe. Il fonçait à présent vers les buts d’Ahito. Kiya retint sa respiration. Sinedd disparut et réapparut quelques mètres au-dessus du sol. Il tira. Le ballon se dirigea droit vers la lucarne droite mais Ahito anticipa bien la trajectoire et arrêta la balle.

« Tuuuut ! s’écria Climbo. »

Sinedd jaugea un instant Ahito avant de se replacer. Ahito relança la balle vers Tia qui la transmit à Rocket. Il se retrouva aussitôt entouré par Ateo, Mycos et Nilla. Mais le capitaine des Snow Kids réussit à les passer et tira de très loin. Le ballon frappa la transversale. Mais pas le temps pour les Shadows de se remettre du choc. D’Jok était perché sur le tableau d’affichage et sauta pour venir frapper le ballon relancé par Norx. Il frappa une nouvelle fois le poteau gauche. Micro-Ice reprit la balle et tira. Son tir passa entre les jambes de Norx mais monta vers le haut, frappant lui aussi la transversale.

« Bon sang ! Arrêtez de vous précipiter et soyez plus précis ! maugréa Kiya. »

Ce fut Tia qui récupéra la balle. Elle prit appui sur le poteau et tira. Norx eut tout juste le temps de la repousser à l’aide de ses bras. Le ballon fusa droit vers Thran, placé au niveau de la ligne médiane et qui décocha un tir surpuissant qui finit lui aussi sur le poteau. Le ballon s’éleva alors en hauteur. À l’autre bout du terrain, Ahito fit appel à son fluide et s’éleva dans les airs, bien au-dessus du panneau d’affichage, en position de tir.

« Même Ahito ! s’exclama Kiya. »

Mais, encore une fois, le ballon ne termina pas au fond des filets. La frustration se fit sentir parmi les supporters des Snow Kids. Des cris commencèrent à s’élever.

Des Snow Kids, il n’y avait plus que Mei qui n’avait pas encore tiré. La jeune fille était juste à l’entrée de la surface de réparation. Le Souffle l’enveloppait comme une aura de puissance. Mei attendit que le ballon se déloge pour le frapper et là, grâce à un très gracieux retourné, elle décocha un tir surpuissant. Norx le prit en plein ventre mais la puissance de tir était telle qu’il recula sous l’impact, ses pieds grinçant sur la pelouse de vert du Génèse Stadium. Et il suffit d’entendre son cri de rage pour comprendre qu’il avait franchi la ligne avec le ballon.

Kiya resta un moment interdite. Elle ne réalisa pas immédiatement que les Snow Kids avaient marqué et que de ce fait, ils gagnaient le match. Ce fut les cris des supporters qui l’entouraient qui la réveillèrent.

« OUAIIIIIIIIIIIIS ! Ouais ! Ouaiiiis !
- ON A GAGNE !
- On est les champions ! On est les champions !
- Ils ont gagné la Cup ! Houra !
- Tûtût ! fit Climbo.
- Ils ont… gagné… murmura Kiya. »

Et puis soudain, elle réalisa. Les Snow Kids avaient gagné la Galactik Football Cup ! Ils étaient hors de danger à présent parce qu’ils avaient gagné !

« C’est super… Climbo ! bredouilla-t-elle. Ils ont gagné ! Ils ont finalement gagné ! »

Toute à sa joie, elle sautait sur place. Climbo, tout aussi soulagé, virevoltait autour d’elle en poussant de petits cris. Mais soudain, le sourire de Kiya se figea. Une lumière blanche descendait du ciel, la lumière qui accompagnait la coupe. Mais Kiya venait de voir les Shadows. Griffins, Nillis, Nilla, Mycos, Ateo, Norx et surtout Sinedd, regroupé en cercle, la mine sinistre et déconfite. C’était la deuxième fois consécutive que les Shadows perdaient en finale de la Cup.

Kiya sentit sa gorge se nouer. Elle descendit les quelques marches pour se retrouver tout en bas de la tribune, là où elle était exactement au même niveau que les joueurs. Elle s’appuya sur le grillage et regarda son ancienne équipe dans leur tristesse.

« Ce n’est pas juste, Climbo, murmura-t-elle. Ils méritaient de gagner tout autant que les Snow Kids. »

D’un côté, la joie la plus totale, de l’autre la détresse absolue. Deux contrastes frappants. Kiya se demanda alors ce qui se serait passé si Bleylock n’avait pas enlevé D’Jok et s’il n’avait pas demandé à Sinedd de placer un dispositif sous la coupe. Les choses auraient-elles été différentes ?

D’Jok s’avançait au centre du terrain pour recevoir la coupe mais un cri de Climbo détourna l’attention de Kiya de l’attaquant des Snow Kids. Sinedd s’avançait vers lui et il tenait quelque chose à la chose. Quelque chose qui semblait dégager une énergie électrique. Le cœur de Kiya manqua un battement. Qu’allait-il faire ?

« Qu’est-ce que tu… commença-t-elle. Non ! SINEDD ! »

Mais son cri se perdit dans le tumulte du stade. Il ne l’entendit pas.

« Non… Sinedd… Ne fais pas ça ! Par pitié, ne le fais pas, je t’en supplie ! Sinedd ! »

Sinedd s’arrêta soudainement et s’effondra sur le sol. Quelque chose l’avait fait changer d’avis. Il ne poserait pas l’appareil sur la coupe.

Le cœur de Kiya battait encore à tout rompre. Elle s’approcha encore plus du grillage. À ce moment-là, Kiya aurait donné n’importe quoi pour que Sinedd tourne la tête dans sa direction et la voit. Elle, sa sœur. La voir pour la première fois depuis trois ans.

Mais Sinedd ne tourna pas la tête. Griffins vint le chercher et le prit par les épaules. Nilla et Nillis étaient aux côtés de Norx et tentaient de le réconforter. Mycos et Ateo saluaient les supporters shadows qui avaient fait le déplacement. Puis l’équipe se rassembla et regarda dignement, la coupe chargée du Souffle d’Akillian s’élever dans les airs. Après cela, ils quittèrent le terrain pour retrouver le calme de leur vestiaire. Les Snow Kids effectuèrent un dernier tour d’honneur, main dans les mains, les yeux brillant de joie. Kiya, elle, restait là, le cœur lourd, la gorge serrée et les yeux humides.

_________________

Et fin ! Ou presque.

C'est avec ce chapitre que se clôture la première partie de ma fic. Il y aura un chapitre de transition et après la deuxième partie qui correspond à la deuxième saison.

J'imagine que certains d'entre vous s'imaginaient un face à face Sinedd et Kiya ^^. Eh noooon ! Pas pour le moment ! Ca aurait été trop facile sinon Razz . La fin du chapitre peut paraitre un peu triste mais je suis très satisfaite de l'effet. Pour moi, le chapitre ne pouvait se terminer que de cette manière. Une façon de secouer un peu Kiya sans doute.

Au prochain chap' !

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kiya   Lun 10 Oct - 21:26

Alors, je reprends le cours, et c'est génial! Ce chapitre a quelques chose de plus que les autres!
Revenir en haut Aller en bas
D'jok
Admin
avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 22
Localisation : Derrière une toile

MessageSujet: Re: Kiya   Ven 14 Oct - 21:47

Ce quelque chose dont tu parles, hugo, c'est sûrement le fait qu'il y a plus d'action et plus d'émotion ^^

Bravo pour ca chapitre, sheena, c'est une belle clotûre ! Un peu triste, oui, mais je suis du même avis que toi, finalement, ça aurait été trop simple s'ils s'étaient vus vraiment. Finalement, ils se sont retrouvés en contact, mais jamais directement, et rien que ça, ça suffisait à les mettre dans tous leurs états, donc ils sont p'tet pas encore prêts pour se revoir xD On va attendre un peu pour la petite réunion familiale

J'ai beaucoup aimé la Kiya de ce chapitre (à chaque fois, j'ai un truc à dire sur "la Kiya du chapitre", comme si c'était jamais la même xD). Elle était touchante, je dirai. Elle était tellement en panique qu'on paniquait avec elle, lol alors qu'on savait très bien que Sinedd n'allait pas mettre l'engin u_u

Et puis la fin, où elle regrette que Sinedd ne puisse pas la remarquer dans cette foule du supporters... Argh Veux pas !

En tout cas, bon courage pour ta deuxième partie, en route pour la deuxième saison ! Les choses sérieuses vont commencer Twisted Evil

p.s : j'ai repéré le passage que tu voulais me montrer ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://animetseries.forumgratuit.org
° Mlleauvive °

avatar

Messages : 892
Date d'inscription : 11/07/2011
Age : 20
Localisation : ° Dans mon rêve °

MessageSujet: Re: Kiya   Dim 20 Nov - 13:01

HA!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

J'adore! *-*

Trop mimi ce chapitre! C'est si émouvant, même s'il est un peu triste!

J'adodre Kiya!

_________________

Les rêves sont éphémères, mais sans eux notre vie serait vide de sens!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/mlleauvive?feature=mhee
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Dim 1 Avr - 12:52

Et voici le chapitre 16 sous vos yeux. Il a mis un peu de temps à arriver celui-là, non ?

Chapitre plutôt long et de transition et après j'attaque la saison 2, y'aura du sport !


Chapitre 16 :

Deux mois s’étaient écoulés depuis la finale de Galactik Football Cup. Les Pirates étaient tranquillement rentrés sur Shiloë, comme si ce qui s’était passé au Génèse Stadium n’avait pas eu lieu. Enfin presque. Sony avait rapporté le métafluide sur l’archipel et avaient passé énormément de temps avec Clamp afin de trouver un moyen de le détruire. Ils y étaient finalement parvenus après plusieurs jours sans dormir au grand soulagement des Pirates, qui n’étaient pas vraiment ravi d’avoir une telle chose chez eux, et surtout des Snow Kids et de leurs familles, heureux que ce qui avaient causé la Grande Glaciation de leur planète ne soit plus.

L’autre grand changement qui avait eu lieu, c’était la nouvelle situation des Pirates. En effet, ces derniers n’étaient plus recherchés par la Technoïd. Suite à leur collaboration, le duc Maddox les avaient graciés et avait mis fin à la diffusion du portrait-robot de Sony. Dorénavant, les Pirates pouvaient aller où bon leur semblaient sans craindre les robots. Mais cela n’avait pas réjoui tout le monde. Beaucoup s’étaient plaint que cela ne faisait plus d’eux des pirates et qu’ils étaient désormais à la solde de la Technoïd et il fallait avouer qu’ils n’avaient pas totalement tort. S’ils continuaient à hacker les réseaux de la Technoïd et à revendre leurs marchandises, ils ne pouvaient plus le faire aussi librement qu’avant sous peine d’attirer de gros ennuis à la communauté. Il n’y avait que deux personnes sur Shiloë pour se réjouir de cette situation : Sony, qui pouvaient désormais voyager sans crainte et voir son fils aussi souvent qu’il le souhaitait, et Ben, qui en avait profité pour organiser divers stages d’entraînements.

L’équipe s’était remise au travail dès la fin des éliminatoires et était passé à la vitesse supérieure sitôt la Galactik Football Cup terminée. De toute évidence, Ben avait très envie qu’ils se qualifient pour la prochaine compétition et il semblait penser que quatre ans n’étaient pas de trop pour s’entraîner.

Les joueurs, bien entendu, râlaient de l’intensité des entraînements, mais la victoire des Snow Kids semblaient les avoir atteints dans leur orgueil, tout particulièrement Stevens. Il n’arrivait toujours pas à digérer le fait que des gamins sortis de nulle part deviennent les meilleurs joueurs de la Galaxie en seulement quelques mois alors que lui, s’entrainaient depuis des années sans parvenir à un dixième de leur capacité. Il était vexé et cela se voyait. Il n’avait jamais été si motivé ni n’avait pris son rôle de capitaine autant à cœur. Il étudiait lui-même les vidéos de leurs adversaires, aidait Ben et Kiya à établir les différentes stratégies et restaient des heures à s’entraîner le soir. Et le plus surprenant : il avait cessé de râler après les méthodes sadiques de Ben.

Pour l’équipe et Kiya, ce changement était plus que déroutant. Pour Ben, c’était Noël avant l’heure. Comme il l’avait confié à Kiya, Stevens n’était jamais aussi bon que lorsqu’il était revanchard.

Les mois s’étaient donc écoulés ainsi, dans une routine tranquille. Les entraînements se succédaient les uns à la suite des autres, les analyses vidéos aussi. Shiloë semblait être tombé dans une sorte de morosité. Du moins, c’est ce que Kiya ressentait. Depuis son retour du Génèse Stadium, la jeune fille avait le plus grand mal à rester concentré sur l’entraînement des Pirates. Les Pirates s’en étaient rendu compte mais fidèle à leur principe, ils ne posaient pas de question. Pourtant Kiya, cette fois-ci, aurait aimé que l’on lui pose des questions.

Etre confrontée à Sinedd, même indirectement, l’avait ébranlé bien plus qu’elle ne l’aurait cru. Alors qu’avant, elle refusait de prendre contact avant que lui ne le fasse, aujourd’hui elle envisageait sérieusement d’aller faire un tour sur la planète Shadows pour le voir et qu’enfin ils s’expliquent. Seulement voilà, il y avait toujours ce petit quelque chose qui l’empêchait de prendre les devants. Alors elle restait là immobile, en se demandant si Sinedd allait tenter quelque chose. Car après ce qui s’était passé au Génèse Stadium, lui aussi voudrait sans doute qu’ils mettent les choses au point, non ?

« À quoi tu penses ? »

L’arrivée de Ben fit sursauter Kiya qui en lâcha ses fiches. L’entraîneur des pirates haussa un sourcil de surprise tandis qu’elle les ramassait.

« Je te trouve bien distraites en ce moment, dit-il. Un souci ? »

Kiya ouvrit la bouche comme pour répondre mais la referma aussitôt. Elle soupira et s’assit sur un banc.

« Tu sais, continua Ben, si tu ne veux pas parler de toi, c’est ton droit. Seulement, il faut aussi penser à ceux que tu inquiètes.
- On s’inquiète pour moi ? s’étonna Kiya.
- Tu croyais qu’on n’avait pas remarqué ton changement d’attitude à ton retour ? »

Kiya ne sut que répondre. En fait, elle avait bien remarqué que Sasha, Sue et Mary la regardaient d’un drôle d’air depuis un moment, tout comme elle savait qu’elles parlaient d’elle dès qu’elle avait le dos tourné. Elle ne pouvait pas leur en vouloir. Cela faisait des années qu’elles se connaissaient, c’était normal qu’elles se fassent du souci. Mais cela n’encourageait pas Kiya à leur parler, au contraire. Les filles étaient trop proches d’elle pour qu’elle puisse leur dire ce qu’elle avait sur le cœur.

Ben lui tournait le dos à présent et visionnait les derniers entraînements de l’équipe. Kiya prit alors son courage à deux mains et dit :

« En fait, au Génèse… j’ai retrouvé quelques vieux trucs… »

Ben regardait toujours les vidéos.

« Mais ça ne date pas de la Cup, ça a commencé pendant les éliminatoires… »

Ben n’avait pas bougé, mais il était si immobile que Kiya se demandait s’il ne faisait pas semblant d’être occupé.

« Et ça m’a perturbé… Pendant les éliminatoires, j’ai pu gérer ça parce que y’avait l’équipe mais au Génèse…
- Tu as revu les Shadows ? demanda Ben d’une voix neutre. »

Toujours de dos, Ben mettait à présent un peu d’ordre dans ses dossiers. Kiya secoua la tête.

« Non, pas les Shadows, enfin si mais c’est pas eux le problème. En fait… »

Kiya s’interrompit, la gorge sèche, cherchant ses mots.

« En fait… répéta-t-elle, j’ai revu mon frère… »

Ben, cette fois-ci, cessa toute comédie et se tourna vers la jeune fille, la regardant par-dessus ses lunettes noires.

« Ton frère ? fit-il en prenant un ton dégagé. Tu as un frère, toi ? »

Kiya sourit et hocha la tête.

« J’ai un frère, oui. Tu le connais même. C’est Sinedd. »

Un pli se dessina sur le front de Ben, signe de grande surprise. Il resta muet quelques secondes puis ouvrit la bouche.

« Ah… dit-il. »

Il s’assit à côté d’elle.

« Ces derniers mois ont pas dû être facile à gérer pour toi alors.
- Pendant les éliminatoires encore ça allait. J’arrivais à faire la part des choses. Mais pendant la Cup, avec tout ce qui s’est passé avec Bleylock et le métafluide… et sachant qu’il était impliqué, ça, oui c’était dur.
- Tu n’as pas essayé de lui parler ?
- En fait, il était là le problème. Sinedd et moi, on ne s’est plus revu depuis plus de trois ans. Il ignore que je suis chez les Pirates. Et comme il était impliqué dans le plan de Bleylock, je ne savais pas si je pouvais lui faire confiance. C’est quand j’ai appris pour le dispositif que je me suis décidée à aller le voir. Mais suite à un concours de circonstances je n’ai pas pu…
- Et maintenant ?
- Maintenant, je ne sais pas. C’est pas facile de reprendre contact avec quelqu’un qu’on n’a pas vu depuis trois ans. Surtout si c’est ton frère. Pourtant… il faudra bien que l’on s’explique. Lui aussi doit se poser des questions. »

Ils restèrent un moment silencieux. Kiya remercia mentalement la sollicitude de Ben. Parler l’aidait à y voir plus claire.

« Tu sais, commença Ben, j’avais à peu près ton âge quand je suis arrivée chez les Pirates. J’étais parti de chez mes parents pour jouer au foot et leur offrir une meilleure vie. Mais j’ai mis des années avant de les revoir et de leur dire ce que j’étais devenu. Même si eux aussi n’aimaient pas la Technoïd, c’était difficile de leur dire que j’étais devenu hors-la-loi. »
Il s’arrêta de parler un moment, comme s’il se replongeait dans ses souvenirs.

« Et puis finalement, je leur ai avoué quand j’ai rencontré ma femme. Ils m’ont d’abord traité de tous les noms, puis m’ont félicité et sont venus vivre ici à Shiloë. »

Kiya regarda Ben bouche bée. Elle ignorait tout ce qu’il venait de lui dire, qu’il était arrivé très jeune à Shiloë, que ses parents vivaient ici et même qu’il était marié. C’est d’ailleurs cette information qu’elle retint en premier.

« T’es marié ? s’exclama-t-elle.
- Ouais, j’ai même deux enfants si tu veux tout savoir. Tu as dû les voir d’ailleurs, ce sont les deux garçons qui nous attendent à la fin de l’entraînement.
- Ah eux ! Bon sang, ils te ressemblent pas du tout !
- On me le dit souvent. Bref, tout ça pour dire que ne te met pas une pression folle avec ton frère. Vous finirez par vous retrouver tôt ou tard et quand vous vous sentirez prêt, vous vous parlerez. Il faut juste laisser faire le temps. »

Cela rassura un peu Kiya.

_______________________


Peut-être était-ce dû à sa discussion avec Ben, mais Kiya avait retrouvé son dynamisme habituel pour le plus grand bonheur des joueurs. A tel point que Ben avait décidé de l’inclure dans les simulations de matchs. Au début, cela avait surpris Kiya qui n’avait pas vraiment envie de rejouer mais au fil des jours, elle y avait repris goût. L’excitation de courir après le ballon, de surpasser son adversaire, la rage de rater un but, la satisfaction de sentir la fatigue dans ses muscles… mais très vite, elle se posa une question : pourquoi Ben l’intégrait aux entraînements ?

Elle connaissait trop bien l’entraîneur des Pirates pour imaginer qu’il agissait ainsi sans but précis, et surtout elle n’oubliait qu’il avait carrément souhaité qu’elle rejoigne l’équipe. Non, il avait forcément une arrière-pensée, un but précis. Et cela effrayait un peu Kiya…

Mais pour le moment, elle n’avait pas à y penser. Maintenant que suffisamment de temps s’était écoulé depuis la finale de la Galactik Football Cup, les matchs amicaux pouvaient reprendre. Ben souhaitait en organiser un tous les mois. Oh bien sûr, la Ligue lui avait déjà refusé ce calendrier infernal mais Ben était quelqu’un de très entêté. Il n’avait pas hésité à aller voir la présidente de la Ligue en personne pour le lui demander.

« Elle refuse, elle dit que c’est de la folie et que ça épuiserait les joueurs, soupira-t-il après être retourné la voir une énième fois.
- Elle a pas tout à fait tort, grommela Mike en se massant les poignets.
- Qu’importe, il y a toujours les simulations. Et puis n’oubliez pas que dans deux mois, nous affrontons les Wambas. Et inutile de vous dire que je veux la victoire et rien d’autre !
- Aucun souci, Ben, fit Stevens en posant brutalement son verre. Tu l’auras. »

Etrangement, Ben n’utilisa pas Kiya durant les deux mois qui suivirent. Le rôle de la jeune fille redevint ce qu’il avait toujours été : assistante technique. Elle devait analyser les matchs des Wambas, leur geste, leur mouvement et les comparer à ceux des Pirates. Même si retrouver son poste habituel lui avait fait plaisir, elle avait repris goût au terrain. Et surtout, elle comprenait de moins en moins ce que Ben avait en tête…


_________________________

« Allez, à ton tour Sue ! »

Fidèles à leur promesse, Sasha, Sue, Mary et Kiya s’étaient organisées une soirée fille, avec pour seule loisir les derniers potins de la Galaxie, les garçons, la mode, encore les garçons et le football (tout de même). Kiya avait confié Climbo aux garçons (en leur signalant bien que s’il se plaignait de quoi que ce soit sur le lendemain, elle leur ferait payer le lendemain), Sasha et Mary avaient fait les courses et Sue, très maniaque, s’était occupée de nettoyer l’appartement.

À minuit passé et après s’être régalé de gâteaux et devant des films à l’eau-de-rose (qui avaient conforté Sue et Mary dans leur idée que Kiya n’avait aucun cœur), était arrivé l’heure de l’inévitable jeu de la vérité, ce jeu intergalactique où vous vous devez la vérité, rien que la vérité, uniquement la vérité.

« Je déteste ce jeu, grommela la défenseuse.
- Mais non, mais non ! fit Sasha. C’est juste que tu n’aimes quand ça tombe sur toi.
- Tout à fait ! »

Elles éclatèrent de rire. Sue soupira mais se plia (de mauvaise grâce cependant) à la règle du si cruel jeu de la vérité.

« Alors… fit Mary, le regard malicieux. Voici la question : quand est-ce que tu demanderas à Stevens de sortir avec toi ? »

Sue, qui venait de boire une gorgée de thé, faillit s’étrangler en l’avalant de travers. Sasha éclata de rire et applaudit.

« Super ! s’exclama-t-elle. C’est celle que je voulais lui poser !
- Hein ? s’écria Kiya en tapotant dans le dos de la pauvre Sue qui toussait toujours. Qu’est-ce qui se passe entre Stevens et Sue ? Pourquoi je suis jamais au courant de ces trucs-là ?
- Rien du tout ! tenta de répliquer Sue.
- Ah la la, c’est vrai Kiya, tu n’étais pas là, dit Mary. En fait, on sait pas encore très bien, étant donné que les principaux concernés ne parlent pas, mais on pense –enfin, on sait- que Stevens a invité Sue, un soir, à sortir avec lui, non pas à Shiloë, mais carrément sur une autre planète ! »

Kiya ouvrit de grands yeux. Oh, bien sûr, elle s’était toujours plus ou moins douté que Stevens en pinçait un peu pour la jolie défenseuse mais pas au point de l’inviter à sortir en dehors de Shiloë.

« Sérieux ? fit-elle à l’adresse de Sue qui fusillait Mary du regard.
- Je peux savoir d’où tu sais ça ? questionna-t-elle d’un ton furieux.
- Hum… Eh bien, en fait je crois que c’est le gars qui vérifie les entrées et sorties des vaisseaux –Jamy, c’est ça- qui est plutôt pote avec le cousin de Mike, qui vous a vu, qui l’a ensuite répété au cousin de Mike, qui nous l’a ensuite répété, dit Sasha
- Je vais tuer et Mike et son cousin et Jamy, maugréa Sue.
- Ensuite, poursuivit la jeune fille, Jecht, Mike, Dan et Kare ont un peu harcelé Stevens pour avoir le fin mot de l’histoire. Stevens a rien dit au début mais je crois qu’au bout d’un moment, il a fini par avouer qu’il avait suffisamment économiser pour pouvoir t’inviter à sortir.
- Je vais aussi tuer Stevens, railla Sue, à présent rouge comme une tomate.
- Alors ? Alors ? Alors ? C’est quand ? C’est quand ? répéta Mary. »

Sue lui tourna ostensiblement le dos et fit mine de s’intéresser aux magazines sportifs qui trainaient par terre. Seulement, c’était sans compter les filles qui tenaient absolument à avoir une réponse concrète.

« Pas avant longtemps ! finit par céder Sue, exaspérée. »

Rien que pour voir la mine déconfite de Mary, Kiya et Sasha, cela valait le coup de leur répondre.

« Pourquoi ? demanda Sasha.
- Parce que Stevens n’est pas encore assez mûr pour s’engager dans une relation, répondit sèchement la jeune femme.
- Il a quand même changé dernièrement, dit Mary.
- Certes, il a beaucoup changé en tant que joueur et capitaine. Mais je n’ai aucune envie d’être avec un homme qui pense plus à son métier qu’à sa copine.
- Vous faites le même métier !
- Justement ! Ça serait trop facile que de ne parler que de football.
- T’es dure, là, soupira Kiya.
- Aucune importance ! S’il veut qu’on sorte ensemble, il doit encore mûrir. »

Sue s’arrêta subitement et écarquilla les yeux, effarée et rougit. Mais quelle idiote ! Quelle idiote ! Elle s’était faite piégé comme une débutante. Mary, Kiya et Sasha, elles, étaient aux anges.

« Ah la la ! Ma Sue, fit Mary en l’enlaçant. Ne t’inquiète pas, un jour Stevens deviendra l’homme de tes rêves.
- Oui, il commence déjà à se montrer plus entreprenant, fit Sasha. T’as juste à te laisser faire.
- Et à ne pas être difficile, ajouta Kiya. »

Sue leur tira la langue et les quatre filles partirent d’un grand fou rire.

La nuit passa bien trop vite. Les filles vécurent la journée du lendemain dans un voile brumeux. Heureusement, Ben leur avait généreusement accordé une demi-journée de repos. Il y avait juste un débriefing. Ce qui n’empêcha l’entraîneur de sermonner ses joueuses et son assistante pour leur manque de rigueur.

Et les garçons avaient parfaitement bien traité Climbo. Au contraire, c’était plutôt lui qui les avait maltraités. En fait, ce jour-là, toute l’équipe fut soulagée qu’il n’y ait qu’un débriefing.


___________________

Chapitre 16, première partie, fin.

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Dim 1 Avr - 13:00

Chapitre 16, deuxième partie.

__________________


~~oOo~~

« Allez, allez ! s’écria Ben. Vous pouvez le faire. »

Kiya regarda nerveusement l’horloge. Il restait moins d’une minute pour marquer ce but et la défense des Chiimu tenait toujours bon.

C’était le dernier match de qualification pour la Galactik Football Cup, quatre ans après celle remportée par les Snow Kids. Les Pirates s’étaient retrouvés dans le groupe C avec les Lightnings, les Elektras, et les Chiimu, cette équipe qui avait longtemps côtoyé le haut du tableau avant de tomber dans l’oubli après la Guerre des Fluides. Et pour la première fois, les Pirates avaient eu le sentiment de pouvoir se qualifier.

Certes leur parcours avait été plutôt chaotique. Ils avaient commencé par les Lightnings qui leur avaient infligé deux belles corrections pour commencer. Cela avait sérieusement entamé le capitale confiance des Pirates qui avaient passé les quatre dernières années à s’entraîner d’arrache-pied en vue de la compétition. Mais comme l’avait si bien dit Ben, il valait mieux se prendre une raclée dès le début, quand on n’avait aucune certitude, qu’à la fin en ayant des certitudes. Ils avaient préparés le prochain match contre les Elektras en corrigeant leurs faiblesses qui s’étaient révélés criantes contre les Lightnings et en étudiant minutieusement le jeu de l’équipe aquatique.

Les Elektras étaient une équipe qui vivaient à l’autre bout de la Galaxie et qui s’efforçaient depuis une vingtaine d’année de se qualifier pour la Galactik Football Cup. Elle n’y était parvu qu’une seule fois, lorsqu’Akillian avait dû renoncer suite à la Grande Glaciation. Leur fluide était une immense vague d’une puissance impressionnante sur laquelle les joueuses surfaient et qui emportait tout sur son passage. Les Pirates s’étaient principalement concentrés sur la manière de contrer le fluide, qui était le seul vrai point fort des Elektras. Pour le jeu, Ben avait remarqué son équipe les surpassait amplement. Néanmoins, les deux matchs ne furent pas une mince affaire. Comme ils l’avaient prévu, le fluide des Elektras était un gros problème. Il annihilait littéralement leur défense et surprenait Mike. Les Pirates perdirent le match 2 à 0.

Toutefois, tout ne fut pas à jeter dans cette défaite. Sitôt arrivé sur Shiloë, Ben les refit travailler d’arrache-pied sur les différentes combinaisons et les joueurs y mirent encore plus d’ardeur. De plus, la chance se mit de leur côté car Ziria, la joueuse phare des Elektras s’était blessé et était indisponible pour le reste de la compétition. Dans le même temps, les Lightnings écrasaient les Chiimu avec une telle différence de but que l’équipe féminine ne pouvait plus compter sur son match nul et sa petite victoire contre les Elektras. D’autant plus, que les Pirates prirent leur revanche et battirent les Elektras 1 à 0.

Avant le match Pirates-Chiimu, la situation était celle-ci : les Lighnings avec leur quatre victoires et leur douze points étaient d’ores et déjà qualifié, suivait ensuite les Chiimu et les Elektras avec quatre points et les Pirates avec trois points. Pour qu’ils puissent se qualifier, il fallait espérer une lourde défaite des Elektras contre les Lightnings (pour cela, ils étaient plus qu’optimiste), et gagner leurs deux matchs contre les Chiimu. Cette partie-là était nettement plus compliquée, car comme ils avaient pu le constater, les Chiimu revenaient en très grande forme et leur fluide véritable « élastique » était aussi contraignant que celui des Eletras. Les Pirates n’avaient jamais autant maudit les fluides qu’à ce moment-là.

Le match aller se déroula sous très haute-tension. La veille, les Elektras s’étaient inclinées 5 à 0 contre les Lightnings, ce qui laissait le champ libre aux Pirates et aux Chiimu. La partie fut très serrée, les deux équipes restant retranché en défense. C’était à qui aurait les nerfs les plus solides. A ce petit jeu-là, les Chiimu se montrèrent très forte, réussissant à ouvrir le score sur l’une de leurs rares incursions dans le camp pirate. Le pauvre Mike fut complètement pris au dépourvu. Fort heureusement pour l’équipe, Stevens (qui n’avait jamais été aussi brillant que durant cette campagne de qualification) remit toute l’équipe debout en marquant sur un exploit personnel et en ramenant les équipes dos à dos. Le match se termina sur un match nul, laissant les Chiimu passer devant les Pirates dans la course à la qualification. Il leur fallait impérativement gagner s’ils voulaient passer.

De mémoire d’homme, jamais une place pour les phases finales n’avait été aussi disputée que celle du groupe C. Durant les deux mois qui séparaient le match allé du match, on ne parla plus que de ce duel, les autres matchs étant passé au second plan. De toute façon, il n’aurait que très peu de surprise. Les Snow Kids et les Shadows s’étaient qualifié tout comme les Rykers, les Wambas et les Technodroïd. Seul le dernier match de qualification du groupe C pouvait apporter du piment dans ces éliminatoires.

Comme au match aller, les deux équipes s’étaient mutuellement neutralisées. Mais l’on sentait que les organismes commençaient à fatiguer. Les Chiimu n’étaient plus aussi vives et agiles qu’au début du match et utilisaient plus souvent leur fluide. Or, les Pirates qui étaient habitués à jouer sans fluide et qui, grâce aux entraînements infernaux de Ben, avaient une endurance à toute épreuve, prirent progressivement le dessus.

Quarante secondes.

Sasha joignit les mains et ferma les yeux. Sue tacla une défenseuse Chiimu, récuppéra la balle et la passa à Jecht. Jecht se retrouva immédiatement encerclé par les Chiimu. Il jongla un moment avec la balle puis la renvoya vers le haut. Stevens la récupéra et fonça vers le but.

Trente secondes.

« Allez, allez… répétait Ben, les dents serrées. »

Stevens passa une à une les joueuses. Elles ne purent rien contre lui.

« Stevens, ne sois pas trop gourmand… dit Ben. »

Il restait une vingtaine de secondes et Stevens se retrouva encerclé par les Chiimu. Ben jura. Kiya plaqua ses mains contre son visage.

« Tout ira bien, Ben ! lança Stevens dans son micro. »

Stevens fit discrètement rouler le ballon sur le côté. Les Chiimu ne virent pas Kare qui fonçait comme un dément. Il récupéra la balle et se dirigea droit sur les buts. Les défenseuse Chiimu le prirent aussitôt d’assaut mais au dernier, il fit une passe en direction de Jecht qui tira... et marqua.

Le cri de joie des Pirates furent couvert par la sirène qui annonçait la fin du match. Tous se jetèrent sur Jecht qui tomba à la renverse. Dans les vestiaires, l’angoisse qui était présente durant tout le match avait laissé place à un grand soulagement et à une joie immense.

« On est qualifié ! On est qualifié ! OUAIIIIIIS ! »

Sasha et Kiya, pâles et tremblantes et les ongles complètement rongés, se jetèrent dans les bras de Ben.

« Tu as réussi Ben ! s’écria Kiya. Tu as réussi !
- Merci ! renchérit Sasha.
- Réussi quoi ? lâcha Ben. J’ai rien fait, c’est vous qui avait tout fait.
- Mais c’est grâce à toi qu’on a pu progresser autant, répondit Kiya.
- C’est ça, oui ! C’est surtout moi qui vous ai collé de beau coup de pied au derrière. »

À côté, Artie, Benett et Climbo étaient partis dans une danse de la joie effrénée. Tout le stade de Shiloë sautait sur place, fou de joie de voir leur équipe qualifiée. Et rien n’aurait pu entamer leur joie. Pas même la Technoïd.


_____________________


« À la une, à la deux, à la trois ! »

Au signal d’Artie, toutes les bouteilles de champagnes furent ouvertes et se vidèrent sur Stevens qui tenta de se dégager, en vain.

« Oh allez ! fit Dan, une fois sa bouteille vide. On est qualifié ! Tu peux te lâcher un peu, capitaine !
- Profites-en, ça sera peut-être la seule fois qu’on t’appellera capitaine, poursuivit Kare.
- Hahaha ! Très drôle, railla Stevens. J’ai plutôt l’impression que vous voulez ma peau.
- Mais non, Stevens, intervint Sue avec un sourire charmeur. On veut juste te féliciter comme il se doit.
- Ah ouais ? dit Stevens en se tournant brusquement vers elle. »

Le sourire de Sue s’élargit et Stevens réduisit la distance entre leurs deux visages, comme pour l’embrasser… avant qu’elle ne lui vide un seau d’eau sur la tête.

« Pas de chance, Stevens ! s’exclama Benett tandis qu’un immense fou rire avait éclaté dans la salle. C’est pas ce soir que tu pourras l’emmener chez toi !
- J’y arriverai un jour, répondit le capitaine des Pirates. Je suis sûr que j’y arriverai !
- Compte là-dessus ! rétorqua Sue. »

Assise sur une table, Kiya, Mary et Sasha essayaient tant bien que mal de résister à la tentation d’arroser elles aussi Stevens. Mais elles savaient que si elles commençaient, cela allait se transformer en véritable bataille de champagne. Alors, à la place, Kiya se leva et cria haut et fort :

« Que tout le monde lève son verre en l’honneur de Ben ! Le meilleur des entraîneurs !
- OUAIS ! hurla Mike. Que tout le monde arrose Ben !
- Faites ça et vous vous taperez vingt fois le tour de Shiloë ! répliqua Ben en tentant de se donner un air un tant soit peu menaçant.
- On s’en fiche ! s’écria Mary en montant à son tour sur la table. C’est grâce à tes méthodes de sadique qu’on s’est qualifié alors… »

Elle avait à peine fini sa phrase que des jets d’eau, de champagne, de soda et de jus de fruit surgirent d’un peu partout. Ben n’avait pas réussi à se cacher à temps et se retrouver arroser de la tête au pied (ainsi que les quelques personnes près de lui.)

« Mais qu’est-ce qui se passe ici ? dit une voix sévère. »

Dans l’encadrement de la porte de la taverne, Corsos et Sony regardaient la scène, un peu perplexe. Corsos fronçait les sourcils et Sony tentait de dissimuler un sourire.

« Oh ce n’est rien, répondit tranquillement Ben. Je disais juste aux gars qu’ils allaient faire quarante fois le tour de l’archipel.
- Quarante ? s’exclama Kare. T’avais dit vingt !
- J’ai changé d’avis. »

Sony et Corsos éclatèrent de rire.

« Félicitation pour votre qualification, dit Sony en s’avançant vers le centre de la pièce. Je suis fier de vous. Vous le méritez vraiment après tous les efforts que vous avez fait.
- Ouais, c’est bien, renchérit Corsos. On a suivi le match depuis le vaisseau. On avait du mal à rester concentré sur le pilotage à la fin. »

Des moqueries sortirent d’un peu partout tant il paraissait difficile de voir Sony et surtout Corsos ne pas rester concentré.

« Bravo en tout cas ! conclut le chef des pirates en prenant un verre de champagne. Je lève mon verre à votre honneur ! AUX PIRATES !
- AUX PIRATES ! reprit toute la taverne.
- Vous savez contre qui vous allez jouer ? demanda Corsos, une fois sa coupe finie.
- Heu… non pas encore, répondit Sasha. Ça devrait être dit dans… »

Elle jeta un œil sur l’horloge et se précipita sur la télécommande posé sur le plan de travail de Cuistot (qui était le seul à ne pas partager l’euphorie générale en raison d’un trop gros tas de vaisselle) et alluma le grand écran.

« …véritable surprise ! disait Nork, le présentateur. Les Pirates sont qualifiés pour les phases finales au Génèse Stadium ! Ils ont battu 1 à 0 la redoutable équipe des Chiimu qui les avaient battus au match allé.
- C’est effectivement une surprise surtout quand on sait que les Pirates n’ont pas de fluides !
renchérit Callie Mystie. Auront-ils le niveau pour se hisser jusqu’aux plus hautes marches de la compétition ? Rien n’est moins sûr malheureusement. »

« C’est fou comme elle est encourageante, persiffla Sue entre ses dents. »

«[i ]Il y a également une autre équipe revenante, celle des Xénons ![/i] poursuivit Nork. Quinze ans après la terrible tragédie sur leur planète, ils sont de retour encore plus impressionnant qu’auparavant !
- C’est exact Nork, et à en juger par les matchs de poules, ils sont très grande forme. Je n’aimerai pas être à la place des équipes qui les affronteront.
»

Sur l’écran, des extraits des matchs des Xénons passaient. Puissants, rudes, techniques, les Xénons, ces espèces de lézards verts, impressionnaient. Leur fluide, la Fournaise, était quant à lui l’une des forces les plus puissantes de la Galaxie.

« Précisons que Luur, le capitaine et joueur phare des Xénons, a été sélectionné par la Ligue pour participer au match All-Star, dont la composition vous sera donné tout de suite après un message de notre sponsor. »

« Le match All-Star… fit Kare. Il me semble que tu as été sélectionné pour y participer, Kiya?
- Oui, répondit la jeune fille. Mais j’ai été virée avant d’avoir pu y participer donc bon…
- Ça doit être rageant, ça, non ? demanda Stevens.
- Honnêtement, j’ai été plus secouée par mon renvoi que par ma non-participation au match. Mais avec le recul, je me dis que ça aurait été chouette de jouer au moins une fois aux côtés des meilleurs. »

Un grand cri les fit alors tous sursauter. Sue pointait la télé, la bouche grande ouverte et donnait l’impression d’avoir reçu le choc de sa vie.

« Qu’est-ce qui se passe ? demanda Jecht. T’as vu un fantôme ?
- À la télé… murmura la jeune femme.
- Oui ?
- Ils… Le match All-Star… »

Puis sans dire un mot de plus, elle se précipita sur Stevens et se jeta dans ses bras. Un silence abasourdi s’abattit dans la taverne. Même Stevens n’en revenait pas !

« Heu… Sue ? risqua-t-il en ne sachant pas trop bien ce qu’il devait faire. Est-ce que tout va bien ?
- Tu es pris… murmura-t-elle en le serrant plus fort. Ils t’ont choisi…
- Choisi ? Pris ? Ils ? De quoi tu parles enfin ?
- Du match All-Star, espèce d’abruti ! Tu as été sélectionné pour participer au match All-Star !
- Quoi ? s’exclama Stevens en l’écartant. »

Il la regarda comme si c’était la première fois qu’il la voyait. Autour d’eux, les murmures d’étonnements se firent plus pressants.

« Stevens avec les All-Stars ? s’exclama Artie. C’est pas une blague ?
- J’y crois pas… il doit y avoir un complot, un truc comme ça ! poursuivit Jecht.
- Aucune personne saine d’esprit n’aurait l’idée de sélectionner un pirate dans le match All-Stars ! renchérit Dan.
- Eh bien… il faut croire que la roue tourne, dit alors Sony. Félicitation Stevens ! »

Le chef des Pirates l’applaudit bientôt imiter par toute la taverne. Stevens avait l’air d’avoir reçu un coup de poing en pleine figure. Il n’osait pas croire ce qu’il lui arrivait. Lui, avec les All-Stars ? Dans la même équipe ? À participer à l’un des plus grands événements de la Galaxie ? C’était impensable !

Et pourtant c’était bien lui qu’il voyait sur l’écran alors que passait le spot pour le match.

« Le match All-Star au Génèse Stadium ! Les meilleurs joueurs de la Galaxie vont s’affronter devant vous ! Warren ! Kernor ! Luur ! Lun-Zera ! Sinedd ! Rocket ! Et Stevens ! Contre les Technodroïd B3, l’équipe la plus performante jamais construite par la Technoïd. Le match All-Stars, à ne rater sous aucun prétexte ! »

« Pincez-moi, je rêve… souffla Stevens qui semblait toujours ne pas réaliser ce qui lui arrivait.
- Oh nous, on veut bien, répondit Mary.
- On peut même te faire tout ce que tu veux si tu veux qu’on t’aide à réaliser, capitaine, poursuivit Sasha le regard malicieux.
- Heu… finalement non, répliqua Stevens en secouant la tête. Je vais prendre mon temps. »

Il se tourna alors vers Ben, le seul qui n’avait pas réagi à l’annonce de la sélection de Stevens. Cependant, il arborait un sourire très satisfait.

« Je ne te ferais pas de cadeau, dit-il.
- T’en as jamais fait de toute façon, répondit Stevens. »

Le reste de la soirée se passa dans la joie la plus totale. La qualification plus la sélection de Stevens, ils n’auraient pas pu rêver mieux. Et même l’annonce de leur premier adversaire n’entama pas leur enthousiasme. Quand bien même il s’agissait des Shadows.

Sauf pour une personne…

La roue tourne, Kiya.

________________________

Chapitre 16, deuxième partie.fin



_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Dim 1 Avr - 13:13

Chapitre 16, troisième partie

___________________


« Les Shadows seront revanchards. Même si de l’eau ont coulé sous les ponts, ils auront encore en travers de la gorge leur défaite contre les Snow Kids. Ça a été l’une de leur force mais aussi l’une de leur faiblesse. »

À peine le temps de se remettre de la soirée mouvementée qui avait suivi la qualification et la sélection de Stevens dans les All-Stars, que Ben et Kiya avaient déjà commencé préparé le match contre les Shadows. Ils avaient donné quelques jours de repos aux joueurs et s’étaient enfermés dans la salle d’entraînement où ils décortiquaient minutieusement le jeu des Shadows et plus. Maintenant que Ben savait tout sur son passé avec les Shadows, c’était plus facile pour elle de dire ce qu’elle savait.

« Quel rôle Sinedd aura-t-il à ton avis ? demanda l’entraîneur.
- C’est un attaquant, un buteur essentiellement, répondit Kiya. Donc il devra comme rôle de marquer des buts. Je vois mal Arthegor lui donner un autre rôle.
- Et sur le jeu des Shadows ?
- Il sera plutôt à la finition. Mais tu sais, Sinedd est du genre impulsif. Il ne suivra pas à la lettre les ordres d’Arthegor. S’il pense que son idée est meilleur il la suivra. Il joue perso, quoi !
- D’accord… Donc ça peut être bon pour nous.
- Pas forcément, parce qu’il s’entend bien avec les autres. Ils savent que Sinedd est un électron libre alors ils s’adaptent. Il n’en a l’air mais Griffins est très doué pour s’adapter à toute la situation. C’est pour ça qu’il est capitaine d’ailleurs.
- D’accord et Nillis ?
- Il est moins impulsif que Sinedd. En fait, Nillis a toujours été plus discret. Quand j’étais joueuse, on se focalisait sur moi et du coup Nillis pouvait passer en toute discrétion. Ça a l’air d’être la même chose aujourd’hui surtout que Sinedd ne passe pas inaperçu.
- Par contre, les points faibles de Nillis ce sont ses passes peu précises, c’est ça ?
- Ouais. Quoique, il s’est beaucoup amélioré de ce côté-là. »

La séance continua pendant encore deux bonnes heures. Kiya se força à se rappeler le moindre petit détail sur son ancienne équipe. Bien sûr, elle était consciente que cela datait d’il y a plus de sept ans et que beaucoup de choses avaient évolué depuis. Arthegor avait notamment lancé deux nouveaux qui ne manquaient pas de culot et de talent et qui n’avaient pas leur pareil pour déstabiliser le jeu adverse. Toutefois, ces séances de décryptage constituaient toujours une base pour travailler.

En début de soirée, les joueurs arrivèrent pour un débriefing. Ben voulait leur exposer leur stratégie pour le match contre les Shadows et annoncer la liste des joueurs qu’il avait retenus.

« Le but, disait-il en indiquant des points sur un schéma, sera de garder la balle un maximum et de surtout, surtout, ne pas les laisser mettre en place leur jeu ! S’ils nous dominent ne serait-ce que pour une minute, on est foutu.
- Oui ! répondirent les Pirates.
- Bien, maintenant à la liste. »

L’effectif des Pirates s’étaient un peu élargi durant les quatre dernières années. Ils avaient accueilli deux autres joueurs, des défenseurs. Jefferson, un jeune garçon d’à peine dix-sept ans mais qui possédait toute la hargne d’un défenseur et Lucio, qui avait brillamment remplacé Sue, un jour où elle était blessée. Il avait également fait appel à d’autres joueurs comme Sonata, Beth ou Sylo, respectivement attaquants et milieux de terrain bourrés de talent bien qu’inexpérimentés, afin de laisser souffler son équipe titulaire.

« Le gardien sera Mike, commença-t-il. Les défenseurs seront Sue, Dan, Lucio et Jefferson. Le milieu de terrain sera composé de Sasha, Kare et Mary. Enfin, les attaquants seront Stevens, Jecht et Kiya. »

Un grand silence s’abattit. Tous les regards allaient de Kiya, livide, à Ben qui rangeait tranquillement ses papiers.

« L’entraînement reprendra demain, finit-il par dire. Je vous veux tous à sept heures tapante devant le lac. Je ne tolérerais aucun retard, est-ce que c’est compris ? »

Personne ne lui répondit. Tous étaient encore sous le choc de la sélection de Kiya.

« Est-ce que c’est compris ? répéta-t-il d’une voix forte.
- Ben ! s’exclama alors Kiya en s’avançant. Pourquoi…
- Bien, vous pouvez partir, l’interrompit l’entraîneur. »

Les Pirates s’exécutèrent lentement. Sasha jeta un regard inquiet à Kiya, toujours plantée face à Ben, mais Mary la prit par les épaules et l’obligea à avancer. Une fois dehors, elle explosa :

« Est-ce que quelqu’un était au courant de ça?
- Que Ben allait intégrer Kiya ? fit Stevens. Non, pas du tout mais c’était à prévoir. Ça fait des années qu’il la veut dans l’équipe.
- Je croyais que Kiya avait arrêté le foot, dit Lucio.
- Normalement, oui, répondit Mary. Mais vous avez vu sa réaction ? Elle avait l’air aussi surprise que nous. À mon avis, Ben l’a inscrite sans lui en parler.
- Ben aurait fait ça ? s’exclama Dan. Il recule vraiment devant rien ! »

Ils hochèrent la tête. Ben avait intégré d’office Kiya dans l’équipe. Et il était pourtant bien placé pour savoir que Kiya ne voulait plus remonter sur un terrain. Les jours qui allaient suivre n’allaient pas être triste.

_______________________


« Pourquoi t’as fait ça ? cria Kiya.
- Parce que tu n’aurais jamais accepté si je t’avais demandé !
- Bien sûr que j’aurai refusé ! J’ai arrêté le foot, tu t’en rappelles ?
- Les retours, c’est possible. »

Kiya regardait Ben, véritablement furieuse. Elle n’arrivait pas à croire qu’il l’avait inscrite sur la liste des joueurs sans même lui en parler. Elle n’aurait jamais cru ça possible…

« Pourquoi tu crois que je t’ai demandé de participer aux matchs d’entraînement ? reprit-il d’une voix forte. Pour vérifier ton niveau ! T’as beau être en manque de compétition, d’entraînement, d’endurance, de tout ce que tu veux, t’as toujours le même niveau que lorsque tu as arrêté ! C’est juste de la folie de se priver d’une joueuse comme toi !
- Oh la barbe avec ça ! railla la jeune fille. Change de disque, j’ai déjà entendu ça des milliers de fois !
- Tu veux d’autres arguments ? Très bien ! T’es la seule à avoir eu l’expérience d’un match au Génèse Stadium. Tu es la seule à connaître la pression qui nous tombe dessus avant un match ! Les gars ont besoin que quelqu’un les guide au moment de fouler la pelouse – de quelqu’un sur le terrain, ajouta-t-il en voyant Kiya ouvrir la bouche pour répliquer. Notre premier match est contre les Shadows, tu les connais mieux que personne, et ça sera notre seul avantage contre eux. Tu sais aussi bien que moi que nous n’avons pas la moindre chance de rivaliser avec eux sur la plupart des secteurs de jeu, donc nous avons au moins de ça. Et de l’effet de surprise, car je doute fort qu’ils ne reconnaissent pas le style de jeu de leur ancienne coéquipière. »

Kiya resta estomaquée, incapable de prononcer le moindre. C’était comme si on lui avait donné un coup en plein ventre.

« J’ajouterais que j’ai déjà envoyé à la liste à la Ligue, continua Ben en rangeant ses dossiers. Donc à moins que tu ne te blesses –chose que je ferais tout pour éviter- tu devras participer à la Cup. Tu es une joueuse à présent.
- J’ai l’impression d’être un objet… murmura Kiya, la voix tremblante.
- Désolé de te donner cette impression mais il fallait bien te bouger. T’es plus une gamine, t’as dix-neuf ans et ça va faire près de sept ans que tu es avec nous. C’est pas parce que tu as été renvoyé une fois d’une équipe que tu dois arrêter définitivement de jouer. Est-ce que tu imagines le nombre de joueur qui rêverait d’avoir le dixième de ton talent ? Et toi, tu le gâches en restant en tribune ! Va de l’avant, bon sang ! Redeviens la meilleure joueuse de la Galaxie ! »

Kiya avait la tête qui bourdonnait. La scène avait l’air irréel. Ce que Ben disait… elle le comprenait mais à la fois, le sens lui échappait complètement. Redevenir la meilleure joueuse de la Galaxie… qu’est-ce que cela voulait dire ?

« Je peux pas… murmura-t-elle.
- Mais si tu peux, répondit Ben. Il suffira de reprendre l’entraînement. Bon, c’est sûr au début t’auras du mal à reprendre le rythme mais…
- Non, Ben ! Je peux pas ! Le match contre les Shadows ! Comment je suis censée réagir avec eux ? Et mon frère, mon grand-père ? Et même, tout le reste… Les médias, les autres joueurs, tout ça ! Est-ce que tu te rends compte de ce que ça provoquer si je reviens ?
- Une vague d’étonnement, répondit calmement Ben. Et après ? Ça te fait peur ? »

Kiya ne répondit pas.

« Forcément que tout le monde sera surpris, continua l’entraîneur. C’est normal ! Un prodige qui revient après presque dix ans d’absence, n’importe qui serait sous le choc ! Mais c’est pas une raison pour te défiler. Tu n’es pas toute seule. Je vais pas te lâcher sur le terrain en te disant juste de marquer des buts. Je t’aiderai. Seulement, il va falloir te faire à l’idée que tu rejoueras au foot. »

Kiya secoua la tête comme pour chasse cette idée. Et pourtant, elle était piégée. Elle devait aller Génèse Stadium avec les autres, elle était officiellement devenue une joueuse des Pirates. Sans même qu’elle ait eu son mot à dire…

« J’arrive pas à croire que tu m’ai fait ça… lâcha-t-elle avant de quitter la salle d’entraînement. »

Ben la regarda partir en soupirant. À l’extérieur, Sasha, Mary, Sue, Stevens, Dan, Kare, Jecht, Mike, Lucio et Jefferson attendaient patiemment. Ils virent Kiya sortir en trombe de la salle et rentrer chez elle à grand pas furieux.

« Est-ce que tout va bien ? demanda Stevens à Ben qui sortait.
- Ça ira, répondit-il. Elle s’y habituera. »

__________________

Yiuhou! Ca bouge, ça bouge. Eh oui Kiya, la roue tourne. Comme vous le voyiez, notre héroïne a été un peu secouée. Mais bon, depuis le temps qu'on me dit qu'il faudrait qu'elle se bouge, vous allez pas vous plaindre, non ? XD. Donc qu'est-ce que ça donnera ? Des trucs haut et en couleurs.

Sinon pour ceux qui se posent la question, les Chiimu sont une équipe que D'Jok et moi avons inventé pour notre fic. Je l'ai utilisé là parce qu'ils me fallait bien une équipe contre les pirates.

Bonne lecture ^^.


_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
D'jok
Admin
avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 22
Localisation : Derrière une toile

MessageSujet: Re: Kiya   Dim 1 Avr - 16:40

MOUHAHAHAHA ! *entre dans un mouvement de magicien qui rabat sa cape* (bah quoi, ça fait longtemps, donc il me fallait bien une entrée un peu spectaculaire, non ? /SBAF/ )

Trop cool, ta fin de chapitre m'a toute excitée là ! Ca pour l'avoir secouée... Ben l'a carrément retournée dans tous les sens, ouais ! Ca va être joyeux 8D

Pas assommant du tout, superbe chapitre, même, et j'ai l'impression que ton style s'améliore. Ca fait moins "simplet" qu'avant, je dirais ^^ J'aime beaucoup les changements que tu vis en ce moment, je crois xD

D'ailleurs... Qu'ils sont choubidoubilouninounettes, Stevens et Sue *_* Mais mon âme de romantique n'en a pas eu assez, je crois.... *a bien envie de pousser Sue dans les bras de Stevens en lui faisant un croche-patte tellement expert, qu'ils tomberont comme par hasard les lèvres les unes contre les autres * Non je plaisante, laissons-leur le temps à ces deux-là. C'est bien, Sue, c'est une rationnelle, elle ne se laissera pas avoir facilement è.é

Bref, je suis ultra-pressée de lire le match contre les Shadows, avec tout ce qui va avec d'émotions familiales, hu hu hu... A propos des matchs : tu t'en es génialement sortie pour la partie explications des aventures pirates durant la phase de qualification, ça aurait pu facilement devenir barbant, mais en fait pas du tout. C'était super fluide (sans mauvais jeu de mots). Et j'ai toujours ce pincement au coeur pour eux, d'ailleurs, tu décris bien leur impuissance face à ces joueurs dopés de pouvoirs magiques, et eux si ordinaires, mais qui ont la rage au ventre... Ce sont de vrais héros ! S\'il te plaiiiit

Bref, à la prochaine et bon courage ! ^^

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://animetseries.forumgratuit.org
BiotecnologicalFairy

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 26/03/2012
Localisation : Dans la charmante cité de Nulle-Part

MessageSujet: Re: Kiya   Lun 9 Avr - 16:56

Sue et Stevens?
J'y aurai jamais pensé! S\'il te plaiiiit
Mouahah,Kiya fait partie de l'équipe! Diabolique Ca lui fait les pieds!J'ai très envie de voir comment Sineddichou va réagir!
Si je comprend bien,cela se passe pendant les 4 ans entre la saison 1 et 2?
C'était très bien écrit,et on en redemande comme d'hab!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheena468

avatar

Messages : 4821
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 25
Localisation : Où tu veux mais pas ici

MessageSujet: Re: Kiya   Lun 9 Avr - 17:18

Alors en fait, la première partie où elle raconte son histoire à Ben, la pyjama party se passe juste après la fin de la saison 1 avec le métafluide et tout. La deuxième partie avec la fin du match contre les Chiimu, la scène à la taverne et tout le reste, c'est avant le début de la saison 2 donc quatre ans après la saison 1. Je sais pas si c'est très clair ^^".

Mais ne sont-ils pas mignons Sue et Stevens ? Ca va être drôle, je vais m'amuser avec eux ^^. Quant à Sinedd mouahahahaha ! Le pauvre, il va s'en prendre plein la tronche. Kiya aussi d'ailleurs. Au fait, c'est moi où vous aimez bien voir Kiya bousculé O_o ? Bande de sadique, va (dit celle qui s'est auto-proclamé reine du Sadisme).

_________________

A.k.a

Le Colonel
Ou
Sheena-sama
Ou
Sheena La Sadique


Twisted Evil Attention méchant modo Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumetokorisho.forumperso.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kiya   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kiya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Kiya
» Kékiya dans tes n'oreilles?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Séries en Folie :: Créations :: Fanfictions-
Sauter vers: